Suivez-nous

Société

Témoignages poignants sur la crise du logement au Québec

Avatar

Publié

le

La crise du logement fait parler tous les acteurs du secteur. Enfin, si crise il y a, car les élus ne sont pas tous d’accord sur le sujet.

Si vous êtes encore en train de chercher un nouveau toit la polémique sur la pénurie du logement au Québec, vous en savez fort probablement quelque chose.

À quelques jours du 1er juillet, des organismes comme la Régie du logement et la Corporation des Propriétaires Immobiliers du Québec (CORPIQ) débattent des tenants et aboutissants de la montée de la demande dans le marché locatif.

Si des chiffres tel que le taux d’inoccupation (1,9% à Montréal), versus le nombre de demandeurs sont révélateurs pour plusieurs spécialistes, les élus ne sont pas tous d’accord, du moins sur l’ampleur du problème.

Ainsi, Valérie Plante, la mairesse de Montréal, a affirmé aujourd’hui, 26 juin, lors d’un point de presse que malgré la difficulté grandissante de trouver une maison, particulièrement pour les familles, il n y a pas de crise de logement.

« C’est le Far West, il n’y a plus de place à la solidarité »

Pa ailleurs, pour l’opposition, il est temps de prendre les choses au sérieux. En effet, Andrés Fontecilla, le député de Laurier-Dorion et responsable solidaire en matière de logement, a exigé aujourd’hui l’annonce du plan d’urgence.  

Lors qu’il a présenté sa demande, M. Fontecilla a été accompagné d’une famille, d’une étudiante toujours à la recherche d’un toit et de Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU.

Les témoignages de ces citoyens dépeignent la crise, ses facteurs et ses effets sur le portefeuille du Montréalais.

Voici ce que les invités de M. Fontecilla ont rapporté :

« Avec l’arrivée d’un troisième enfant dans la famille, le besoin de changer de logement se faisait pressant. Après plus d’un an de recherche, nous avons été forcé d’emménager temporairement chez mes parents sur la Rive-Sud alors que la garderie et nos emplois sont toujours sur l’Île. Un logement avec trois chambres c’est quasi-impossible à trouver. J’ai été victime de discrimination avec des contraintes sur les paiements, mais également, car les propriétaires sont frileux de recevoir des familles », déclare Naomie Tremblay accompagnée de son fils Matisse.

« Ça fait un an et demi que je suis à la recherche d’un logement, j’en ai vu de toutes les couleurs. C’est une situation au quotidien qui précarise à la fois la santé mentale et financière de beaucoup de personnes. La majorité des annonces ont beaucoup de restrictions, des prix de plus en plus effrayants. Lorsqu’on arrive à obtenir une visite, on s’y retrouve avec des dizaines de personnes et c’est au plus fort la poche. C’est le Far West, il n’y a plus de place à la solidarité, chacun veut se loger au plus vite! », témoigne l’étudiante Marianne Couture-Cossette.

De son côté Hans Brouillette, le directeur des affaires publiques de la CORPIQ, a donné aujourd’hui un exemple des raisons pour les quelles certains logements restent inoccupés :

« On voit de plus en plus de petits propriétaires de logements qui considèrent que le peu de droits dont ils disposent face à leurs locataires accentue des problèmes dont ils n’ont plus envie de s’occuper. Pour améliorer leur qualité de vie et lorsqu’ils peuvent se le permettre, certains finissent par garder vacants leur haut de duplex. »

Lire aussi : Ottawa lance un nouveau programme de soutien aux logements locatifs abordables

Lire la suite
Publicité
2 Commentaires

2 Comments

  1. Avatar

    patrick larente

    28 Juin 2019 à 12:12

    sa prendraient presque une troisieme gueres mondial pour liberez les logements sa va finir par arrivé en plus les prpriétaires c,est rendus qu,ils veulents des princeses ils sont rendus égoistes et arrogants meme la meuilleurs enquettes de crédits le frapus devra dénoncer se genres de comportements et sa devraient etre déclaré considéré comme un crimme contres l,humanité de refusé de louer a des assisté-sociaux c,est vraiment sans coeur et antichristiques antichrist se n,est pas tres Chrétiens et crimineles et lache

  2. Pingback: Québec investit 260 M$ pour accélérer la réalisation de 15 000 logements sociaux - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

La Ville de Montréal octroie 2,3 M$ pour sauvegarder une maison de chambres

Avatar

Publié

le

L’organisme L’Anonyme a reçu ce jeudi, 15 août, une contribution financière de 2,3 M$ de la Ville de Montréal pour rénover une maison de chambres dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Cette contribution financière de la Ville vise à sécuriser l’achat d’un immeuble situé au 3629-3631, rue Saint-Catherine Est. En effet, la rénovation des lieux permettra de préserver la location de 14 chambres à des personnes dans le besoin.

Le projet sera développé en collaboration avec le Groupe de ressources techniques Bâtir son quartier et d’autres partenaires communautaires et institutionnels. Le financement s’inscrit dans le cadre de la Stratégie de développement de 12 000 logements sociaux et abordables et du budget mis en place pour les projets hors-programmes. Il a notamment pour objectif de favoriser la mixité sociale dans la métropole.

« L’approche de l’organisme L’Anonyme vise à stabiliser les occupants vulnérables en leur offrant un logement et en leur faisant connaître les ressources disponibles afin qu’ils puissent améliorer leur qualité de vie », a précisé Robert Beaudry, responsable de l’habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Lire aussi : Origine – Habitation durable : la construction est officiellement lancée par District Atwater à Verdun

Lire la suite

Formations

PAB : un programme de bourses instauré par Québec pour les préposés aux bénéficiaires

Avatar

Publié

le

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, accompagnée de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, et du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé aujourd’hui la mise sur pied d’un nouveau programme de bourses destiné aux préposés aux bénéficiaires (PAB).

Cette initiative représente un investissement de 15 M$, qui se décline en 2 000 bourses de 7 500 $ chacune. Le gouvernement reconnaît le rôle essentiel des PAB et cette annonce s’inscrit dans une démarche comprenant une série de mesures concrètes visant à accroître l’attractivité du métier et l’amélioration de la rétention des nouveaux PAB.

Plus spécifiquement, le programme vise à :

  • soutenir les établissements de santé et de services sociaux pour améliorer l’attraction, la rétention et la disponibilité de main-d’œuvre dans ce titre d’emploi;
  • soutenir financièrement les candidats sélectionnés pour leur formation de PAB;
  • favoriser l’ajout de candidats dans les cohortes de formation.

La formation à suivre est celle menant à l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles (DEP) en Assistance à la personne en établissement et à domicile de 870 heures, qui est offerte par les centres de formation professionnelle (CFP) dans les différentes régions du Québec. 

Des bourses pour les métiers de PAB et d’ASSS!

Cette formation permet d’accéder au métier de PAB mais également à celui d’auxiliaire aux services de santé et sociaux (ASSS). L’ASSS est la personne qui fournit des soins et des services au domicile de l’usager. Les bourses seront réparties entre les établissements de santé et de services sociaux en fonction de leur taux de représentativité des PAB. 

Les établissements devront procéder à la sélection des personnes qui suivront leur formation pour devenir PAB. Ces personnes bénéficieront de la bourse en échange de la réussite de la formation et d’un contrat d’engagement de deux ans auprès de l’établissement les ayant parrainées.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux sera responsable du suivi du programme et il procédera à son évaluation. Pour plus d’information sur le programme de bourses d’études, consultez la page Avenir en santé.

À lire : Résidences privées : la pénurie de préposé aux bénéficiaires fait rage au Québec

Lire la suite

Actualités

Vol de renseignements personnels : après Desjardins, Québec annonce l’encadrement des agences de crédit

Avatar

Publié

le

Le ministre des Finances, Eric Girard, a annoncé mercredi 14 août son intention de déposer un projet de loi dans la foulée du vol de renseignements personnels chez Desjardins.

Avec ce projet de loi, le ministre souhaite introduire un encadrement des agences de crédit et offrir le gel ou le verrou du crédit, à l’instar de ce qui se fait présentement ailleurs dans le monde. Les modifications législatives proposées viseront ainsi à améliorer la protection des données financières des citoyens. « Nous avons l’intention de mettre en place des mesures visant à accroître la protection des informations financières de tous les Québécois et Québécoises », a annoncé Eric Girard.

De plus, le ministre a annoncé qu’il a convenu avec le Mouvement Desjardins de resserrer sa gouvernance et sa gestion de risques dans le cadre du bilan amorcé en collaboration avec l’Autorité des marchés financiers. « L’incident chez Desjardins est regrettable, et je comprends que les Québécois soient inquiets. Nous sommes conscients qu’ils attendent du gouvernement des améliorations », a-t-il déploré.

Equifax face aux Vols de renseignements personnels...

Le ministre a tenu à rassurer les membres de Desjardins concernés et la population en général. En effet, la situation est gérée de façon adéquate par l’institution financière, sous l’œil attentif de l’Autorité des marchés financiers. Il a rappelé que les actifs financiers des membres sont garantis en cas de fraude. Il constate aussi l’inscription en grand nombre des membres de Desjardins aux services d’Equifax, ce qui contribuera à la prévention des fraudes. On ne rapporte d’ailleurs aucune augmentation des cas de fraude chez Desjardins depuis le vol de données.

Le ministre est d’avis que l’institution coopérative a réagi rapidement et de façon responsable en offrant notamment à ses membres un plan de protection et d’assistance gratuit contre le vol d’identité. Il dit comprendre par ailleurs l’inquiétude et l’insatisfaction des clients concernés, et c’est pourquoi il considère que des changements législatifs doivent être apportés.

À lire : Desjardins : les données personnelles de près de 3 millions de clients volées par un employé

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :