Suivez-nous

Actualités

Top 5 des dirigeants politiques blâmés à l’année 2017

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Libre de droits

L’année 2017 aura été riche, au propre comme au figuré, en actualités et en bourdes. Nous avons décidé de faire notre rétrospective sur quelques actions ou propos de Chefs d’États ou Chefs de Gouvernements qui ont fait parler d’eux. Et qui, finalement, ont été critiqués ou sont l’objet de colère dans leur pays, par leur peuple et ailleurs dans le monde.

À tout seigneur tout honneur. On ne pouvait commencer ce classement que par le numéro 1 mondial de la superpuissance. Vous l’avez bien deviné…

1-Donald Trump. C’est l’un des dirigeants occidentaux qui a marqué l’actualité du commencement de l’année en janvier (avec son installation officielle à la Maison Blanche) à la fin de l’année, alors que tous les sondages lui donnaient perdant. D’abord, le milliardaire a fait le buzz annonçant, le jeudi 1er juin, une sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat. Cela a provoqué une onde de choc mondiale pour les 194 autres pays signataires de ce texte historique.

Ensuite, la deuxième grosse et mauvaise nouvelle a été l’annonce du jeudi 10 octobre sur le retrait des États-Unis de l’UNESCO, l’institution onusienne chargée de la sauvegarde du patrimoine mondial, l’accusant d’être « anti-israélienne ». Puis, la cerise sur le gâteau : c’est la ‘’décision critique’’ du mercredi 6 décembre de Donald Trump sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Tombée comme un couperet, cette nouvelle que les prédécesseurs de Trump n’ont jamais eu le ‘’courage’’ d’annoncer continue de faire des vagues dans le monde à travers des marches pacifiques ou violentes et notamment au Proche-Orient où des observateurs de la scène diplomatique craignent une ‘’nouvelle Intifada’’. Que ce soit l’ONU, la France, la Russie et plusieurs pays membre du Conseil de sécurité des Nations Unis ont dénoncé cette énième position des USA dans le conflit israélo-palestinien.

Le second dirigeant sur notre liste, se trouve en Europe. Il est l’un des plus jeunes dirigeants en ce moment dans le monde…

2-Emmanuel Macron. C’est lui désormais le numéro 1 Français, qui a fêté ses 40 ans les samedi 16 et dimanche 17 décembre sur fond de polémique. Après son élection en mai 2017, le président français a multiplié les tournées et les rencontres dans le monde. Alors qu’il participait à son premier sommet du G20 à Hambourg, Macron a estimé que « l’un des défis » de l’Afrique était « civilisationnel ».

Allant jusqu’à dire que : « Quand des pays ont encore aujourd’hui 7 à 8 enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ». Il n’en fallut pas plus pour assister à une volée de bois vert en sa direction. Des propos, qui n’ont pas été du goût de plusieurs personnalités politiques et de la société civile africaine, ont même été jugés au            « maladroit, au pire, raciste » par un grand média comme le site ‘’Vox’’. Mais, ce n’est pas tout !

La première visite du président Macron au Burkina, fin novembre, s’est achevée par la conférence de presse mouvementée de l’université de Ouagadougou. Où il a été reproché au « jeune président » de la France d’avoir humilié son « aîné président » Kaboré du Burkina Faso dans un amphithéâtre bondé d’étudiants.

La 3è personnalité et non des moindres est du Royaume-Uni. C’est une dame de fer, ou « femme capable » qui s’impose malgré tout. Mais…

3-Theresa May. C’est l’une des premiers dirigeants étrangers à être reçue par Donald Trump à la Maison Blanche, quelques jours après sa prestation de serment, le 20 janvier. Femme d’État britannique, Mme May est le chef du Parti conservateur et la Première ministre du Royaume-Uni depuis 2016, succédant ainsi à David Cameron.

Mais la numéro 1 Britannique a dû faire face à une grosse humiliation en juin 2017. Alors qu’elle avait convoqué les élections législatives anticipées pensant obtenir une majorité (pour les Conservateurs) pour négocier la sortie de son pays de l’Union européenne, cela s’est ‘’malheureusement’’ soldé par la perte de la majorité absolue au Parlement britannique.

« Cette défaite est une humiliante perte d’autorité pour le gouvernement », avait martelé Jeremy Corbyn, patron du parti travailliste. Sachant être victime d’une rébellion dans son propre camp, la première ministre britannique Theresa May était prête à démissionner. Et pour finir, c’est Donald Trump qui a décidé de s’en prendre à Theresa May, qui avait critiqué ses retweets de vidéos anti-musulmanes.

Dans un tweet datant du 30 novembre, le président américain écrit : « @theresa_may, ne te focalise pas sur moi, focalise-toi sur le terrorisme islamique radical destructeur à l’intérieur du Royaume-Uni. Tout va bien pour nous ! ». Pour rappel, le Royaume-Unis a fait face à au moins six attentats terroriste en 2017.

La 4è personnalité dirigeante est le seul chef d’État au monde qui va en visite officielle à l’étranger, accompagné de ses trois femmes.

4-Jacob Zuma. Le président Sud-Africain, est un des ‘’puissants’’ chefs d’Etats africains les plus controversés en 2017. Empêtré dans une série de scandales politico-financiers, il a été tenu comme responsable, par l’opposition, de la récession économique que subit son pays. Il serait menacé par la réouverture de plus de 780 charges de fraude et corruption dans une vieille affaire de contrat d’armement.

Et il ferait également face à de nouvelles accusations de collusion avec une richissime famille d’hommes d’affaires, les “Gupta”. La semaine du 11 décembre, la justice lui a d’ailleurs donné 30 jours pour mettre en place une commission d’enquête sur ces nouvelles accusations.

L’opposition avait déposé une motion, espérant rallier des députés du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), où les critiques contre Jacob Zuma ne cessent de croître, pour recueillir la majorité et faire tomber le chef de l’État et son gouvernement le mardi 8 août 2017 ; même si Jacob Zuma a « survécu » à cette motion de censure à son encontre.

Avec la victoire de l’actuel vice-président, Cyril Ramaphosa (très critique vis-à-vis du chef de l’État) à la tête de l’ANC le 18 décembre, les observateurs s’interrogent si Zuma va-t-il rester président du pays jusqu’à la fin de son mandat ? Rien n’est encore sûr et certain.

Enfin, le 5è dirigeant, et non des moindres, est l’une des personnalités politiques considérée comme « une star » en Amérique du nord et ailleurs…

5-Justin Trudeau. Puisque c’est de lui qu’il s’agit, on pourrait aussi parler de l’effet « Trudeaumania », lorsque que le premier ministre canadien fait la couverture de magazine de renom.

Justin Trudeau a été traité en rock star sur la couverture du Rolling Stone, qui lui avait consacré sa page d’ouverture dans son numéro du mois de juillet, avec un article qui porte le titre « Justin Trudeau, l’étoile du Nord ».

Une étoile qui, on pourrait le dire, a fini par se faire blâmer le 20 décembre 2017. Le numéro 1 Canadien serait donc contrevenu à quatre articles de la Loi sur les conflits d’intérêts en se rendant dans l’île privée de l’Aga Khan située aux Bahamas (à bord de l’hélicoptère personnel du riche philanthrope), du 26 décembre 2016 au 4 janvier 2017, pour ses vacances des Fêtes, selon la commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique.

Ce voyage aura fait couler beaucoup d’encre et de salive à l’issue d’une enquête de plusieurs mois. En novembre déjà, Justin Trudeau avait reçu de vive critique pour avoir « refusé de blâmer » son ami Stephen Bronfman, lié aux ‘’Paradise Papers’’.

Comme vous le constatez, le bilan 2017 est quasi-salé pour ces dirigeants. Vont-ils faire mieux ou pire en 2018 ? Wait and see…

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Nation

PRTCE : le gouvernement canadien aide des nouveaux arrivants formés à l’étranger à faire reconnaître leurs qualifications

Avatar

Publié

le

Dans le cadre du Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers (PRTCE), le gouvernement du Canada annonce un projet visant à aider les nouveaux arrivants à Milton, en Ontario, formés à l’étranger à faire reconnaître leurs titres de compétences afin d’assurer une main-d’œuvre qualifiée, concurrentielle et inclusive.

Les nouveaux arrivants qualifiés sont souvent confrontés à des difficultés particulières lorsqu’il s’agit de trouver du travail dans leur domaine en raison d’un manque de reconnaissance de leurs études et de leur formation acquise à l’étranger.

Jeudi, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, Patty Hajdu, a annoncé un nouveau projet visant à aider environ 100 nouveaux arrivants formés à l’étranger à Milton, en Ontario, à faire reconnaître leurs titres de compétences. « Notre succès dépend de l’égalité des chances de réussite de chacun, y compris des nouveaux arrivants. Les aider à faire reconnaître leurs titres de compétences étrangers leur permettra d’exercer leur profession au sein de notre main-d’œuvre, ce qui profitera à notre économie ainsi qu’à notre population », a reconnu Mme Hajdu.

Création d’un portail d’évaluation des titres de compétences…

Le gouvernement du Canada versera 650 000 $ au Canadian Welding Bureau Group (Groupe CWB) cours des deux prochaines années pour créer un portail d’évaluation des titres de compétences professionnelles en soudage pour les nouveaux arrivants (le portail). Le Groupe CWB fournira aux professionnels du soudage formés à l’étranger des outils liés à l’emploi et à la formation, et des conseils sur la meilleure façon de faire reconnaître des titres de compétences.  

« Grâce à cet investissement, nous nous assurons de ne laisser aucun talent inexploité. Lorsque nous donnons aux nouveaux arrivants une juste chance de réussir au Canada, notre économie et notre classe moyenne prospèrent. »

– Patty Hajdu, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail

Cet investissement est réalisé dans le cadre du Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers (PRTCE), qui fournit des fonds aux gouvernements provinciaux et territoriaux, aux organismes de réglementation, aux associations nationales et aux organismes d’évaluation des titres de compétences.

Le PRTCE accorde des prêts aux nouveaux arrivants!

Le PRTCE accorde également des prêts aux nouveaux arrivants qualifiés pour les aider à payer les dépenses liées à la reconnaissance de leurs compétences et de leur formation et offre des services de soutien à l’emploi afin de les aider à obtenir leur première expérience de travail au Canada dans leur domaine.

À lire : L’intégration professionnelle des immigrants, une clé de réussite que le Québec tarde à tourner

Rappelons que les nouveaux immigrants (15 à 64 ans) présentent un taux d’emploi plus faible (62,2 %) que les non-immigrants (71,7 %). (Statistique Canada, Recensement de 2016). De plus, les nouvelles arrivantes issues de minorités visibles présentent un taux de chômage plus élevé (14,4 %) que leurs homologues masculins (10,2 %). (Statistique Canada, Nouveaux arrivants au Canada de 2011 à 2016)

À lire aussi : Ouverture du guichet unique en ligne pour la reconnaissance des compétences des immigrants au Québec

Lire la suite

Actualités

Canada : Un nouveau service télé multilingue

Avatar

Publié

le

La télé canadienne sera polyglotte. Un nouveau service permettra aux Canadiens dans plusieurs régions de regarder les programmes et les nouvelles dans leurs langues maternelles.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a annoncé ce jeudi, 23 mai, qu’il a accordé à Rogers Media une licence afin d’exploiter un service national de télévision à caractère multiethnique offrant des émissions dans 20 langues.

Ce nouveau service remplacera le service existant d’OMNI Regional de Rogers. Il sera offert sur tous les forfaits de télévision numérique de base partout au Canada. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la politique du CRTC visant à mieux représenter la diversité multiculturelle au Canada.

À partir du 1er septembre 2020, les Canadiens auront accès aux nouvelles des quatre coins du pays et à la programmation parlés en 20 langues tierces.

Ce service desservira la Colombie-Britannique, les Prairies, l’Ontario et le Canada atlantique ainsi que le Québec.

« Pouvoir regarder du contenu dans leur langue maternelle donne à un grand nombre de personnes un sentiment d’appartenance, facilite la participation à la vie civique et à notre démocratie, et permet de s’assurer que la diversité du Canada soit représentée dans notre système de radiodiffusion », a souligné Ian Scott, président et dirigeant principal, CRTC.

Au Québec, Rogers :

  • diffusera au moins trois heures par semaine de programmation originale et locale à caractère ethnique de langue française;
  • diffusera au moins une heure et demie de programmation originale et locale de langue française;
  • diffusera au moins 30 minutes par semaine de programmation locale et originale de langue anglaise;
  • consacrera au moins 90 % de sa grille-horaire à la présentation d’une programmation à caractère ethnique et 60 % de sa grille-horaire à une programmation en langues tierces.

Lire aussi : Aimeriez-vous regarder une télé verticale?

Lire la suite

Actualités

Boissons alcoolisées purifiées et aromatisées, Santé Canada met de l’ordre pour limiter les dégâts!

Avatar

Publié

le

Un an après la mort par noyade de la jeune Athéna Gervais, suite à une consommation excessive de FCKD UP [boisson sucrée alcoolisée contenant 11,9 % d’alcool], Santé Canada a décidé de limiter la teneur en alcool des boissons alcoolisées purifiées et aromatisées vendues en portions individuelles. Un nouveau règlement est immédiatement entré en vigueur ce jeudi 23 mai 2019.

Fin de règne des boissons sucrées à haute teneur en alcool! Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a annoncé aujourd’hui un nouveau règlement qui limite la teneur en alcool des boissons alcoolisées purifiées et aromatisées vendues en contenants à portion individuelle.

Ce règlement, a-t-on appris, a pour but de protéger les Canadiens, surtout les jeunes, contre les risques immédiats associés à ces boissons, notamment la surconsommation non intentionnelle et l’intoxication aiguë à l’alcool. « Étant donné la gravité du risque, ce règlement entre en vigueur immédiatement, et il n’y aura aucune période de transition », a déclaré Ginette Petitpas.

Passer à l’action pour aider à protéger les Canadiens!

Santé Canada révèle que les boissons alcoolisées purifiées et aromatisées, qui forment une nouvelle classe de boissons en pleine croissance au Canada, présentent un risque pour la santé des Canadiens, en particulier les jeunes, qui va en augmentant.

À lire : Décès d’Athéna Gervais : « Jeunesse sacrifiée et femmes ciblées » au Québec ?

Ces boissons ont une forte teneur en alcool, et un contenant à portion individuelle peut équivaloir à jusqu’à quatre verres standard. Elles sont souvent très sucrées; il est donc très facile pour les gens, surtout les jeunes, de consommer sans le vouloir de grandes quantités d’alcool dans un laps de temps très court, ce qui peut causer des méfaits graves liés à l’alcool.

« Au Canada, les boissons alcoolisées purifiées et aromatisées vendues en portions individuelles ont causé de nombreuses hospitalisations et au moins deux décès depuis un an et demi. C’est tout à fait tragique. »

– Ginette Petitpas Taylor, Ministre de la Santé

Au dire de la ministre Taylor, Santé Canada est passé à l’action pour « aider à protéger les Canadiens », en particulier les jeunes, contre la surconsommation non intentionnelle d’alcool car, prévient-elle, une consommation excessive d’alcool peut causer des méfaits liés à l’alcool, y compris l’intoxication alcoolique aiguë et la mort.

Boissons alcoolisées : mise en garde aux femmes et aux hommes!

Selon le nouveau règlement, la teneur en alcool des boissons alcoolisées purifiées et aromatisées vendues en portions individuelles ne doit pas dépasser 25,6 mL (l’équivalent de 1,5 verre standard) si leur contenant a un volume de 1 000 mL ou moins.

De nombreuses autres boissons alcoolisées offertes en portions individuelles sur le marché, comme les panachés et la bière, sont vendues dans des contenants de 1 à 1,5 verre standard. Le standard de consommation de 1,5 verre par jour est en dessous des limites recommandées pour les femmes et la consommation de deux portions reste toujours conforme aux recommandations lors des occasions spéciales, soit 3 boissons.  Ces quantités sont conformes aux  Directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada selon lesquelles les femmes ne devraient pas consommer plus de deux verres standard par jour et les hommes, plus de trois.

À lire aussi : Au Québec, quand ta santé dépend du dépanneur…

Pour rappel, Santé Canada a mené des consultations sur le projet de règlement du 22 décembre 2018 au 5 février 2019. Au total, 60 commentaires ont été soumis par la population (28), des organismes gouvernementaux (17), des acteurs du domaine de la santé (9) et des acteurs de l’industrie (6).

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant