Suivez-nous

HighTech

Toronto – Montréal en 45 minutes c’est bientôt possible !

Publié

le

Photo libre de droits

Le temps est notre plus grand ennemi. On peut passer des heures dans les transports en commun, dans les trains, dans les avions. Quelle perte de temps non ? Aujourd’hui un Paris-New York en avion c’est 6 heures, alors qu’en Concorde c’était seulement 3 heures. Aurait-on régressé ? Peut-être pas. Il sera bientôt possible de faire un Montréal Toronto en moins d’une heure grâce à un nouveau type de transport appelé hyperloop.

Ce nom un peu barbare a été inventé par le milliardaire Elon Musk et il caractérise un nouveau type de transport, plus rapide et révolutionnaire.

Mais qu’est ce que c’est exactement qu’hyperloop. Sébastien Gendron, co-fondateur de la start-up canadienne Transpod l’explique en quelques mots :

« L’infrastructure est assez simple. C’est un tube qui fait 4 mètres de diamètres connecté à des pompes à vides. On réduit la pression dans le tube pour s’affranchir des frottements aérodynamiques. Et en s’affranchissant des frottements aérodynamique, on peut atteindre des vitesses similaires à celle de l’avion ».

Pour faire plus simple hyperloop c’est « un train subsonique, qui va se déplacer à la même vitesse que l’avion dans des tubes sous-vide » continue M. Gendron, lors du panel Disrupting transportation dans la conférence organisée par TFBN: Toronto French Business Network, le 8 novembre 2017.

Avec ces partenaires Transpod développe et conçoit cette nouvelle technologie, mais ce n’est pas la seule entreprise sur le marché. Ils sont 9 incluant Transpod à travailler sur ce nouveau concept et la concurrence n’est pas des moindre. Le milliardaire Elon Musk, et Richard Branson, créateur de Virgin sont aussi sur le coup.

Et le coût dans tout ça ? Pour développer le produit il faut environ 200 à 300 millions de dollars américains. Branson a  amassé les 200 millions nécessaires pour la réalisation de ce projet, ce qui n’est pas encore le cas de Transpod mais Sébastien Gendron n’est pas inquiet à ce sujet.  

« Nous avons aujourd’hui 20 millions. Nous avons des investissements qui arrivent bientôt. Nous avons aussi de très bons ingénieurs qui travaillent sur le projet »

Ce nouveau moyen de transport sera tout d’abord utilisé pour le transport de marchandise avant d’être utilisé par l’Homme. La raison est simple, un nouveau produit peut faire peur et le tester sur des marchandises est plus sûr.

Par contre, ne vous attendez pas à voir hyperloop tout de suite sur le marché. Il faudra attendre encore quelques années avant que les hommes puissent l’utiliser car le concept n’est actuellement qu’en phase de développement.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Canada : le Bureau de la Concurrence alerte sur les jouets intelligents

Publié

le

On est en plein période d’achats des cadeaux, surtout pour les enfants, parfois sans faire attention à certains détails. À l’heure de l’Internet des Objets, même les plus petits n’échappent pas à la collecte des données personnelles.

En fait, certaines plateformes utilisent les jouets comme un pont pour faire du marketing caché. C’est pour cette raison que le Bureau de la Concurrence a lancé ce mardi, 11 décembre, un appel aux consommateurs afin de faire attention avant d’acheter et lors de l’usage des jouets connectés.

Qu’est ce que le marketing caché et comment passe t-il par les jouets pour atteindre ses consommateurs potentiels ?

Il existe des jouets qui peuvent être connectés à des applications pour fonctionner ou pour proposer d’autres options de jeux. Or ce type de jouet peut être muni de dispositif d’écoute pour capter les conversations à proximité. L’objet se transforme ainsi en espion insoupçonné et ludique. En effet, à partir de mots clés détectés dans la conversation la tablette ou le cellulaire intelligent affichent des publicités ciblées. Il s’agit dans ce cas du marketing caché. Dans la même veine, certains jouets sont programmés pour émettre des messages publicitaires confinés dans l’interaction avec l’enfant.

Le Bureau de la Concurrence alerte notamment sur les jouets qui sont mal conçus et qui comportent des failles de sécurités. En s’y connectant, on s’expose ainsi aux attaques des cyber-pirates.

Or les jouets intelligents ne sont pas tous à craindre.

À retenir avant d’acheter des jouets intelligents

Pour éviter de faire des mauvais choix voici les conseils du Bureau de la Concurrence :

  • Se renseigner au préalable sur les risques ou les problèmes connus du jouet
  • Lire attentivement toutes les modalités d’utilisation du jouet
  • S’informer sur le fabricant et n’achetez que de marques connues et bien réputées
  • Apprendre la méthode de fonctionnement du jouet
  • S’informer sur les renseignements qui seront recueillis et la façon dont ils seront utilisés, conservés et partagés
  • Utiliser des réseaux Internet sécurisés et dignes de confiance
  • Modifier le nom d’utilisateur et le mot de passe assignés par défaut par le fabricant. Utilisez un mot de passe fort
  • S’assurer de faire les mises à jour de sécurité du jouet
  • Surveiller les activités des enfants lorsqu’ils s’amusent avec le jouet
  • Éteindre le jouet et le déconnecter pour un surcroît de sécurité entre les séances de jeu
  • Apprendre à supprimer les renseignements personnels des enfants si le jouet est perdu ou jet

Lire aussi : Des organismes de protection des consommateurs européens portent plainte contre Google

Lire la suite

Technologie

Canada en programmation : une semaine pour apprendre le codage aux élèves

Publié

le

La Semaine Canada en programmation est une semaine complète consacrée à l’apprentissage de la programmation qui a lieu du 3 au 10 décembre 2018. L’organisme Canada en programmation conçoit et met en œuvre des programmes d’apprentissage de la technologie et établit des partenariats d’enseignement pour les populations canadiennes.

En apprenant la programmation, les élèves découvrent le plaisir de créer avec la technologie et d’aller au-delà de la simple consommation de celle-ci. Durant cette semaine, Canada en programmation propose aux enseignantes et aux enseignants un grand nombre d’activités amusantes conçues pour les aider à initier leurs élèves à la programmation et à la pensée informatique.

Cette année, les leçons abordent les thèmes suivants :

  • L’assistance vocale, avec un exercice de réflexion sur la conception;
  • Une leçon de programmation hors ligne sur le basketball;
  • L’innovation au Canada, avec le développement Web;
  • L’avenir avec des voitures autonomes;
  • La création d’un monde de réalité virtuelle inspiré d’une œuvre d’art autochtone.

« J’ai vraiment aimé les leçons! Plus la sélection est grande, mieux c’est. Je vous remercie pour ce bel événement. Mes élèves l’ont adoré! Aujourd’hui, ils m’ont demandé d’organiser une autre heure de code. Nous avons programmé une heure par jour pendant une semaine, et ce fut une excellente expérience. » – Ka Scott, Conseil scolaire du district de Thames Valley (Ontario)

L’organisme croit que les compétences numériques sont des outils d’épanouissement. « Notre société évolue, et nous souhaitons préparer le Canada à ce changement. Nous sommes là pour nous assurer que toutes les Canadiennes et tous les Canadiens, particulièrement les femmes, les jeunes filles, les personnes handicapées, les jeunes autochtones et les nouveaux arrivants, ont accès aux connaissances essentielles afin de s’épanouir dans une société numérique », confie Canada en programmation sur son site web.

Quand Trudeau était prof…

Sur son compte Twitter, le premier ministre Justin Trudeau avoue que lorsque qu’il était prof, « les écoles enseignaient rarement le codage ». « Mais, poursuit-il, plus d’enfants apprennent maintenant à coder, un grand atout pour l’avenir de notre économie ». M. Trudeau a felicité tous les enseignants qui participent à la semaine #CanadaEnProgrammation de @learningcode.

À lire aussi : la Barbie de l’ère numérique initie au codage

Lire la suite

Technologie

États-Unis, le premier service de taxi sans conducteur est lancé à Phoenix

Publié

le

Alphabet, la filiale de Google, entame le projet des premiers Taxis sans conducteurs aux États-Unis.

La voiture Waymo, initialement appelée Google Car, est désormais lancée à Phoenix. À partir d’une application, les utilisateurs peuvent avoir recours au service du véhicule autonome 7/7 et 24/24. Trois adultes et un enfant peuvent monter à bord de la toute première Waymo One.

Déploiement d’une première version du service

Dans une première étape, les clients prendront la place du conducteur pour éviter les accidents. Ils auront un accès rapide à l’assistance téléphonique et par chat. Le service met à leur disposition notamment des réponses aux questions courantes, par exemple s’ils peuvent ou non changer de destination une fois en route. Cela permettra à l’entreprise de tester l’interaction des clients avec le véhicule et ses services principaux.

Tout comme les autres prestataires de services de transports privés, la plateforme donne une estimation du prix du trajet et affiche les commentaires des utilisateurs. Les premiers usagers sont des personnes qui ont déjà participé au programme de tests de l’entreprise.

Californie, le taxi sans conducteur en attente de la première législation

Alphabet qui développe Waymo compte introduire le service de taxi autonome progressivement afin d’éviter de faire des faux pas comme Uber. L’entreprise est autorisée à tester ses voitures sur les routes californiennes. Or cela ne lui garantit pas de lancer prochainement un service payant dans cet état. Les projets à long terme de la société reposent en fin de compte sur la législation (en cours), tout autant que sur des perfectionnements technologiques.

Lire aussi :

Voiture autonome, Québec lance le premier projet pilote sur voie publique au Canada

Candiac, lancement du premier transport en commun sans conducteur

Source : medium.com

Lire la suite

en-avant