Suivez-nous

Chroniques

La guerre contre le tabac aura lieu

Avatar

Publié

le

Photo libre de droits

Les nouvelles qui nous viennent de l’Organisation mondiale de la Santé OMS (Voir rapport du 19 juillet 2017 L’épidémie mondiale de tabagisme) sont encourageantes et nous permettent d’être optimistes : pas moins de 63% de personnes dans le monde sont protégées par des mesures de lutte contre le tabagisme. Il y a dix ans, ce chiffre était un maigre : 15% seulement. Un grand pas vers un monde sans tabac ? Oui, ou presque.

La consommation de tabac est responsable de la mort de plus de 7 millions de personnes par an, dans le monde. La perte humaine s’ajoute au fardeau économique que cela cause en termes de santé et productivité : selon l’OMS, les coûts découlant du tabagisme totalisent plus de 1400 milliards de dollars (US $).

La réussite des mesures mises en place dans la lutte anti-tabac démontre que la mort due au tabagisme est évitable. L’interdiction de publicité, les images de mise en garde sur les paquets, la prohibition de fumer dans des lieux publics ou dans un diamètre X, font que l’étau se resserre sur l’expansion de cette épidémie qui touche la santé, en premier et en second degré.

Toutefois, pour garantir l’efficacité de ces mesures, il faut des stratégies gouvernementales locales. En fait, la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 comportent des cibles pour renforcer l’application de ces mesures. Le but étant « de réduire d’un tiers le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles, dont les maladies cardiovasculaires et pulmonaires, le cancer et le diabète ».

Que font précisément les pays pour renforcer cette orientation ? Y a-t-il un décalage quelconque entre les pays riches et pauvres ?

Selon la sérieuse revue britannique « The Economist », dans les pays riches, les ex-fumeurs sont, maintenant, plus nombreux que les fumeurs ; alors que dans les pays pauvres, plus d’un tiers des hommes fument. Dans des pays asiatiques, les gens fument comme s’ils vivaient encore aux États-Unis des années 1950 : une période où l’idée que le tabac soit nocif à la santé n’était pas prise au sérieux. Le gouffre entre les deux est alarmant : on vit dans deux époques distinctes, quand il s’agit de tabagisme.

La recette gagnante des pays riches se résume en deux volets : taxer les compagnies de tabac et sensibiliser la population à travers des campagnes éducationnelles. La hausse des taxes fait augmenter les prix des produits du tabac ; c’est donc le moyen le plus efficace pour le court terme. Nous constatons que l’éducation aux effets néfastes du tabac porte fruit à long terme. Par contre, une combinaison des deux incite les consommateurs au sevrage.

Les pays pauvres ne saisissent pas le vrai sens de l’adage : rien n’est certain, sauf les impôts et la mort. Le taux d’imposition sur les produits de tabac ne dépasse pas 50% ; et dans plusieurs, ce taux est à zéro. Il faut augmenter la taxe sur le tabac pour protéger la vie des gens et les aider à « écraser » (expression québécoise qui veut dire : arrêter de fumer).

Selon l’OMS, la recette des gouvernements émanant de la collection de taxes sur le tabac pourrait croître de plus de 50% et générer 141 milliards supplémentaires, en augmentant les taxes sur les cigarettes d’à peine 0,80 dollar (US $) : soit un dollar international par paquet. De là, il est indéniable que ces mêmes gouvernements pourraient mobiliser des ressources humaines et autres dans une lutte continue contre le tabagisme.

Dans l’attente de ce genre d’initiatives sur le papier radicales, plusieurs pays ont pris l’initiative et des réussites commencent à surgir de pays pauvres ou à ressources limitées. Cela est une source de motivation aux autres pays.

Aux Philippines, la taxe sur les cigarettes a plus que quadruplé en 2012 : les prix des marques les moins chères ont augmenté de plus que 50%. Entre 2011 et 2015, la recette des revenues de taxation sur le tabac a plus que doublé et surtout, le nombre de fumeurs a diminué de 25-30%. En comparaison, selon « The Economist », la Grande Bretagne avait mis plus d’une décennie pour atteindre les mêmes résultats.

Au Népal, une mesure de 2015, permettait, aux mises en garde contre les effets du tabac sur la santé, de couvrir 90% du paquet de cigarette.

L’Inde a lancé un vaste programme de sevrage avec un numéro d’appel gratuit pour arrêter de fumer : une étude avait découvert un grand intérêt chez 50% des fumeurs pour mettre fin à leur habitude. Le gouvernement s’est porté au secours des fumeurs.

Ces pays doivent renforcer la surveillance, donc le monitoring de la taxation. Il faut uniformiser les taux pour bien suivre l’application et contrôler l’évasion. Pour l’OMS, la taxe doit être au moins 75% du prix de détail des cigarettes, avec ajustement au coût de la vie et l’inflation : une mesure ambitieuse pour les consommateurs qui veulent arrêter, et aux autorités de santé dans tous les pays. Et les compagnies qui vont vouloir échapper à cet étau?

Le Brésil, la Turquie et le Kenya ont mis en place des mesures de lutte contre la contrebande incluant l’installation de dispositifs de détections de position dans les camions de transports de boites de cartons de tabac, et l’utilisation de l’encre invisible pour encrypter des codes de ventes.

La lutte contre le tabagisme doit être une priorité à l’échelle mondiale. Selon le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, si ces pays « prennent des mesures drastiques de lutte antitabac, les gouvernements peuvent préserver l’avenir de leurs pays en protégeant les consommateurs et les non-consommateurs de tabac contre ces produits mortels, en générant des recettes visant à financer les services de santé et les autres services sociaux, et en préservant leur environnement des ravages causés par le tabac ».

Les pays du Maghreb ne sont pas épargnés et doivent se soumettre au même exercice, si jamais ils veulent avoir une population en santé et productive.

Noureddine Salhi originaire de la Médina de Tunis ou il a fait ses études primaires, secondaires et universitaires, Il obtient une license en lettres anglaises et travaille pour l'ERTT (L'Établissement de la radiodiffusion-télévision tunisienne) avant d'immigrer au Canada en 2000. Il est actif dans les médias et anime des émissions avec Media Maghreb sur les ondes de la radio du Moyen Orient. Il vient d'obtenir une maîtrise en administration publique -gestion internationale.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chroniques

Faut-il brûler Revenu Québec ?

Wissem Haddar

Publié

le

On ne le dira jamais assez. Revenu Québec est devenu l’os dans la gorge des Québécois.e.s. Les agents font la pluie et le beau temps. Bref, quand de simples agents d’une régie financière deviennent des demi-dieux, des sangsues, un contribuable n’y peut rien pour se défaire…  Et ce ne sont pas vos plaintes qui vous sauveront la vie. C’est de la poudre aux yeux!

Revenu Québec doit-il exister ou disparaître ? La question mérite d’être posées à tout.e.s les Québécois.e.s grâce à qui le Québec continue d’exister. L’agence gouvernementale chargée de la perception des impôts et des taxes dans la Belle Province n’a plus bonne presse de par la faute de certains agents aux comportements moyenâgeux. 

Non seulement, des agents se bandent les muscles en faisant recours à des méthodes de recouvrement musclées. Bien plus, ces derniers menaces ou ferment carrément des entreprises pour se consoler. La raison : tout simplement parce qu’ils semblent avoir le dernier mot. Le contribuable n’est qu’un fait valoir. 

Ça bande les muscles contre le contribuable…

Alors qu’on nous laisse entendre que « tout citoyen a le droit de déposer une plainte sans craindre de représailles, s’il est insatisfait du traitement de son dossier ou du service qu’il a reçu, et le droit d’obtenir des explications relatives à toute décision concernant son dossier ». 

Nombre de Québécois.e.s s’interrogent [encore] sur le fondement de l’existence du département des plaintes à Revenu Québec. Car, si les plaintes ne peuvent prospérer, à quoi cela sert de débourser de l’énergie pour quelque chose dont le résultat est connu d’avance ? 

Revenu Québec se fait rabrouer constamment par le Protecteur du citoyen pour son comportement vis-à-vis des contribuables. Mais l’agence ne fait rien pour arranger les choses. Cela est inadmissible.

Renseignez-vous dans votre entourage, vous comprendrez que rares sont ceux qui ont porté plainte contre des agents zélés de Revenu Québec et qui ont eu gain de cause. Entre avril 2017 et mars 2018, le [fameux] Bureau de la protection des droits de la clientèle de l’agence gouvernementale a reçu quelque 8 300 plaintes. 

De ces chiffres, selon ce que rapporte le site Internet Le Conseiller, « le Bureau se réjouit de ce que le nombre de demandes d’intervention et de plaintes enregistrées a chuté de 21,2 % au cours de la dernière année et de 40,3 % en l’espace de trois ans, c’est-à-dire depuis le dépôt, en septembre 2015, d’un rapport très critique du Protecteur du citoyen envers certaines pratiques des employés de l’agence ».

A chaque jour suffit sa peine à Revenu Québec

On est à se demander si ces chiffres sont réellement vrais, d’autant plus que Revenu Québec est très critiqué par les Québécois. Qu’est-ce qui empêcherait l’Agence de tronquer les chiffres pour se donner une bonne conscience? Surtout que la “chute des plaintes” est censée être à son avantage. Si non, la “chute des plaintes” pourrait aussi s’expliquer par “la déception des plaignants” à qui on ne donne jamais raison face aux agents véreux. Et pourtant!

Dans les coulisses, certains agents confient que Revenu Québec n’a pas de marge de manoeuvre ou des mesures proprement dites à l’encontre des agents. Alors, si tel est le cas, cela suppose que les agents qui s’adonnent aux pratiques malveillantes sont de connivence avec les hauts responsables de Revenu Québec. Cela doit cesser!

Si cette agence vit pour détruire la vie de contribuables québécois.e.s, alors il va falloir vite mettre fin à ses jours.

On ne peut pas accepter que revenu Québec nous malmène sur toute la ligne. Hier, novembre 2018, c’était le vol d’une mallette contenant des renseignements confidentiels sur 18 contribuables. Aujourd’hui, août 2019, on nous parle d’un autre vol de données personnelles de 23 000 employés actuels et passés de Revenu Québec. Et demain ?

Si cette agence vit pour détruire la vie de contribuables québécois.e.s, alors il va falloir vite mettre fin à ses jours. En attendant qu’il ne soit trop tard. Huit ans de tort, ça suffit!!!

À lire : Renonciation ou annulation de dettes : des agents de Revenu Québec abusent…

Lire la suite

Chroniques

Renonciation ou annulation de dettes : des agents de Revenu Québec abusent de l’article 94.1

Wissem Haddar

Publié

le

Tout paraît beau pour croire. L’article 94.1 de la loi sur l’administration fiscale (LAF), devrait en réalité permettre au ministre du Revenu de renoncer à des intérêts, à une pénalité ou à des frais payables par une personne à la suite de l’application d’une loi fiscale ou encore d’annuler de telles sommes, et ce, en totalité ou en partie. Mais entre une loi et son application, il y a des hommes qui ne sont pas forcément à la hauteur.

L’écrivain français Honoré de Balzac disait que « Les lois sont des toiles d’araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites ». C’est le cas de dénoncer certains abus de pouvoir auxquels on assiste à Revenu Québec (RQ). Depuis la venue au pouvoir du gouvernement dirigé par la Coalition avenir Québec (CAQ), les choses semblent s’empirer.

Alors que l’article 94.1 de la loi sur l’administration fiscale donne un “pouvoir discrétionnaire” au ministre du Revenu quant à la possibilité de renoncer à des intérêts, à une pénalité ou à des frais ou d’annuler de telles sommes, on est porté à croire que les agents et la haute direction du département de la Direction générale du recouvrement (DGR) utilise ce “pouvoir discrétionnaire” pour faire du tort à des entrepreneurs. Ils préfèrent fermer des entreprises endettées que d’annuler ou d’alléger leur dette.

Quand des agents font la pluie et le beau temps à Revenu Québec

Selon plusieurs témoignages reçus par des chefs d’entreprises qu’on ne nommera pas ici, lorsque les agents de la DGR sont de bonnes humeurs, ils décident d’accorder aux entreprises cet “avantage” d’annulation des intérêts et pénalités. Mais quand ils sont de mauvaises humeurs, parce que vous avez portez plainte contre un agent, soyez sûr que votre entreprise ne bénéficie pas du “pouvoir discrétionnaire” du ministre du Revenu pour l’annulation des intérêts et des pénalités à l’encontre de votre entreprise. Cela s’appelle aussi de l’injustice au Québec.

Quand des agents commis à l’application de la loi font la pluie et le beau temps, il va sans dire que le Québec a encore du chemin à faire pour devenir une Nation. L’actuel premier ministre François Legault ne devrait pas se contenter que de placer des hommes à la tête de Régies financières qui n’ont d’autres objectifs que de se remplir les poches sous sa gouverne. M. Legault n’a t-il pas promis de faire mieux que M. Couillard?

À lire : Revenu Québec : Ça délivre l’Attestation de conformité à la tête du client

Lire la suite

Chroniques

Youssef Chahed, le destin d’un Tunisien présidentiable

Wissem Haddar

Publié

le

Youssef Chahed, actuel chef du gouvernement de la Tunisie, rallie plusieurs familles politiques aux idéologies contrastées auxquelles adhère une majorité du peuple.

Dans un désir d’assainir l’environnement politique, l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté, mardi 18 juin, une série d’amendements modifiant le code électoral de la Tunisie. Ce pays d’Afrique du Nord situé sur la côte méditerranéenne file tout droit vers l’élection de son cinquième président de la République en novembre 2019. Alors que les regards sont tournés vers l’actuel chef de l’exécutif, tout porte à croire Youssef Chahed incarne le nouveau visage de la Tunisie moderne.

Un vent nouveau soufflera sur la démocratie tunisienne, bientôt. Le président sortant, Béji Caïd Essebsi, 92 ans, n’est pas candidat à sa réélection. Heureusement, le fondateur du parti Nidaa Tounes a eu le nez creux deux ans après sa prise de pouvoir. En proposant Youssef Chahed (43 ans), en remplacement d’Habib Essid (70 ans), en qualité de chef de gouvernement, il venait de miser sur une nouvelle « génération gagnante », éduquée, formée.

Nouvelle génération gagnante, éduquée, formée…

Le choix des députés de Nidaa Tounes, d’Ennahdha, de l’Union patriotique libre, d’Afek Tounes et du bloc Al Horra s’était concrétisé. Le 26 août 2016, celui qui a fondé Al Joumhouri au lendemain de la « révolution tunisienne » ou « révolution de jasmin » qui balaya Ben Ali a fini par convaincre bon nombre de Tunisiens. Surtout ceux qui aspirent à un autre modèle de gestion des affaires de l’État. Sa « grande guerre » contre la corruption qui gangrène la vie de ses concitoyens est encore vive dans les mémoires.

C’est peu de le dire. Youssef Chahed, actuel chef du gouvernement tunisien, a tissé sa toile par le travail depuis sa prise de fonction le 27 août 2016. Ce docteur en agroéconomie qui a porté haut le drapeau tunisien dans plusieurs pays du monde est un « technocrate » achevé. En trois ans, l’homme a réussi à imprimer sa marque à la tête du pays. Que ce soit dans le domaine de l’Éducation, des Infrastructures, des Réformes sociales, du Tourisme, de la Diplomatie etc., Chahed a su mettre « les petits plats dans les grands » à la Kasbah.

« Quand on commence à lancer des pierres sur un arbre, c’est qu’il est en train de porter ses fruits. »

L’acharnement au travail du N°1 de l’exécutif tunisien lui a valu à maintes reprises des questions sur une éventuelle candidature aux élections présidentielles de novembre 2019. Mais Youssef Chahed, qui a toujours mis les intérêts de son peuple en avant, n’est jamais « tombé dans le piège » de ceux qui voulaient sans doute lui couper l’herbe sous le pied. On pourrait même dire qu’il n’a jamais voulu parler de son intention d’être candidat ou pas, tout simplement, parce qu’il ne fallait pas perdre de vue ce pour quoi il avait été choisi pour diriger le gouvernement. « Le destin n’aime pas qu’on embrouille son fil », disait le poète français Jean Cocteau.

Aujourd’hui, faut-il douter des capacités de Youssef Chahed à diriger des hommes, un peuple ? De Al Joumhouri au gouvernement, le natif de Tunis a su gravir les échelons. À deux mois du dépôt des candidatures pour les Législatives et la Présidentielle, Chahed vient d’être porté aux commandes du mouvement Tahya Tounes.

En attendant le choix des candidats ou du moins « le choix de Chahed » par le Conseil national du parti, il est clair que l’actuel Chef de gouvernement sera plus combattu que par le passé. Mais comme le dit un proverbe africain, « Quand on commence à lancer des pierres sur un arbre, c’est qu’il est en train de porter ses fruits ».

Après tout, faut-il s’empêcher de dire que le chef du gouvernement est en route vers le palais présidentiel de Carthage? Il a le profil. Il incarne la nouvelle classe de dirigeant. Bien plus, il rallie plusieurs familles politiques aux idéologies contrastées auxquelles adhère une majorité du peuple si l’on en croit aux derniers sondages. Avec Youssef Chahed, quoi de plus normal que de présager un « avenir radieux » qui se dessine pour les Tunisiens épris de changement.

Wissem

À lire : Le ministre des Affaires étrangères rencontre les Tunisiens à Montréal

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant