Suivez-nous

Chroniques

La guerre contre le tabac aura lieu

Avatar

Publié

le

Photo libre de droits

Les nouvelles qui nous viennent de l’Organisation mondiale de la Santé OMS (Voir rapport du 19 juillet 2017 L’épidémie mondiale de tabagisme) sont encourageantes et nous permettent d’être optimistes : pas moins de 63% de personnes dans le monde sont protégées par des mesures de lutte contre le tabagisme. Il y a dix ans, ce chiffre était un maigre : 15% seulement. Un grand pas vers un monde sans tabac ? Oui, ou presque.

La consommation de tabac est responsable de la mort de plus de 7 millions de personnes par an, dans le monde. La perte humaine s’ajoute au fardeau économique que cela cause en termes de santé et productivité : selon l’OMS, les coûts découlant du tabagisme totalisent plus de 1400 milliards de dollars (US $).

La réussite des mesures mises en place dans la lutte anti-tabac démontre que la mort due au tabagisme est évitable. L’interdiction de publicité, les images de mise en garde sur les paquets, la prohibition de fumer dans des lieux publics ou dans un diamètre X, font que l’étau se resserre sur l’expansion de cette épidémie qui touche la santé, en premier et en second degré.

Toutefois, pour garantir l’efficacité de ces mesures, il faut des stratégies gouvernementales locales. En fait, la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 comportent des cibles pour renforcer l’application de ces mesures. Le but étant « de réduire d’un tiers le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles, dont les maladies cardiovasculaires et pulmonaires, le cancer et le diabète ».

Que font précisément les pays pour renforcer cette orientation ? Y a-t-il un décalage quelconque entre les pays riches et pauvres ?

Selon la sérieuse revue britannique « The Economist », dans les pays riches, les ex-fumeurs sont, maintenant, plus nombreux que les fumeurs ; alors que dans les pays pauvres, plus d’un tiers des hommes fument. Dans des pays asiatiques, les gens fument comme s’ils vivaient encore aux États-Unis des années 1950 : une période où l’idée que le tabac soit nocif à la santé n’était pas prise au sérieux. Le gouffre entre les deux est alarmant : on vit dans deux époques distinctes, quand il s’agit de tabagisme.

La recette gagnante des pays riches se résume en deux volets : taxer les compagnies de tabac et sensibiliser la population à travers des campagnes éducationnelles. La hausse des taxes fait augmenter les prix des produits du tabac ; c’est donc le moyen le plus efficace pour le court terme. Nous constatons que l’éducation aux effets néfastes du tabac porte fruit à long terme. Par contre, une combinaison des deux incite les consommateurs au sevrage.

Les pays pauvres ne saisissent pas le vrai sens de l’adage : rien n’est certain, sauf les impôts et la mort. Le taux d’imposition sur les produits de tabac ne dépasse pas 50% ; et dans plusieurs, ce taux est à zéro. Il faut augmenter la taxe sur le tabac pour protéger la vie des gens et les aider à « écraser » (expression québécoise qui veut dire : arrêter de fumer).

Selon l’OMS, la recette des gouvernements émanant de la collection de taxes sur le tabac pourrait croître de plus de 50% et générer 141 milliards supplémentaires, en augmentant les taxes sur les cigarettes d’à peine 0,80 dollar (US $) : soit un dollar international par paquet. De là, il est indéniable que ces mêmes gouvernements pourraient mobiliser des ressources humaines et autres dans une lutte continue contre le tabagisme.

Dans l’attente de ce genre d’initiatives sur le papier radicales, plusieurs pays ont pris l’initiative et des réussites commencent à surgir de pays pauvres ou à ressources limitées. Cela est une source de motivation aux autres pays.

Aux Philippines, la taxe sur les cigarettes a plus que quadruplé en 2012 : les prix des marques les moins chères ont augmenté de plus que 50%. Entre 2011 et 2015, la recette des revenues de taxation sur le tabac a plus que doublé et surtout, le nombre de fumeurs a diminué de 25-30%. En comparaison, selon « The Economist », la Grande Bretagne avait mis plus d’une décennie pour atteindre les mêmes résultats.

Au Népal, une mesure de 2015, permettait, aux mises en garde contre les effets du tabac sur la santé, de couvrir 90% du paquet de cigarette.

L’Inde a lancé un vaste programme de sevrage avec un numéro d’appel gratuit pour arrêter de fumer : une étude avait découvert un grand intérêt chez 50% des fumeurs pour mettre fin à leur habitude. Le gouvernement s’est porté au secours des fumeurs.

Ces pays doivent renforcer la surveillance, donc le monitoring de la taxation. Il faut uniformiser les taux pour bien suivre l’application et contrôler l’évasion. Pour l’OMS, la taxe doit être au moins 75% du prix de détail des cigarettes, avec ajustement au coût de la vie et l’inflation : une mesure ambitieuse pour les consommateurs qui veulent arrêter, et aux autorités de santé dans tous les pays. Et les compagnies qui vont vouloir échapper à cet étau?

Le Brésil, la Turquie et le Kenya ont mis en place des mesures de lutte contre la contrebande incluant l’installation de dispositifs de détections de position dans les camions de transports de boites de cartons de tabac, et l’utilisation de l’encre invisible pour encrypter des codes de ventes.

La lutte contre le tabagisme doit être une priorité à l’échelle mondiale. Selon le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, si ces pays « prennent des mesures drastiques de lutte antitabac, les gouvernements peuvent préserver l’avenir de leurs pays en protégeant les consommateurs et les non-consommateurs de tabac contre ces produits mortels, en générant des recettes visant à financer les services de santé et les autres services sociaux, et en préservant leur environnement des ravages causés par le tabac ».

Les pays du Maghreb ne sont pas épargnés et doivent se soumettre au même exercice, si jamais ils veulent avoir une population en santé et productive.

Crédit photo:
Photo libre de droits

Noureddine Salhi originaire de la Médina de Tunis ou il a fait ses études primaires, secondaires et universitaires, Il obtient une license en lettres anglaises et travaille pour l'ERTT (L'Établissement de la radiodiffusion-télévision tunisienne) avant d'immigrer au Canada en 2000. Il est actif dans les médias et anime des émissions avec Media Maghreb sur les ondes de la radio du Moyen Orient. Il vient d'obtenir une maîtrise en administration publique -gestion internationale.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Départ de Catherine Fournier : trois «ingrédients indispensables» de Dieudonné Oyono pour ressusciter le PQ

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Dieudonné Ella Oyono en 2018. Photo : Parti québécois (PQ).

Avec le départ de Catherine Fournier du Parti québécois (PQ), d’aucuns diront que « ce n’est pas la fin du monde ». Mais pour d’autres, il y a tout de même un « gros boulot » à faire pour la survie du parti. Au risque de voir disparaître le PQ, qui « à force de perdre est devenu perdant », selon les propos tenus par la plus jeune députée de 26 ans, lorsqu’elle claquait la porte du « navire bleu » le lundi 11 mars.

Six mois après la cinglante défaite aux élections générales provinciales du 1er octobre 2018, les péquistes sont à la croisée des chemins alors que le Parti bat de l’aile. La formation politique qui avait difficilement obtenu 10 sièges à l’Assemblée nationale vient d’en perdre. Le PQ ne compte plus que 9 députés, n’étant plus à égalité avec Québec solidaire qui tient « solidairement » ses 10 élus.

Cette réduction du nombre d’élus intervient dans la foulée du départ abrupt de la députée de la circonscription de Marie-Victorin, Catherine Fournier. Celle qui se qualifie désormais de « souverainiste indépendante », croit savoir que son ex-parti politique n’est plus « le véhicule approprié pour faire du Québec un pays ». Et pour le dire, elle n’a pas porté de gants : « La vérité, c’est que le Parti québécois a cessé d’attirer et de se renouveler. Trop de Québécois ne l’écoutent plus. À force de perdre, le Parti québécois est devenu perdant ».

Jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Si les propos de Mme Fournier ont pu froisser et continuent de susciter une « vague de déception » chez des péquistes, il n’en demeure pas moins vrai que le parti quinquagénaire a perdu de son lustre d’antan. Pour ce qui est de son idéologie politique, qui voudrait que le Québec prenne son indépendance dans le Canada, il y a lieu de croire que le projet souverainiste s’est périclité avec les « déboires » accumulés ces dernières années. Faut-il pour autant enterré le parti ?

Réagissant au départ de Catherine Fournier sur Facebook, Dieudonné Ella Oyono, candidat péquiste défait par les libéraux dans la circonscription Saint-Henri-Sainte-Anne en octobre dernier, dit « comprendre » les frustrations de la jeune députée et se « reconnaît » à la limite dans plusieurs constats qu’elle fait. Et s’il dit « respecter » la décision de Mme Fournier, même s’il ne tire pas « les mêmes conclusions » qu’elle, M. Oyono refuse de jeter le bébé avec l’eau du bain.

« Oui, le PQ est un grand parti, oui il est dans une zone de turbulences mais non ce n’est pas la fin. »

– Dieudonné Ella Oyono, conseil exécutif du PQ dans Pointe-aux-Trembles

Malgré tout, Dieudonné pense que « l’exécutif national démontre clairement sa volonté de changement avec un plan crédible », qui a été dévoilé au lendemain du départ de l’élue de Marie-Victorin, en prévision du Conseil national du PQ qui se tient les 23 et 24 mars prochain. Sauf que, selon celui qui a été le premier président du Comité de la diversité du Parti québécois, « il reste à voir comment les membres de la Conférence nationale des présidentes et des présidents en disposeront ». Car, prévient-il, « l’avenir du PQ dépend ultimement de la mise en œuvre rigoureuse de ce processus ».

À lire aussi : Le PQ choisit Oyono pour déloger les libéraux dans St-Henri-Ste-Anne

Croyant encore en l’avenir du Parti québécois, d’autant plus qu’il vient de se voir confier la présidence du Conseil exécutif du PQ dans Pointe-aux-Trembles, Dieudonné Ella Oyono croit comprendre que la survie de son parti passe par « trois ingrédients indispensables » à son projet de société, à savoir : « la fierté », « l’audace » et « la solidarité ».

L’audace, la fierté, la solidarité…

D’après lui, tant que les Québécois ne seront pas « fiers d’être Québécois », il n’y aura pas de majorité pour appuyer la souveraineté. Il n’est pas question pour les péquistes, selon M. Oyono, de « se mettre la tête dans le sable » en refusant de « voir des évidences » mais de « célébrer des accomplissements » en tant que peuple. « Il y a déjà assez de monde pour dénigrer le Québec, pourquoi s’y mettre nous-mêmes? », s’interroge-t-il.

« Qui gagne à opposer la métropole, la Capitale nationale et les autres régions? Pourquoi exacerber les différences d’opinion entre générations? Qui a décrété que l’«élite» regarde toujours le «peuple» de haut? », s’interroge Dieudonné Ella Oyono.

Il reconnaît que « le modèle québécois n’est pas parfait ». Toutefois, l’auteur du livre « Comment tomber en amour avec son nouveau pays? » pense que les Québécois ont « de quoi être fiers comme nation ». Pour être maître de son destin, rappelle-t-il, c’est de se donner les moyens de réaliser ses ambitions. « Sans de grandes ambitions retardées ou refusées par le Canada, point d’engouement pour l’indépendance », écrit Dieudonné Oyono, qui demande à son parti d’être « audacieux ».

À lire aussi : Ella Oyono : le nouveau visage de la diversité au Parti québécois

Un vœux cher, il souhaite la « mise en évidence » des contradictions sur des « enjeux fondamentaux » afin de « permettre au peuple québécois de prendre la « décision ultime » pour assurer sa survie et son avenir. Pour y parvenir, le numéro 1 du Conseil exécutif du PQ dans Pointe-aux-Trembles appelle également à la « solidarité ». Sans quoi, souligne M. Oyono, « même avec la plus forte croissance économique, si certains restent sur le bord du chemin, on ne pourra jamais les convaincre d’embarquer dans le train de l’indépendance ».

Aux péquistes, la meilleure manière de sortir le PQ de la « zone de turbulence », si l’on en croit Dieudonné Ella Oyono, c’est de « changer d’attitude et de discours ». « Les défis que nous avons à relever commande un changement d’attitude et de discours pour avancer ensemble comme société », a-t-il suggéré pour conclure.

À lire aussi : De retour en politique, Aussant prône un souverainisme modernisé au PQ

Lire la suite

Actualités

Déshabillée par La Presse, la Régie du logement du Québec en mode panique ?

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

C’est l’une des rares sorties de la Régie du logement au Québec. Détrompez-vous! Car, il ne s’agit pas de l’annonce d’une « bonne nouvelle » aux locataires, en attente d’une réponse depuis belle lurette. Le tribunal du logement vient plutôt pour se porter à sa propre défense. Un reportage de La Presse intitulé « Plaintes à la Régie pour des logements moisis : des années d’attente », publié mardi 12 mars sur le site web du journal à carrément mis à nu les déboires ou la lourdeur administrative de la Régie, dont la côte à vraisemblablement chuté depuis bien longtemps.

Une véritable reforme de la Régie du logement ira-t-elle de l’avant désormais avec le gouvernement Legault ? D’après La Presse, les locataires qui poursuivent leur propriétaire à la Régie doivent « attendre une éternité [voire quatre ans] pour obtenir que des travaux soient réalisés chez eux », citant trois cas de locataires qui se sont plaints des effets des moisissures sur leur santé et qui ont fini par gagner après plusieurs années à l’effet d’obtenir une compensation.

Ces informations semblent mettre très « mal à l’aise » la Régie du logement au point de s’adonner à une sortie inhabituelle. Elle aurait souhaité « une vérification rigoureuse et critique » des données et des cas étudiés. Ce qui aurait permis d’établir, d’après elle, un portrait plus juste des délais de traitement de ce type de dossier traité par La Presse. « (..) Deux des cas cités dans le reportage visaient à obtenir une diminution de loyer ou des dommages-intérêts, mais non pas à obtenir une ordonnance relative à l’exécution de travaux en lien avec l’insalubrité du logement », dit la Régie dans un communiqué de presse.

Des informations appuyées par une étude universitaire…

Pourtant, les informations de La Presse sont appuyées par une récente étude, dont elle a obtenu copie, menée par Martin Gallié, professeur de droit à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et Julie Verrette, étudiante à l’École du Barreau. Ces derniers auraient suivi « le parcours de 38 plaignants à la Régie du logement, des locataires qui se plaignaient des moisissures dans leur logement ». Ils ont fini par arrivé à la conclusion qu’il y avait un « déni de justice » pur et simple pour les locataires aux prises avec des moisissures.

Comme si la Régie minimisait la portée de cette étude, elle souligne que les deux auteurs ont « sélectionnés » 38 cas, alors qu’en 2017-2018, l’organisme dit avoir reçu 485 demandes pour insalubrité sur un total de 69 026 demandes.

« Le temps médian d’attente pour les 38 cas sélectionnés par les deux experts s’établit donc à 1527 jours, entre la constatation du problème de moisissures dans le logement par le locataire et la décision finale de la Régie du logement. C’est donc un peu plus de quatre ans », a rapporté le journal La Presse.

Là encore, la Régie du logement révèle qu’en 2017-2018, le délai moyen pour obtenir une première audience en matière d’insalubrité était de 8,3 mois. De plus, avance-t-elle, 47 % des causes entendues l’ont été dans un délai moyen de 2,6 mois, « ces demandes étant considérées comme urgentes, ce qui est le cas lorsque les motifs exposés dans la demande font état d’un risque pour la santé ou pour la sécurité des occupants ».

À lire aussi : Montréal publie ses données sur les logements insalubres

Pendant ce temps, le journal a mis en lumière les problèmes de santé auxquelles sont confrontés certains locataires, aux prises avec les moisissures, du fait de l’inaction de la Régie du logement. « Près d’un ménage sur six (15 %) est carrément aux prises avec des moisissures visibles : c’est notamment le cas des domiciles de 63 000 enfants montréalais. Ces champignons sont responsables, chez ces enfants, de 26 % des cas d’infections respiratoires, de 17 % des cas d’asthme et de 14 % des cas de rhinite allergique hivernale », a rapporté la journaliste Katia Gagnon, auteur du reportage.

Une Régie à la solde des propriétaires ?

En réponse, le tribunal du logement rappel que la loi permet à un locataire d’abandonner son logement devenu impropre à l’habitation. Dans un tel cas, dit la Régie, il [le locataire] doit aviser le locateur de l’état du logement avant l’abandon ou dans les 10 jours de l’abandon. Mais avant de quitter le logement, « le locataire doit être raisonnablement certain que le locateur ne résoudra pas le problème rapidement ».

Au dire de l’organisme provincial dont le mandat est de régir le marché locatif résidentiel, « un locataire peut aussi refuser de prendre possession d’un logement lorsqu’il constate qu’il est impropre à l’habitation ». Le bail est alors résilié de plein droit. « Dans un tel cas, le locataire a un recours possible en dommages et intérêts », précise la Régie du logement dans son communiqué visant à rétablir les faits rapportés par La Presse.

À lire aussi : Logements insalubres, Montréal au pied du mûr

C’est le lieu de rappeler qu’en 2018, le Regroupement des comités aux logements et associations des locataires du Québec (RCLALQ) militait pour « une Régie du logement équitable » à travers la campagne « la Régie du logement, une machine à expulser les locataires ». « Nous revendiquons que les dossiers impliquant la santé et la sécurité des locataires soient entendus dans des délais très rapides, soit de 72 heures maximum. Il est impératif de réformer la Régie afin d’en faire un tribunal juste et accessible », a tweeté mardi le RCLALQ en commentaire au reportage de La Presse.

Lire la suite

Chroniques

Bénévole ou Volontaire? le maître-mot, c’est la confusion…

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Suite à l’adoption d’une résolution le 17 décembre 1985 par les Nations unies, c’est le 5 décembre de chaque année que le monde entier célèbre la Journée internationale des Volontaires (JIV). Mais sous d’autres cieux, notamment au Canada et dans certains pays, on célèbre la Journée internationale des bénévoles (JIB). Et pourtant…

Cette année, la célébration de la Journée du 5 décembre est l’occasion d’aborder la confusion qui règne sur deux mots clés : Bénévolat et Volontariat. Si « bénévole » se traduit en anglais par « volunteer », ce mot ne signifie pas pour autant « volontaire » en français. Dans l’un ou l’autre, c’est l’engagement qui compte. Mais cela suffit-il à faire la différence ?

« Volunteer » veut dire « Volontaire » ou « Bénévole » ?

Sur le site internet de l’ONU on parle de la Journée internationale des Volontaires. Le thème marquant la célébration de l’événement de 2018, est indiqué comme suit : « Les volontaires construisent des communautés résilientes ». Sur le site canadien, volunteer.ca, qui parle du même événement, il est plutôt marqué « Les bénévoles construisent des communautés résilientes ». Ça ressemble bien à un jeu de mot!

Juste pour mettre fin à l’enchaînement pléonastique « bénévole volontaire », l’Office québécois de la langue française (OQLF), intervient pour indiquer que le nom bénévole signifie « personne qui fait une chose sans obligation et gratuitement » et l’adjectif volontaire signifie « qui agit librement, sans contrainte extérieure ». Là encore, il s’agit de nom et d’adjectif…

Il y a tout de même une confusion qui donne l’impression que le « volontariat » n’existe ni au Québec, ni au Canada, puisqu’on ne parle que de « bénévolat » le plus souvent. Pourtant, ces deux situations relèvent de deux statuts distincts qu’il convient de bien différencier, selon le Centre d’Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ).

Cette association française créée en 1969 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, précise que « le bénévolat est un engagement libre, sans condition d’âge ni de diplôme ». Alors que « le volontariat est un engagement contractuel et exclusif. Vous êtes donc soumis à un contrat qui ne concernera que l’association pour laquelle vous vous engagez ». Même si le CIDJ reconnaît que le bénévolat et le volontariat naissent d’une même volonté : l’envie de se mettre au service de la collectivité par un engagement individuel désintéressé.

Les Volontaires ne sont pas des Bénévoles!

N’est-il pas temps de mettre fin à la confusion, au Québec et dans l’ensemble du Canada? D’autant plus que le bénévolat n’est pas synonyme de volontariat. D’ailleurs, c’est l’occasion de parler du programme de Volontariat internationale de la Francophonie (VIF), qui existe depuis 10 ans. L’appel à candidature pour la promotion 2019 a été lancé mercredi 5 décembre, lors de la Journée internationale des volontaires, par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le VIF offre la possibilité à des jeunes francophones, âgés de 21 à 34 ans, de mettre leurs savoirs, savoir-faire et savoir-être à la disposition d’un projet de développement et de vivre une expérience de mobilité internationale dans l’espace francophone, au sein d’institutions francophones souhaitant bénéficier de l’appui d’un volontaire pour la réalisation de leurs projets.

Les jeunes recrutés, pas en tant que bénévoles, vont devoir s’engager, moyennant des indemnités leur permettant de se loger et se mourir, pendant 12 mois au service de l’une des missions de la Francophonie : La promotion de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique; La promotion de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme; L’éducation, la formation et la culture; L’appui au développement durable et la solidarité; Les NTIC pour la réduction de la fracture numérique.

Pour accéder à la liste des postes, rendez-vous sur : https://jeunesse.francophonie.org/volontariat/liste-des-offres-de-mission

Lire la suite

en-avant