Suivez-nous

Politique

Tenue de ville à l’Assemblée nationale du Québec, une « norme » à respecter pour l’instant…

Avatar

Publié

le

À la reprise des travaux parlementaires, le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, a rendu une directive mardi 5 février au sujet de la tenue vestimentaire des députés québécois. Ces derniers sont invités à enfiler la tenue de ville en attendant des « discussions formelles » sur la question.

Le code vestimentaire des députés québécois faisait grand bruit l’année dernière, surtout avant la fin de la session parlementaire en décembre 2018, lorsque certains députés de Québec solidaire (QS) sont entrés au Parlement, habillés en t-shirt, jeans, bottes Doc Martens.

« Avant d’entamer cette période de travaux, j’aimerais revenir sur un enjeu qui a été soulevé avant l’ajournement de décembre dernier et dont on a beaucoup entendu parler depuis, tant au sein de cette assemblée que dans les médias, et parmi la population en général : la tenue vestimentaire des députés », a déclaré, mardi, François Paradis, président de l’Assemblée nationale.

Code vestimentaire : les Parlements n’ont pas de règles écrites!

Dans sa directive, François Paradis a fait une revue des pratiques en matière vestimentaire observées dans d’autres assemblées législatives au Canada et ailleurs dans le monde. D’après lui, il appert que la plupart des parlements n’ont pas de règles écrites sur la question, mais qu’en pratique et selon les usages, c’est la norme dite de la « tenue de ville » qui est généralement appliquée.

« En fonction de cette norme, lors des travaux parlementaires, on s’attend habituellement des hommes qu’ils portent un veston-cravate, et des femmes, une tenue de circonstance. »

– François Paradis, président de l’Assemblée nationale du Québec

Au Québec, soutient le président de l’Assemblée nationale, depuis plusieurs années, c’est également cette même norme qui est observée à l’Assemblée nationale par les députés, bien qu’elle ne soit pas prévue au Règlement. « En fonction de cette norme, dit M. Paradis, lors des travaux parlementaires, on s’attend habituellement des hommes qu’ils portent un veston-cravate, et des femmes, une tenue de circonstance ».

Tout en s’interrogeant si le temps est-il venu de modifier ou de clarifier les règles en matière de tenue vestimentaire des députés? « Chose certaine, réponds François Paradis, je ne crois pas qu’il me revienne, à titre de président, d’en décider unilatéralement ».

À la recherche d’un large consensus pour la tenue de ville?

Pour lui, il s’agit d’une question qui, à l’issue d’échanges que nous pourrions avoir le cas échéant, devra être décidée collectivement. « Je souhaiterais alors fortement qu’un large consensus se dégage comme c’est le cas lorsqu’on se penche sur la possibilité de revoir nos règles de procédure », a souhaité le président de l’AssNat.

Selon le président, l’analyse plus poussée de cette question sera confiée au comité de réflexion mis sur pied lors de la signature de l’entente valable pour la durée de la 42e législature. « D’ici à ce que des discussions formelles se tiennent sur la question de la tenue vestimentaire des députés, je compte sur vous pour continuer à respecter la norme observée depuis de nombreuses années dans le cadre de nos débats, soit la  » tenue de ville  » », a conclu le président.

À lire aussi : François Paradis, un ancien journaliste aux commandes de l’Assemblée nationale

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Equifax Canada sous surveillance pour atteinte majeure à la sécurité des données

Avatar

Publié

le

Une enquête américaine sur la sécurité des données a révélé qu’Equifax Canada n’a pas protégé les données de 19 000 Canadiens.

Les agissements d’Equifax Canada ont été démasqués par une enquête mondiale, publiée récemment par le sous-comité permanent des enquêtes du Sénat américain, qui a porté sur la société mère basée aux États-Unis.

Les résultats de l’enquête donnent froid dans le dos. L’atteinte à la sécurité des données privées a touché 143 millions de personnes à l’échelle mondiale.

La cause de l’atteinte est on ne peut plus inquiétante. En effet, des hackers ont réussi à pirater la plateforme de l’entreprise à cause de failles qui avait été détectées mais qui n’ont pas été suivies à temps.

Selon un article de Data Breach Today, l’application web source ouverte Apache Struts était notamment au cœur de la brèche de sécurité.

De plus, en 2017, l’entreprise n’a pa renouvelé des certificats de protection, laissant le portail de litige en ligne vulnérable durant 78 jours entre mars et juillet.

Les attaquants ont eu accès au réseau Equifax par l’intermédiaire de ce portail.

En plus de cette grande lacune, Equifax Canada n’a pas dédommagé ses clients canadiens à l’instar de l’entreprise mère. En effet, elle a seulement proposé d’offrir pendant quatre ans la surveillance gratuite du crédit aux victimes de l’atteinte.

M. Daniel Therrien, commissaire à la protection de la vie privée du Canada, a affirmé que l’entreprise canadienne a « refusé d’offrir une option de gel de crédit aux Canadiens touchés. » Or cette protection a été proposée par Equifax Inc à ses clients.

Procédures de consentement inadéquates

« Compte tenu de la grande quantité de renseignements personnels extrêmement sensibles détenus par Equifax et de son rôle essentiel dans le secteur financier en tant qu’agence d’évaluation du crédit, il était totalement inacceptable de constater des lacunes aussi importantes dans les pratiques de l’entreprise en matière de protection de la vie privée et de sécurité », déclare M. Therrien.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada surveillera Equifax Canada pendant 6 ans. Durant cette période, l’entreprise s’est engagée à soumettre au Commissariat tous les deux ans des rapports de vérification effectués par un tiers sur sa propre sécurité et celle d’Equifax Inc.

Le commissariat examinera aussi une autre facette de l’affaire signalée par les victimes qui ont appris dans le cadre de cette affaire que leurs données ont été transférées aux États-Unis sans leurs consentements.

Lire aussi : Facebook bannit des séparatistes canadiens, découvrez lesquels

Lire la suite

Culture

Contenus francophones : le Québec et la France vont promouvoir la diversité des expressions culturelles en ligne

Avatar

Publié

le

Une mission franco-québécoise sur la visibilité des contenus culturels francophones en ligne a été lancée officiellement, aujourd’hui, mercredi 3 avril. Objectif : établir un premier diagnostic des différents enjeux liés à la découvrabilité, puis proposer et mettre en œuvre des solutions qui permettront d’assurer une meilleure visibilité des artistes et des œuvres francophones sur Internet.

« En matière culturelle, où les réalisations franco-québécoises et les opportunités restent innombrables, le Président de la République française et le Premier ministre du Québec se félicitent de la tenue prochaine de la première réunion d’experts consacrée à la découvrabilité des contenus francophones sur les supports numériques ».

Faisant suite à cette déclaration conjointe du président Emmanuel Macron et du premier ministre François Legault, tenue le 21 janvier 2019 lors d’une rencontre à Paris, le ministre de la Culture de France, Franck Riester, et la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, également ministre responsable de la Langue française du Québec ont lancé la mission franco-québécoise sur la visibilité des contenus culturels francophones en ligne.

Les pratiques culturelles influencées par l’évolution du numérique

Dans le contexte actuel où les pratiques culturelles sont largement influencées par l’évolution de l’environnement numérique, le Québec et la France estiment que la mise en avant des contenus francophones se pose comme « un enjeu majeur » de promotion de la diversité des expressions culturelles. Dès lors, disent les initiateurs, la visibilité des contenus francophones en ligne est une priorité affirmée tant par la France que par le Québec.

À lire : Québec attribue 1 million $ pour la réalisation de projets de promotion du français

« Pour notre gouvernement, il est important d’assurer que tous puissent avoir accès à des contenus culturels francophones de qualité sur le Web. »

– Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, Québec

« Les grandes plateformes de l’Internet sont devenues incontournables dans la diffusion des contenus culturels, ce qui leur confère une grande responsabilité dans la mise en avant des cultures locales. »

– Franck Riester, ministre de la Culture, France

À lire : Legault et Macron soulignent le 71è jour du Drapeau du Québec à Paris

Alors qu’une part importante de l’accès aux œuvres sur Internet, et notamment sur les grandes plateformes numériques, provient aujourd’hui de suggestions proposées par des algorithmes de recherche ou de recommandation personnalisée. Un des défis consiste alors à permettre aux contenus francophones d’être référencés et suggérés aux internautes.

Cette mission franco-québécoise a été confiée à un agent nommé au sein de chacun des deux ministères. Il s’agit de Philippe de Cuetos pour le ministère de la Culture de France et de Mathieu Rocheleau pour le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Les deux chargés de mission se sont rencontrés pour la première fois le lundi 18 mars à Paris à l’occasion du lancement des travaux.

À lire aussi : Un nouveau jeu ludopédagogique pour initier à la citoyenneté numérique

Lire la suite

Environnement

Émissions de GES : la mairesse de Montréal lance un Programme d’achats de Crédits carbone pour les déplacements aériens

Avatar

Publié

le

Engagée dans la lutte contre les changements climatiques et l’atteinte de la carboneutralité, la mairesse Valérie Plante a lancé mardi 2 avril un Programme d’achats de Crédits carbone éducatifsMD pour les déplacements aériens des activités municipales afin de contribuer à la réduction des émissions de GES (gaz à effet de serre).

Les déplacements aériens des élus et employés municipaux de la Ville de Montréal seront compensés par l’achat de Crédits carbone éducatifsMD du programme de la Bourse du carbone Scol’ERE.

« À compter d’aujourd’hui, je compenserai mes déplacements aériens par l’achat de Crédits carbone éducatifsMD du programme de la Bourse du carbone Scol’ERE, dont les crédits seront réinvestis dans des projets éducatifs de réduction des émissions de GES qui peuvent influencer de façon durable les habitudes de vie des jeunes montréalais et de leurs familles », a déclaré Valérie Plante.

Le transport aérien représente la plus grande intensité d’émissions de GES par kilomètres-passagers

La mairesse de Montréal estime que le transport aérien est le moyen de transport qui présente la plus grande intensité d’émissions de GES par kilomètres-passagers. Lorsqu’un déplacement est nécessaire, dit-elle, nous travaillons à réduire son empreinte carbone, en minimisant la distance de vol et le nombre d’escales.

« Mon administration va plus loin en déployant un Programme d’achat de crédits carbone pour les déplacements aériens des activités municipales pour compenser les GES liés à l’ensemble des déplacements internationaux de la Ville de Montréal. » Valérie Plante, mairesse de Montréal

À lire : Changements climatiques : un système pollueur-payeur partout au canada en 2019

Entourée de grands partenaires de la collectivité, la mairesse a tenu à démontrer qu’il est possible d’avoir un impact collectif par des gestes simples et porteurs de sens. C2 Montréal, l’Université McGill et le Mouvement Desjardins se sont engagés en faveur de l’action climatique.

Ensemble, a indiqué Valérie Plante, nous trouverons de nouvelles façons de penser nos gestes au quotidien. « Je lance le défi à l’ensemble de nos partenaires du Plan Montréal durable 2016-2020, ainsi qu’à toutes les entreprises et organismes montréalais, de s’engager à mettre sur pied des programmes ou des politiques pour minimiser et compenser leurs déplacements en avion », a ajouté la mairesse.

À lire aussi : 10 mesures audacieuses pour lutter contre les changements climatiques au Canada

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant