Suivez-nous

HighTech

Tchatche avec Nathalie avant les beuveries de fin d’année

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

ÉducAlcool a outillé sa page Facebook avec une technologie qui aide les internautes à passer des soirées amusantes et sécures.

ÉducAlcool est une association à but non lucratif qui œuvre depuis 1989 dans la prévention, l’éducation et l’information des québécois sur la consommation d’alcool. En plus de ses programmes variés ciblant plusieurs acteurs et organisations de la société, elle lance aujourd’hui, 11 décembre, un outil divertissant pour aider à se préparer et passer des soirées bien arrosées, mais pas forcément hyperalcoolisées.  

Il s’agit d’un chatBot ou comme le présente l’organisme une intelligence artificielle qui s’appelle Nathalie et qui attend les facebookeur (euses) sur Messenger pour répondre à leurs questions à tous moments. Je me suis connectée à mon compte personnel pour essayer Nathalie.  

La photo d’une charmante jeune femme, accessoirisée aux couleurs de noël m’a accueilli. Voici comment elle m’a abordée :          « Salut ! Contente que tu sois là. Moi c’est Nathalie, la conseillère d’Éduc’alcool. Sache qu’à tout moment, tu peux revenir au menu principal, trouver un taxi ou parler à un humain en appuyant sur le bouton approprié dans le menu permanent. ». « Que cherches-tu aujourd’hui ? », a t-elle tout de suite rajouté.

Ce premier contact est suivi instantanément d’un menu proposant des sujets de conversation. En gros, le chat avec Nathalie se déroule bien, lorsqu’on choisi au fur à mesure les sections et sous-sections qu’elle envoie. Les contenus de ces liens proposent des conseils, des articles informatifs sur les méfaits de l’alcool détaillés selon le type de consommation et l’accompagnement, des astuces pour réussir sa soirée et pour répondre aux personnes qui incitent à la beuverie. Elle invite aussi à consulter la rubrique Mococktails qui comporte une panoplie de cocktails festifs sans alcool .

Je lui ai posé une question afin qu’elle me propose des conseils sur la consommation de drogue et d’alcool. Nathalie n’a pas su répondre en me suggérant de contacter un humain. Ce dernier m’a répondu dans la même boîte de dialogue me disant que le ChatBot offre seulement un menu et qu’il ne traite pas les questions spécifiques. Cette personne m’a répondu quelques minutes après : « Bonjour Hanen. Merci de votre question. Nathalie permet d’accéder à de l’information d’Éduc’alcool d’une façon différente. Nous tâcherons d’ajouter des fonctions plus avancées dans les prochaines itérations. Par souci de sécurité et de pertinence, nous devons nous assurer que les réponses ne soient pas basées sur une mauvaise interprétation du texte. À cet égard, les réponses de Nathalie sont parfois limitées. »

Nathalie ne possède pas encore une maturité linguistique lui permettant de converser efficacement avec les internautes. Toutefois, sa présence dans un cadre convivial et ses réponses instantanées peuvent contribuer à influencer plus d’un, les amener à prendre les bonnes décisions et à adopter des attitudes et des gestes préventifs pour eux ou leurs proches.  

Nous profitons nous aussi de cette occasion pour vous rappeler de festoyer comme des fins gourmets !

 

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HighTech

Microlino, l’auto qui se gare comme une moto

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

En voyant la Microlino, vos grands parents auront une impression de déjà-vu et ils n’ont pas tort. En effet, le design de cette nouveauté européenne revient de loin et se convertit au transport vert.

Vue pour la première fois au Salon international de l’automobile de Genève en 2016, Microlino est l’engin qui incarne les plus grandes tendances de la mobilité urbaine.

Il est 100% électrique et ne prends pas de place non seulement parce qu’il est compact, et a de petites dimensions (2,44 m de long et 1,5 m de large) mais aussi parce que sa configuration atypique lui permet de se faufiler partout.

Le véhicule vient de réussir ses derniers tests d’homologation. La production débute en décembre 2018 et il sera sur les routes européennes en 2019.  

Sa commercialisation se fera d’abord dans les marchés suisse et allemand. Il coûtera environ 12 000 €.

Microlino a été conçu par Micro Mobility Systems, un constructeur suisse connu par ses trottinettes électriques.

Ce n’est pas vraiment un modèle inédit puisqu’il est inspiré d’Isetta de BMW qui date de1956. Le géant allemand a cédé gratuitement le droit d’exploiter le design italien de son Isetta.

Outre le gabarit similaire, on accède à la Microlino par une porte frontale. Le véhicule peut ainsi stationner face au trottoir comme une moto, rendant le débarquement des deux passagers encore plus sécuritaire.

Sous ses airs de micro-citadine calme, elle passe à 50 km/h en 5 secondes et peut atteindre une vitesse de 90 km/h. Elle peut accueillir une petite et une grande batterie qui la dotent respectivement, d’autonomies énergétiques de 120 km et de 215 km.

Mais attention même si elle possède un porte-bagage et un tableau de bord semblables à ceux d’une auto, elle ne l’est pas finalement ! Il s’agit d’un entre-deux, entre une moto et une voiture, plus exactement un quadricycle.

« Le petit œuf » comme on le surnommait à l’époque témoigne de la prolifération de moyens de transports hybrides qui répondent aux besoins de déplacements les plus divers.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

HighTech

2019, la première voiture volante sur le marché

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Le rêve de conduire une voiture-volante, la start-up américaine Terrafugia le cultive depuis 2006. Entre temps, on n’a vraiment pas chômé puisque les ventes débutent en 2019.

Y a du trafic là-haut !

Le concept a été au début nommé Terrafugia Transition. La première démonstration publique a eu lieu lors de l’événement EAA AirVenture Oshkosh en 2013.

Le pilote d’essai, Phil Meteer, avait testé avec succès notamment la conversion de l’avion vers l’automobile.

L’engin, deux places, muni de traction arrière, pouvait atteindre 185 km/h et une vitesse de croisière de 172 km/h.

À cette époque le passage de l’automobile vers l’avion s’actionne grâce à un bouton qui met en marche le système de déploiement des ailes.

Rebaptisé TF-X

Aura-t-elle l’air comme le modèle dévoilé en 2015 ?

Dans le dernier modèle qui sera en vente, la voiture fonctionne en mode hybride combinant un moteur à essence conventionnel et une batterie au lithium-ion-phosphate plus puissante.

La manette des gaz inclut maintenant une option qui enclenche l’augmentation de puissance. Les partenaires Dynon et BRS ont fourni l’avionique de l’engin et son système de parachute.

Le design de l’habitacle a été modifié

Les sièges ont été améliorés. L’interface a été aussi modifiée en vue d’obtenir un rendu attrayant et plus intuitif.

L’espace de rangement des bagages a été agrandi. La sécurité a été optimisée en incluant des ceintures de sécurité plus performantes et des airbags.

TF-X sera commercialisé par le constructeur automobile chinois Geely qui avait acquis la start-up . On a hâte de découvrir son prix, évalué en 2012 à environ 279 000 USD.

À savoir :

Le véhicule a obtenu la certification du FAA (Federal Aviation Administration).

Vingt heures de vol suffisent pour obtenir le permis de conduire de cette nouvelle génération de transport aérien privé.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

HighTech

Blockbuster, les derniers témoins du VHS s’éteignent cet été

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

C’est un endroit mythique pour les générations X et Y. On y va pour découvrir le dernier jeu vidéo et pour se procurer le menu ciné du weekend. Cela fait longtemps qu’on n’entend plus parler des magasins Blockbuster. Et aujourd’hui, 13 juillet 2018, on annonce qu’aux États-Unis ils disparaîtront à jamais. À l’exception peut-être d’un point de vente au Nord-Ouest.

On n’arrête pas le progrès

L’entreprise a commencé à réduire ses points de vente en vue d’une clôture finale à partir de 2013.

Le PDG de Dish Network Corp, Joseph Clayton, avait reconnu que le divertissement vidéo évoluait vers un système de distribution numérique. Dish Network Corp avait acheté l’entreprise en faillite en 2011.

La chaîne est passée de 13 boutiques à 9 en 2016. Pendant ses années glorieuses Blockbuster était établi dans 12 pays, dont le Canada. L’Australie résiste encore avec quelques points de vente.

Il y a belle lurette qu’on ne voit plus l’enseigne en Amérique du Nord. Sandi Harding qui dirige le dernier magasin en Oregon a confié à Katrina Filippidis du webzine Engadget qu’elle n’a pas l’intention de fermer.

L’Alska a succombé

Les deux points de vente Fairbanks et DeBarr Road ferment la semaine prochaine, a confirmé via un post Facebook, Kevin Daymude, le directeur général de Blockbuster Alaska.

Ils ont résisté jusqu’à 2018 parce qu’internet coûte cher aux Alaskiens. C’est la fin pour la chaîne qui a ouvert ses portes en 1985.

Aujourd’hui, on apprend au même temps que quelques-unes ont survécu au 21e siècle et qu’elles ferment bientôt. On avait presque oublié cette époque où on se déplaçait pour choisir un film. Frappé par la concurrence des Redbox et des vidéos à la carte, le coup fatal pour la chaîne a été celui de Netflix.

Les derniers magasins survivants du nord rouvrent plus tard pour vendre leurs stocks jusqu’à la fin d’août. Une stratégie marketing a été utilisée pour sauvegarder le point de vente de DeBarr Road, mais l’intérêt du public a été occasionnel.

Le magasin d’Oregon serait-il le dernier témoin de l’invasion numérique sur les espaces physiques de circulation de l’image mouvante?

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

en-avant

X
X