Suivez-nous

Actualités

Tarifs douaniers américains : le coup de grâce de Donald Trump

Publié

le

Almanar

De la volonté des États-Unis d’imposer des tarifs douaniers sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Canada, du Mexique et des 28 pays membres de l’Union européenne, se dirige-t-on vers une nouvelle guerre commerciale? En tout cas, la plupart des pays visés par la taxation américaine se sont mis en ordre de bataille aussitôt après l’annonce de Washington.

Donald Trump a finalement mis sa menace en exécution ce jeudi 31 mai. Elle entre d’ailleurs en vigueur à compter de minuit. Désormais, jusqu’à nouvel ordre, les tarifs douaniers sur l’aluminium seront de 25 % et 10 % pour l’acier canadien.

Le Canada imposera des surtaxes de 16 milliards $

Le gouvernement Trudeau a vite apporté la réplique. « Le Canada entend imposer des surtaxes, ou d’autres mesures similaires visant à restreindre le commerce, sur des importations d’acier, d’aluminium et d’autres produits provenant des États-Unis, et ce, à un montant allant jusqu’à 16,6 milliards de dollars canadiens », a rétorqué la ministre des Affaires étrangères canadienne, Chrystia Freeland, soulignant que « ce montant représente le total des exportations canadiennes d’acier et d’aluminium vers les États-Unis en 2017 ».

Le gouvernement du Canada est convaincu que les valeurs que nous partageons, notre proximité géographique et nos intérêts communs l’emporteront sur le protectionnisme. – Justin Trudeau

L’Union européenne n’est pas en reste. L’association politico-économique des 28 pays de l’union annonce à son tour qu’elle va taxer plusieurs produits américains notamment Harley-Davidson, Bourbon, les jeans Levi’s etc… « C’est un mauvais jour pour le commerce. L’Union européenne ne peut pas rester sans réagir. Ce que les États-Unis peuvent faire, nous sommes capables de faire exactement la même chose », a mis en garde le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, tout en annonçant un recours devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

En mars, le FMI laissait entendre qu’une hausse de 10 % des tarifs douaniers américains suivie de représailles conduirait à une contraction du commerce mondial de 1 point et à une perte de 0,5 point pour le PIB mondial au bout de 2 ans.

La Maison-Blanche avait indiqué, en mars, que la hausse des tarifs douaniers américains serait examinée au cas par cas pour chaque pays, avec la possibilité d’exemptions, en tenant compte de critères liés à la sécurité nationale. Cela avait permis au Canada et au Mexique de bénéficier d’une période d’exemption de 30 jours, renouvelable selon les progrès effectués dans la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Mais depuis jeudi 31 mai, le président Donald Trump a décidé de ne pas renouveler l’exemption.

À qui profite la guerre ?

L’administration Trump continue d’invoquer l’argument de la sécurité nationale pour justifier l’imposition des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium. Pour le premier ministre Justin Trudeau, il est impensable que l’on puisse considérer le Canada comme étant une menace à la sécurité des États-Unis. « Ces tarifs douaniers nuiront aux industries et aux travailleurs des deux côtés de la frontière canado-américaine et perturberont les chaînes d’approvisionnement qui ont rendu de l’acier et de l’aluminium nord-américains plus compétitifs à travers le monde », a-t-il prévenu, jeudi, dans une déclaration.

Les conséquences s’annoncent désastreuses pour l’économie mexicaine. Le Mexique a pour principal partenaire commercial les États-Unis, en plus d’être le principal acheteur d’aluminium américain et le second acheteur d’acier américain.

Alors que le Canada annonce l’imposition de surtaxes d’environ 16,6 milliards de dollars sur des produits américains de la part du Canada, les économistes soutiennent que la sanction américaine risque d’avoir de lourdes répercussions sur le pays. D’autant plus que le Canada reste le premier partenaire commercial et le premier fournisseur d’acier et d’aluminium des Etats-Unis.

Même son de cloche pour les 28 pays de l’Union européenne. Ces derniers ne seraient pas non plus les grands gagnants d’une éventuelle guerre économique face aux États-Unis. Dans ce scénario catastrophe, les pertes potentielles pour l’UE seraient dans l’ordre de 2,5 milliards de dollars. Pourtant en 2017, l’Union européenne (UE) a exporté pour 5,3 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros) d’acier et 1,3 milliard de dollars d’aluminium vers les Etats-Unis.

Une chose est sûre, ces représailles pourraient mener à une guerre commerciale qui pèserait sur la croissance mondiale comme le souligne le FMI avec la perte de milliers d’emplois et une montée en puissance du chômage dans des secteurs d’activités. Mais y aura-t-il négociation ou renégociation avec un président des États-Unis qui se montre de plus en plus intransigeant ? Seul un tweet de Donald Trump pourrait délivrer le monde.

Crédit photo:
Almanar

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Facebook ne soutient plus les campagnes électorales

Publié

le

Facebook a déclaré ce jeudi, 20 septembre, qu’il changera les modalités des services offerts aux partis politiques pendant les élections.

Après le scandale de Cambridge Analytica, Facebook a décidé de revoir ses rapports avec les partis politiques.

Selon Bloomberg, le réseau social continuera de proposer ses services aux compagnes et organisations politiques. Il sera, par ailleurs, plus distant.

En effet, l’entreprise veut éviter de se salir les mains sur la question de la protection des informations personnelles des abonnés.

Le réseau de Zuckerberg va, pour ce faire, cesser de fournir des conseils stratégiques ciblés. Il réduira notamment ses visites aux quartiers généraux des partis politiques, comme c’est le cas pendant 2016.

Pour rappel, le PDG de la plateforme avait promis aux parlementaires américains de s’assurer de protéger les données des utilisateurs pendant les élections, partout dans le monde.

Facebook avait admis aussi avoir fourni un soutien particulier à l’équipe de Trump en 2016.

Est-ce parce ce qu’il était un gros client ?

Dans une analyse interne de Facebook, obtenue par Bloomberg en 2018, un scientifique de l’entreprise a expliqué que la propagande de Trump était plus élaborée que celle de Clinton.

De juin à novembre 2016, l’équipe du locataire de la maison blanche s’est bien servie des outils de la plateforme.

Alors que la campagne de Trump a déboursé 44 millions de dollars sur les publicités de la plateforme, Clinton a seulement dépensé 28 millions de dollars.

Les élections 2020 se dérouleront elles sans le soutien de Facebook ?

Afin d’adopter une approche plus neutre, l’entreprise se concentrera sur l’interface de son portail politique. Elle optimisera l’accés aux informations dont les clients ont besoin.

Cependant, les campagnes et les organisations peuvent toujours contacter directement l’entreprise. Ils pourront recevoir des formations de base sur l’utilisation des annonces et demander de l’aide pour les faire approuver.

Lire aussi : Le niet à la neutralité du net…

Lire la suite

Actualités

Éthique et Intelligence Artificielle : ses usages au Canada

Publié

le

La question éthique est-elle prise en considération dans les entreprises canadiennes qui manipulent l’Intelligence Artificielle (IA) ? Un rapport réalisé par SAS, Accenture Applied Intelligence, Intel et Forbes Insights a tenté d’apporter un éclairage sur le sujet.

© SAS, Accenture, Intel 2018

Le rapport est basé sur un sondage réalisé en juillet 2018. 305 chefs d’entreprise de partout dans le monde y ont participé. L’échantillon canadien a été important : 44 entreprises du pays ont répondu au sondage.

Selon l’étude, publiée ce jeudi 20 septembre, les entreprises qui utilisent l’IA représentent 72% des organisations dans le monde. Au Canada, ils représentent 68%.

À l’échelle mondiale, 70% des entreprises offrent une formation en éthique à leurs technologues. Et 63% ont des comités d’éthique qui observent l’utilisation de l’IA.

Au Canada, le nombre des entreprises qui ont adopté une démarche éthique est un peu plus faible :

  • Formation en éthique des technologues : 67%
  • Comités d’éthique pour examiner l’utilisation de l’IA : 73%

Quels sont les enjeux d’une démarche éthique en IA ?

Comme l’indiquent les chiffres présentés ci-haut, l’étude s’est intéressée aux méthodes d’intervention des entreprises afin de sensibiliser ses collaborateurs sur l’éthique. Or, Rumman Chowdhury, chef de l’IA chez Accenture, souligne que « les organisations doivent aller au-delà des codes d’éthique directionnels. »

© SAS, Accenture, Intel 2018

« Elles doivent fournir des lignes directrices prescriptives, précises et techniques pour élaborer des systèmes d’IA sûrs, transparents, explicables et responsables », a-t-il précisé.

L’étude a observé le déploiement d’une démarche éthique qui a notamment des enjeux sociaux. Il s’agit de la surveillance des résultats obtenus par l’IA.

Ce volet de l’étude interroge donc l’implication de l’humain dans les activités qui ont recours à l’IA.

74 % des entreprises ont déclaré avoir adopté une surveillance étroite de leurs activités. Et ce grâce « au moins à un examen ou une évaluation hebdomadaire des résultats. »

Les taux des entreprises canadiennes qui ont recours à ce processus sont les suivants :

  • Examens/évaluations hebdomadaires des résultats de l’IA par des chefs de file de l’IA : 55%
  • Examens/évaluations hebdomadaires des résultats de l’IA par le reste des adoptants de l’IA : 42%

L’étude veut montrer aussi que cette démarche éthique impacte les relations entre une entreprise et ses partenaires.

« La capacité à comprendre comment l’intelligence artificielle prend des décisions renforce la confiance et permet une surveillance humaine efficace. » Yinyin Liu, responsable de la science des données chez Intel AI.

Pour consulter le rapport : Critical mass: Managing AI’s unstoppable progress

Lire aussi : Forum sur l’intelligence artificielle, Montréal entame le débat sur l’éthique

Lire la suite

Actualités

Canada : Les données personnelles des électeurs en danger

Publié

le

Les gardiens du droit d’accès à l’information et du droit à la vie privée exigent que les partis politiques respectent les principes de protection de la vie privée reconnus mondialement. Ce, afin d’assurer aux Canadiens un accès aux renseignements personnels qu’ils détiennent à leur sujet et de permettre à un organisme indépendant de vérifier le respect des règles en matière de protection des données personnelles.

Dans une résolution conjointe, Assurer la confiance et la confidentialité dans le processus électoral du Canada, en date du 17 septembre, les commissaires et les ombudsmans à l’information et à la protection de la vie privée au Canada ont invité les gouvernements à adopter des lois qui exigent que les partis politiques respectent les principes de protection de la vie privée reconnus mondialement.

La collecte de données massives de plus en plus sophistiquées soulève de nouvelles préoccupations en matière d’éthique et de vie privée, et mettent en évidence le besoin d’en accroître la transparence.

Des événements récents ont mis en lumière la manière dont les partis politiques recueillent et utilisent les renseignements personnels ou données personnelles pour cibler de façon précise et unique des individus afin d’en retirer des avantages politiques. Des outils numériques collectent une grande quantité de renseignements personnels provenant de diverses sources, souvent à l’insu de l’intéressé ou sans son consentement.

Mettre les données personnelles à l’abris des partis politiques!

Daniel Therrien, commissaire à la protection de la vie privée du Canada, souligne que : « de récentes enquêtes menées dans divers pays ont révélé que les partis politiques recueillent des quantités importantes de renseignements personnels sur les électeurs alors qu’ils adoptent de nouvelles techniques de ciblage ».

Plusieurs renseignements personnels recueillis par les partis politiques au sujet des électeurs, comme les opinions politiques et les intentions de vote, sont de nature sensible.

Selon lui, « l’information au sujet de nos opinions politiques est très sensible ». Il est clairement « inacceptable », selon M. Therrien, que les partis politiques fédéraux et provinciaux ne soient pas assujettis aux lois sur la protection de la vie privée.

Le respect de la vie privée est un droit fondamental de la personne qui permet la liberté d’association, de pensée et d’expression, dont l’affiliation, la participation et le débat politiques.

« Le projet de loi C-76, qui est la réponse du gouvernement fédéral face aux préoccupations du public concernant la façon dont les renseignements personnels sont utilisés dans le processus électoral, n’offre rien de concret sur le plan de la protection de la vie privée. Le temps est venu d’agir pour mieux protéger les droits des Canadiens », a critiqué le commissaire à la protection de la vie privée du Canada.

Des techniques de microciblage peu éthique ?

Rappelons que de récentes enquêtes hautement médiatisées menées au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et dans d’autres pays ont révélé que les partis politiques recueillent des quantités importantes de renseignements personnels sur les électeurs alors qu’ils adoptent des techniques de microciblage. Les partis politiques détiennent également des renseignements personnels sur les bénévoles, les employés et les candidats.

Ces pratiques peuvent avoir d’importantes répercussions sur la vie privée des citoyens et miner leur confiance à l’égard du système démocratique.

À l’heure actuelle, la Colombie-Britannique est la seule administration au Canada où les partis politiques sont assujettis à des lois relatives à la protection de la vie privée. C’est également la seule province où les électeurs peuvent déposer des plaintes auprès d’un organisme indépendant quant aux pratiques d’un parti politique relatives à la protection des données personnelles.

Lire aussi : Pour voter, vérifier votre inscription sur la liste électorale.

Faut-il le rappeler, la résolution conjointe des gardiens du droit d’accès à l’information et du droit à la vie privée a été prise lors de la réunion annuelle des commissaires et ombudsmans fédéraux, provinciaux et territoriaux à l’information et à la protection de la vie privée, tenue du 11 au 13 septembre 2018, à Regina en Saskatchewan.

Source : Commission d’accès à l’information

Lire la suite

en-avant