Suivez-nous

Politique

Alexandre Taillefer : Un homme d’affaires au secours du Parti libéral du Québec

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

A. Taillefer en Une d'une parution de septembre 2015 du journal bi-mensuel économique Les affaires

Après plusieurs hésitations, il s’est finalement décidé à faire le saut en politique. Alexandre Taillefer ne sera pas candidat, mais il va appuyer Philippe Couillard pour tenter d’avoir un second mandat au soir du 1er octobre 2018.

Alexandre Taillefer qui se dit « plus progressiste qu’indépendantiste » sera aux côtés des libéraux. D’ailleurs, c’est l’homme d’affaires qui présidera la campagne électorale 2018 du Parti libéral du Québec (PLQ). Il l’a lui-même confirmé, jeudi 10 mai, sur son compte Twitter ; un tweet commenté plus de 300 fois.

Cette annonce intervient au moment où quatre députés ou ministres libéraux ont annoncé leur retrait de la vie politique au terme de ce mandat. Le dernier en date est celui du ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion. Vendredi 4 mai, David Heurtel, avait confirmé sur les réseaux sociaux qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat lors des élections québécoises, en octobre prochain.

Il va sans dire que la venue de M. Taillefer, président de Téo Taxi et patron de la revue L’actualité et du magazine Voir, au sein de la « team Couillard » est un « soulagement » pour le camp libéral. « Alexandre Taillefer personnifie une partie de ce qu’est le nouveau Québec et la nouvelle société. C’est un jeune entrepreneur qui a fait sa marque et s’est impliqué socialement », a confié Philippe Couillard qui commentait depuis l’Assemblée nationale l’arrivée d’Alexandre Taillefer au sein de son parti.

Sauf que, certains s’interrogent à savoir si le patron de presse va utiliser ses médias pour influencer le scrutin du 1er octobre prochain? En attendant des réponses concrètes, le premier ministre Couillard avait indiqué que sa nouvelle recrue n’est pas candidat à un poste électif. « C’est un président de campagne, ce n’est pas un candidat à un poste électif. Dans le passé, les présidents de campagne ne se sont pas départis de leurs intérêts. C’est pour le temps de la campagne », s’est-il défendu.

Mais jusqu’où Alexandre Taillefer [nouveau en politique] sera t-il capable d’aller avec le PLQ, encore malmené dans les sondages par la Coalition Avenir Québec (CAQ) de François Legault? Alors qu’il n’hésitait pas à critiquer le gouvernement libéral avec certaines prises de position en faveur d’un salaire minimum à 15 $ l’heure et d’un réinvestissement dans les Centres de la petite enfance (CPE) ; En vérité, rien ne sera moins difficile pour M. Taillefer qui se décrit comme un « queer politique ».

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Afrique

Égypte : l’ex-président Mohamed Morsi est mort après une audition au tribunal

Avatar

Publié

le

Mohamed Morsi, ex-président égyptien. Photo Wilson Dias/ABr — Agência Brasil, CC BY 3.0 br

Mohamed Morsi, le premier civil à devenir président d’Égypte en 2012, et le premier démocratiquement élu est décédé, ce lundi 17 juin à 67 ans au Caire, suite à attaque cardiaque.

Selon ce que rapporte plusieurs médias, Mohamed Morsi souffrait de diabète et d’hypertension alors qu’il comparaissait au tribunal lorsqu’il s’est effondré. « L’ancien président égyptien issu des Frères musulmans, en détention depuis 2013, a parlé devant le tribunal avant de s’effondrer, puis d’être emmené à l’hôpital où il est décédé », a indiqué l’AFP dans un tweet.

Rappelons que Mohamed Morsi a été chassé par l’armée un an après son élection. Son ancien ministre de la Défense et chef de l’armée, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, lui a succédé. Ce dernier a mené une répression sans merci contre l’opposition islamiste et en particulier les Frères musulmans, dont des milliers de membres ont été emprisonnés, a fait savoir RFI.

À lire : Égypte : Abdel Fattah al-Sissi veut régner jusqu’en 2034 ?

Lire la suite

Politique fédérale

Canada: Les trois initiatives principales de la première Politique alimentaire

Avatar

Publié

le

Ottawa a annoncé ce lundi, 17 juin, le lancement de la toute première politique alimentaire fédérale du Canada.

Cette politique a été élaborée notamment à partir d’une consultation à laquelle ont participé des citoyens et des experts dans les quatre coins du pays.

La vision de la nouvelle Politique est la suivante:

« Toutes les personnes vivant au Canada peuvent avoir accès à une quantité suffisante d’aliments salubres, nutritifs et culturellement diversifiés. Le système alimentaire du Canada est résilient et innovateur, protège notre environnement et soutient notre économie. »

Cet enjeu national a mis en exergue les disparités dans l’accès à l’alimentation. En effet, alors que beaucoup de Canadiens ne se nourrissent pas convenablement, 11 millions de tonnes métriques de nourriture, d’une valeur de près de 50 milliards de dollars, sont gaspillés chaque année.

« La Politique alimentaire pour le Canada est la feuille de route qui nous permettra d’établir un système alimentaire plus sain et plus durable au pays. Les investissements et les initiatives prévus dans la Politique contribueront à la croissance économique, à une meilleure nutrition et à la sécurité alimentaire pour tous les Canadiens. », a déclaré Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

Pour réaliser les premiers objectifs de la nouvelle vision, Ottawa investit 134 millions de dollars par l’intermédiaire du budget de 2019

Se lancer à l’échelle des collectivités

La mise en œuvre de la politique alimentaire se concrétisera à travers trois initiatives principales :

  • Le lancement du Fonds des infrastructures alimentaires locales, un investissement de 50 millions de dollars sur cinq ans visant à appuyer les projets communautaires qui améliorent l’accès à des aliments salubres, sains et diversifiés sur le plan culturel. Ce soutien de la sécurité alimentaire inclut les collectivités autochtones et du Nord;
  • Faire des aliments canadiens le premier choix au pays et à l’étranger;
  • Réduire le gaspillage alimentaire.

Lire aussi : Politique bioalimentaire 2018-2025, Québec franchit « une grande étape »!

Lire la suite

Économie

Fête nationale et fête du Canada : ouvert ou fermé le 24 juin et le 1er juillet ?

Avatar

Publié

le

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation rappelle aux commerçants et aux consommateurs que les commerces de détail de biens (magasins, boutiques, points de vente, marchés et autres) doivent fermer leurs portes au public le lundi 24 juin 2019, à l’occasion de la fête nationale du Québec, et le lundi 1er juillet 2019, à l’occasion de la fête du Canada.

La Loi et le Règlement n’imposent pas de restrictions quant au nombre d’employés de même qu’aux heures et aux jours d’ouverture des restaurants, des stations-services, des librairies, des antiquaires ainsi que des fleuristes le jour de la fête nationale du Québec et de la fête du Canada.

24 juin, fête nationale du Québec

Les établissements d’alimentation de petite surface, c’est-à-dire ceux dont la surface de vente est de 375 mètres carrés ou moins (épiceries, dépanneurs, fruiteries, boucheries, certaines succursales de la Société des alcools du Québec et autres), pourront ouvrir leurs portes au public sans restriction de personnel toute la journée le 24 juin 2019 et entre 8 h et 21 h le 1er juillet 2019.

Quant aux établissements d’alimentation de grande surface, c’est-à-dire ceux dont la surface de vente est de plus de 375 mètres carrés, ils ne pourront pas ouvrir leurs portes au public le 24 juin 2019, mais pourront le faire sans restriction de personnel entre 8 h et 21 h le 1er juillet 2019.

1er juillet, fête du Canada

Les pharmacies pourront ouvrir le 24 juin 2019 à la condition qu’au plus quatre personnes, à l’exclusion de celles affectées uniquement à l’officine du pharmacien, assurent le fonctionnement de la partie commerciale. Elles pourront ouvrir sans restriction de personnel entre 8 h et 21 h le 1er juillet 2019.

Soulignons que la Loi et le Règlement ne s’appliquent pas aux commerces de services (comme les salons de coiffure), ni aux bureaux, ni aux salles de spectacles, ni aux entreprises manufacturières.

Infraction pénale en cas de non-respect…

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation rappelle que le commerçant qui contrevient à la Loi en admettant le public dans son établissement ou en annonçant que le public pourra y être admis commet une infraction pénale et est passible d’une amende minimale de 1 500 $. De même, le responsable d’un centre commercial qui consent à ce que l’un de ses locataires enfreigne la Loi commet lui aussi une infraction pénale et est passible de la même amende.

À lire : Journée nationale des patriotes : Ouvert ou fermé?

Veuillez noter que les bureaux du ministère de l’Économie et de l’Innovation seront fermés le 24 juin 2019 et le 1er juillet 2019. Si vous désirez dénoncer un commerce qui enfreint la Loi, vous pouvez communiquer avec la police municipale. Vous pouvez également y effectuer un achat et transmettre un reçu au Ministère présentant la date et l’heure.

Pour plus de renseignements sur les heures et les jours d’ouverture des établissements commerciaux, consultez le www.economie.gouv.qc.ca/commerce ou composez le 514 499-2176 ou le 1 800 539-7078.

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant