Suivez-nous

Technologie

Sommet de Montréal sur l’innovation où comment faire avancer la science au bénéfice de la société

Avatar

Publié

le

Bloc économie du savoir 101, présenté par le Sommet de Montréal sur l’innovation, au Cabaret Québec, lors de C2 Montréa. Photo : SMI/Camille Bélanger (RES PUBLICA)

Le Sommet de Montréal sur l’innovation (SMI), l’une des plus importantes journées de conférences en recherche et innovation à Montréal, était de retour le 24 mai dernier avec pour thème La recherche de demain, maintenant. Cette 8e édition s’est tenue sur le site de la conférence C2 Montréal. 

Coorganisé par le Quartier de l’innovation de Montréal, le Fonds de recherche du Québec et Aligo Innovation, le Sommet de Montréal sur l’innovation regroupait plus de 300 participants, experts et chefs de file issus de l’industrie des sciences et des technologies afin de repenser les pratiques actuelles en recherche et de réfléchir aux enjeux futurs.

Cette rencontre, qualifiée de « succès » a permis à des sommités de la communauté scientifique, des entrepreneurs de renom et des investisseurs de contribuer à une réflexion collective sur la R-D, en plus de discuter de l’avenir des sciences et des technologies, de leurs leviers de compétitivité, de leurs nouvelles formes de financement et du rôle du citoyen en recherche.

Briser les silos pour générer davantage d’innovation

« Le Sommet de Montréal sur l’innovation 2019 a été un immense succès. Nous avons réussi, avec l’aide de partenaires exceptionnels, à réunir des décideurs, des scientifiques, des professionnels et des entrepreneurs afin de briser les silos et d’améliorer la collaboration pour générer davantage d’innovation, et ce, dans une multitude de secteurs d’activité », a déclaré Damien Silès, directeur général du Quartier de l’innovation.

« La recherche de demain servira à comprendre comment intégrer les citoyens dans l’innovation et à trouver des stratégies novatrices en termes de politiques publiques. »

– François William Croteau, responsable de la ville intelligente, des technologies de l’information et de l’innovation, Ville de Montréal

Tout comme lui, Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, croit savoir que les conférences et les échanges dans le cadre du SMI démontrent qu’il faut briser les silos et faire collaborer les experts de toutes les disciplines. « Pour faire face aux grands défis de notre société, il sera primordial que la recherche de demain soit aussi partenariale et intersectorielle », a-t-il ajouté.

Pourquoi le Sommet de Montréal sur l’innovation attire ?

François William Croteau, responsable de la ville intelligente, des technologies de l’information et de l’innovation au comité exécutif de la Ville de Montréal, soutient que la recherche de demain servira à comprendre comment intégrer les citoyens dans l’innovation et à trouver des stratégies novatrices en termes de politiques publiques. « Notre participation à des événements comme le Sommet de Montréal sur l’innovation est fondamentale pour y parvenir », a fait valoir celui qui est également le maire de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

À lire : Montréal numérique : la Ville s’engage pour une gestion éthique et responsable des données

Rappelons que le Quartier de l’innovation (QI), lancé en mai 2013 par l’École de technologie supérieure (ÉTS) et l’Université McGill, auxquelles se sont jointes l’Université Concordia et l’Université du Québec à Montréal (UQAM), est un territoire d’expérimentation de calibre international de 3 km² au cœur de Montréal. Il a pour mission de cultiver un écosystème d’innovation unique où la collaboration et l’expérimentation entre les milieux académique, entrepreneurial et citoyen favorisent des retombées positives pour la société.

À lire aussi : Salons de l’innovation 2019 : des pratiques pour toucher les mentalités et les comportements des Canadiens

Technologie de l'information

Toronto Pearson, premier aéroport au Canada à offrir une technologie aux voyageurs atteints d’une perte de la vue

Avatar

Publié

le

Toronto Pearson a annoncé qu’il offre désormais le service Aira, une technologie d’assistance de premier plan qui vise à aider les voyageurs atteints d’une perte de vision à se déplacer dans l’aéroport de façon autonome. 

Au moyen de l’application Aira pour téléphone mobile iPhone ou Android, les passagers peuvent communiquer avec un agent humain spécialement formé et obtenir de l’aide lors de leurs déplacements dans l’aéroport. Toronto Pearson est le premier aéroport au Canada à offrir Aira à ses passagers. « À Toronto Pearson, notre vision consiste à être le meilleur aéroport au monde, ce qui commence par le fait de veiller à ce que nos passagers – tous nos passagers – puissent se déplacer dans l’aéroport de façon autonome », a déclaré Kurush Minocher, directeur associé, Développement des passagers.

« Nous sommes fiers d’offrir à Toronto Pearson le service d’Aira, qui est facile à utiliser. Les passagers atteints d’une perte de vision ont désormais davantage de choix pour se déplacer dans l’aéroport, de leur lieu d’arrivée à la porte d’embarquement. »

– Kurush Minocher, directeur associé, Développement des passagers

Aira fonctionne au moyen d’un téléphone intelligent ou de lunettes intelligentes facultatives dotées d’un dispositif vidéo, mettant les passagers atteints d’une perte de vision en lien avec des agents Aira qui œuvrent à distance. Grâce aux lunettes intelligentes ou à l’appareil photo du téléphone, les professionnels qualifiés d’Aira offrent un accès sur demande et personnalisé à de l’information visuelle qui aide les passagers à se déplacer dans l’aéroport. Le service Aira est accessible dans les aérogares 1 et 3, ainsi que dans le stationnement de Toronto Pearson.

Aira, une application pour téléphones mobiles, fournit des services d’aide aux passagers atteints de cécité ou d’une basse vision.

« La mission d’Aira consiste à rendre l’information accessible instantanément, n’importe quand et n’importe où, a souligné Suman Kanuganti, président et fondateur d’Aira. Nous sommes heureux d’accueillir Toronto Pearson à titre de premier partenaire d’accès au moyen d’Aira dans un aéroport au Canada ».

Aira est un service offert par abonnement, mais les passagers atteints d’une perte de vision pourront se servir de la technologie Aira gratuitement à Toronto Pearson; il suffit de disposer d’un téléphone intelligent et de l’application Aira, qui peut être téléchargée gratuitement à partir de Google Play ou de l’App Store d’Apple (des frais d’utilisation de données peuvent s’appliquer).

Lire la suite

Technologie de l'information

SCALE AI : plus de 20 000 professionnels et spécialistes seront formés à l’utilisation de l’intelligence artificielle au Québec

Avatar

Publié

le

Afin de soutenir les entreprises et les travailleurs dans un contexte où l’intelligence artificielle est appelée à transformer le monde du travail, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, annonce qu’une aide financière de 23,4 millions de dollars, répartie jusqu’en 2023, est attribuée à SCALE AI, un pôle d’investissement axé sur l’application de l’intelligence artificielle.

SCALE AI (Supply Chain And Logistic Excellence Artificial Intelligence) compte soutenir des projets de formation d’une valeur totale de 46,8 millions de dollars sur une période de 4 ans, à raison de 11,7 millions de dollars par année. Ainsi, l’aide du gouvernement représente 50 % de l’investissement global, ce qui correspond à 5 580 000 $ pour chaque année financière de 2019-2020 à 2022-2023.

Dans un premier temps, le projet visera la formation d’une cinquantaine de spécialistes, qui, par la suite, offriront un apprentissage sur mesure à des entreprises pour mettre en œuvre des projets d’accroissement de la productivité liés à l’utilisation de l’intelligence artificielle. 

Formation sur mesure avec SCALE AI

Ensuite, une formation standardisée sera donnée à des travailleurs provenant de divers milieux de travail. Celle-ci sera offerte par des universités, des cégeps, des OBNL et des formateurs privés à tout travailleur souhaitant développer des compétences liées à l’intelligence artificielle. Au terme du projet, plus de 20 000 professionnels et spécialistes auront suivi ces formations.

Ce projet permettra d’adapter les compétences de la main‑d’œuvre actuelle et de répondre aux exigences liées aux transformations de l’économie en plus d’offrir un accompagnement aux entreprises dans la mise en place de solutions pour compenser la rareté de la main-d’œuvre et accroître leur productivité.

Adapter les compétences de la main‑d’œuvre

SCALE AI a été créé en 2018 dans le cadre de la création des « superamas » (supergrappes) par le gouvernement fédéral. Il est composé de 78 entreprises de toutes tailles et de tous les secteurs d’activité et compte 40 partenaires provenant de différents milieux, tels que des institutions universitaires, des associations professionnelles, des partenaires gouvernementaux, des incubateurs et des sociétés de capital de risque. Plus de 1 150 scientifiques en sciences des données, en intelligence artificielle et en recherche opérationnelle participent à ce consortium.

À lire : Collective[i] s’installe à Montréal, la confirmation du leadership québécois en intelligence artificielle

Lire la suite

Économie

Desjardins : les données personnelles de près de 3 millions de clients volées par un employé

Avatar

Publié

le

Le Mouvement Desjardins a été victime d’une fuite de données personnelles de 2,9 millions de membres personnels et corporatifs. Selon certaines informations, il y aurait un risque de vol d’identité des 40 % de clients touchés. Il s’agit notamment des noms, prénoms, dates de naissance, numéros d’assurance sociale, adresses, numéros de téléphone, courriels ainsi que d’autres renseignements portant sur les « habitudes transactionnelles ».

Le pirate à l’origine de la fuite serait un employé, un spécialiste des données, au Mouvement Desjardins. L’employé malveillant a été congédié et le stratagème qu’il aurait mis au point a été démantelé, a rassuré en conférence de presse ce jeudi, Guy Cormier, président et chef de la direction de Desjardins.

Une « situation très sérieuse », selon l’AMF!

Après en avoir été informée, l’Autorité des marchés financiers (AMF) dit s’être « rapidement enquise » des impacts potentiels de la situation et des mesures déployées par Desjardins afin d’y répondre efficacement. « L’Autorité a été rapidement avisée de l’incident tôt après sa découverte par Desjardins. L’Autorité est satisfaite des gestes posés jusqu’ici par Desjardins afin de protéger l’intérêt de ses membres et leurs actifs. Elle demeure confiante que les dirigeants de l’institution ont pris la situation en charge avec la rigueur, la transparence et la célérité que commande la situation, et que la collaboration offerte aux autorités policières est pleine et entière », a déclaré l’AMF dans un communiqué.

L’Autorité rappelle que le Mouvement Desjardins communiquera individuellement avec les membres affectés par la fuite et que des informations générales sur la situation sont disponibles sur le site Internet dédié au www.desjardins.com/renseignements-personnels.

Si l’AMF souligne qu’il s’agit d’une « situation très sérieuse », qu’elle suit de près. En raison de l’obligation légale de confidentialité à l’égard de ses travaux de surveillance prudentielle et des enquêtes policières toujours en cours, l’Autorité précise qu’elle n’émettra pas d’autres commentaires sur cette situation. « Cet incident majeur qui frappe aujourd’hui le Mouvement Desjardins met en perspective le risque omniprésent qui pèse désormais sur toutes les organisations en matière de risques liés à la sécurité de l’information », a-t-elle prévenu.

Les clients de Desjardins seront remboursés si…

Ainsi, l’Autorité insiste auprès des institutions financières qu’elle encadre sur l’importance que celles-ci évaluent adéquatement les risques associés à leurs technologies de l’information et qu’elles renforcent les mesures touchant la protection des renseignements personnels et la cybersécurité. « L’Autorité s’est donc assurée que Desjardins avait déployé immédiatement les mesures de renforcement additionnelles requises à la lumière de la faille découverte dans le cadre de cet incident », nous dit-on.

Le Mouvement Desjardins affirme que le nombre de fraudes répertoriées dans son réseau n’a pas augmenté depuis le vol. Il assure néanmoins qu’« advenant une perte financière liée à cette situation, les membres et les clients touchés seront remboursés ».

À lire : Fraude financière : Trois millions dollars ont été soutirés aux Québécois en 2018

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant