Suivez-nous

Actualités

Trump-Kim : la rencontre finit en queux de poisson au pays du Dragon…

Avatar

Publié

le

Après le tête-à-tête historique à Singapour en juin dernier, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont séparés en « queux de poisson » mercredi 27 février à Hanoï . Ce deuxième Sommet Trump-Kim est, visiblement, un échec.

Ce n’était pas le grand jour pour le locataire de la Maison-Blanche au pays du Dragon et des fées. Donald Trump qui se vantait d’avoir réussi là où ses prédécesseurs ont échoué à l’issue du Sommet de Singapour tenu en juin 2018, lorsqu’il est parvenu à la signature d’une déclaration commune avec Kim Jong-un « sur la dénucléarisation de la péninsule », était « fatigué, voire abattu, sans son énergie habituelle » au terme de cette deuxième rencontre selon plusieurs médias.

Lors d’une conférence de presse à la fin du Sommet de Hanoï, Trump a laissé entendre aux journalistes qu’il « faut parfois quitter » les négociations. « J’aurais aimé aller plus loin », a-t-il dit après avoir refusé d’accéder à la demande de Kim souhaitant une levée de toutes les sanctions sur la Corée du Nord.

Trump-Kim, vers un désamour ?

Si leur première rencontre à Singapour était « historique », après des mois à s’être échangé insultes et menaces sous fond de tests nucléaires et de tirs de missiles balistiques nord-coréens, pour ce deuxième rendez-vous Washington ne voulait pas repartir les mains vides du Vietnam. Mais visiblement, celui qu’on qualifie de « dictateur nord-coréen » ne semble pas disposé, pour l’instant, à renoncer à son arsenal.

D’après l’AFP, les deux dirigeants étaient passés en quelques mois des insultes personnelles et menaces apocalyptiques à des déclarations « d’amour » de la part de Donald Trump. Mais après Singapour et Hanoï, aucune nouvelle rencontre n’est pour l’instant prévue, si l’on en croit le président américain.

À lire aussi : Y aura-t-il dénucléarisation et paix après le somment Trump-Kim ?

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nation

Entre ministres, ça discute du soutien à la population vieillissante du Canada

Avatar

Publié

le

Les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux (FPT) responsables des aînés ont discuté aujourd’hui, mercredi, des grandes priorités et des moyens valables de soutenir les générations actuelles et futures d’aînés canadiens.

Les ministres ont échangé au sujet des mesures qui sont en vigueur dans leur champ de compétence respectif afin d’aider les aînés à vieillir dans leur communauté. Ils ont également discuté de deux rapports commandés par le Forum pour examiner des mesures de soutien qui aident les aînés à bien vieillir chez eux et dans leur communauté.

Plus précisément, le premier rapport soulignait l’importance de mieux comprendre les besoins en logement des aînés et de s’assurer que les logements et les communautés soutiennent l’autonomie chez les aînés. Le deuxième rapport portait sur les services de soutien à domicile et communautaire présentement offerts aux aînés partout au Canada.

« Nous devons veiller à ce que les programmes et les politiques continuent de répondre aux besoins changeants d’une population vieillissante tout en tenant compte des contributions qu’apportent les aînés. Les discussions d’aujourd’hui avec mes collègues provinciaux et territoriaux soulignent la nécessité de collaborer sur des questions importantes pour les aînés. Ensemble, nous poursuivrons le travail afin de trouver des moyens de faire du Canada un endroit où il fait bon vivre et vieillir. » –  Filomena Tassi, ministre fédéral des Aînés

En outre, les ministres ont discuté de la participation des travailleurs âgés au marché du travail en examinant l’incidence des politiques et des programmes publics sur la décision des aînés de conserver un emploi, de prendre leur retraite ou de retourner sur le marché du travail. Les ministres ont reconnu la complexité de ces choix et appuyé un rapport qui invite à un examen plus poussé des enjeux qui influent sur ces décisions.

Ces rapports seront accessibles sur le site Web du Forum au cours des prochains mois.

Reconnaissant que les aînés constituent le groupe d’âge ayant la croissance la plus rapide au Canada, le Forum se tient au courant des questions importantes pour eux et discute de moyens de poursuivre la collaboration en vue d’assurer leur bien-être économique et social. Les ministres se réuniront de nouveau en 2020 pour la 21e réunion du Forum FPT des ministres responsables des aînés.

Source : EDSC

À lire : Montréal implique les aînés dans les consultations publiques

Lire la suite

Économie numérique

Charte canadienne du numérique : 10 principes pour rétablir la confiance avec les internautes

Avatar

Publié

le

Dans la foulée de l’adhésion du Canada à “l’Appel de Christchurch” pour lutter contre les contenus terroristes et extrémistes violents, le gouvernement a dévoilé mardi 21 mai la nouvelle « Charte canadienne du numérique » pour « la confiance dans un monde numérique », détaillée en dix principes.

Comme annoncé par le premier ministre Justin Trudeau la semaine dernière lors de son passage à VivaTech, rendez-vous mondial des startups et des leaders pour célébrer l’innovation en France, [où il a souligné l’importance de protéger les renseignements personnels et de lutter contre les discours haineux et la désinformation en ligne], le Canada a pris des « mesures concrètes » pour rétablir la confiance à l’égard de l’espace numérique.

Les bases d’une politique numérique « transparente et responsable »?

La nouvelle Charte canadienne du numérique vient jeter les bases d’une nouvelle « politique numérique transparente et responsable » qui mettra l’accent sur la lutte contre le contenu en ligne à caractère terroriste et lié à l’extrémisme violent. « Nous vivons dans un monde numérique qui évolue constamment et qui amène avec lui de nouvelles opportunités. Notre nouvelle Charte numérique aidera à préciser les engagements de notre gouvernement en matière de technologies numériques. Elle aura comme objectifs de rétablir la confiance et de tenir les fournisseurs de services en ligne responsables », avait déclaré le premier des Canadiens à Paris.

Les dix principes de la Charte

1. Accès universel :

Tous les Canadiens auront des chances égales de participer au monde numérique et disposeront des outils nécessaires pour ce faire, c’est-à-dire l’accès, la connectivité, la littératie et les compétences.

2. Sûreté et sécurité :

Les Canadiens pourront compter sur l’intégrité, l’authenticité et la sûreté des services, et devraient se sentir en sécurité en ligne.

3. Contrôle et consentement :

Les Canadiens pourront contrôler quelles données sont prélevées, qui les utilise et à quelles fins, et sauront que leur vie privée est protégée.

4. Transparence, portabilité et interopérabilité :

Les Canadiens pourront facilement gérer l’accès à leurs données personnelles et être en mesure de les transmettre sans se faire imposer un fardeau indu.

5. Gouvernement numérique ouvert et moderne :

Les Canadiens pourront avoir accès à des services numériques modernes de la part du gouvernement du Canada, qui sont sécuritaires et faciles à utiliser.

6. Règles du jeu équitables :

Le gouvernement du Canada garantira une concurrence équitable sur le marché en ligne pour favoriser la croissance des entreprises canadiennes et affirmer le leadership du Canada en matière d’innovation dans le domaine du numérique et des données, tout en protégeant les consommateurs canadiens des abus de marchés.

7. Données numériques pour le bien commun :

Le gouvernement du Canada veillera à ce que les données des Canadiens soient utilisées de façon éthique et à bon escient, pour créer une valeur ajoutée, promouvoir l’ouverture et améliorer la vie des gens, aussi bien au pays qu’ailleurs dans le monde.

8. Démocratie solide :

Le gouvernement du Canada défendra la liberté d’expression et assurera une protection contre les menaces en ligne et la désinformation visant à miner l’intégrité des élections et des institutions démocratiques.

9. Exempt de haine et d’extrémisme violent :

Les Canadiens peuvent s’attendre à ce que les plateformes numériques ne servent pas à diffuser des discours haineux ou du contenu criminel, ou à promouvoir l’extrémisme violent.

10. Application rigoureuse et réelle responsabilité :

Il y aura des sanctions claires et sévères pour toute violation des lois et règlements à l’appui de ces principes.

À lire : Appel de Christchurch : nouvelle guerre contre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne

Lire la suite

Actualités

Hydroélectricité : Legault vend les solutions énergétiques du Québec aux États-Unis

Avatar

Publié

le

Depuis le 19 mai, le premier ministre du Québec, François Legault, effectue une mission économique aux États-Unis, afin de rencontrer de potentiels investisseurs et des joueurs clés pour l’exportation d’hydroélectricité québécoise à New York.

Lundi, M. Legault a rencontré le numéro deux de la ville de New York, Dean Fuleihan, afin de jeter les bases d’une éventuelle collaboration entre le Québec et la ville et ainsi soutenir les autorités new-yorkaises dans leur processus de décarbonisation. Le maire actuel de la ville, Bill de Blasio a annoncé récemment une série de mesures environnementales dans le cadre de son « Green New Deal ».

François Legault a rappelé que l’énergie québécoise transmise aux New-Yorkais est une énergie propre, fiable et abordable, et que le Québec avait la capacité pour soutenir encore davantage les efforts de décarbonisation de la ville.

Au cours de la journée, le premier ministre a aussi rencontré la lieutenante-gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul, le président de la New York State Energy Research and Development Authority, Richard Kauffman, et le directeur exécutif de la Port Authority of New York and New Jersey (PANYNJ). Les échanges ont porté sur les avantages économiques et environnementaux de l’électricité québécoise.

La promotion des technologies vertes du Québec aux États-Unis!

M. Legault a aussi mis en valeur les technologies vertes du Québec. Il a fait la promotion des solutions québécoises en transport intelligent et en intelligence artificielle et positionné le Québec comme un partenaire de choix pour les agences gouvernementales de New York dans leur recherche de solutions novatrices pouvant contribuer au processus de réduction des GES. « Le Québec a tout le potentiel pour devenir la principale batterie d’énergie propre en Amérique du Nord et ça me rend fier de voir qu’une ville comme New York le reconnaît », s’est réjoui le N°1 Québécois.

Devant la PANYNJ, plusieurs entreprises québécoises accompagnaient le premier ministre pour mettre de l’avant leurs produits et solutions innovantes.

Lors d’un discours économique organisé par la Foreign Policy Association (FPA), le premier ministre Legault a profité de sa tribune pour annoncer qu’une entreprise québécoise a obtenu un contrat pour fournir à la Ville de New York des bornes de recharge pour véhicules électriques. « Le tout premier réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques directement installées sur les trottoirs de la ville de New York », s’est félicité le premier ministre.

Québec fournira des bornes de recharge électrique à New York!

Selon ce que rapporte Radio-Canada, il s’agit de la compagnie AddÉnergie de Québec qui hérite du contrat par l’intermédiaire de sa filiale FLO, qui est déjà le fournisseur du Circuit électrique québécois et du Réseau branché au Nouveau-Brunswick. « On a une capacité qui est en surplus et, si c’est nécessaire, et j’espère que ce sera nécessaire, on peut augmenter la capacité, a ajouté M. Legault. On peut construire des barrages additionnels. C’est peu coûteux et c’est vert, évidemment! », a-t-il fait valoir.

Faut-il le souligner, le projet d’alimenter une partie des États-Unis en hydroélectricité nécessiterait la construction d’une nouvelle ligne électrique à haute tension.

Du côté de Washington D.C., le premier ministre québécois compte multiplier les rencontres pour faire la promotion des intérêts commerciaux du Québec. À la suite de la levée des tarifs sur l’acier et l’aluminium canadiens par l’administration Trump, le premier ministre compte multiplier les rencontres politiques de haut niveau dans la capitale fédérale américaine. Il entend faire la promotion du libre-échange et des intérêts commerciaux du Québec dans un contexte où les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis demeurent importantes.

À lire : Québec Mines + Énergie : 2 000 acteurs veulent provoquer le changement!

Rappelons que le volume d’exportations du Québec aux États-Unis atteint 64 milliards de dollars et constitue 70 % de toutes les exportations internationales de la province canadienne.

Faits saillants :

  • Les échanges entre le Québec et New York ont atteint 10,7 milliards de dollars en 2018.
  • L’État de New York est le premier destinataire des exportations québécoises
  • et le deuxième plus important partenaire commercial du Québec aux États-Unis.
  • Plus de 130 entreprises basées à New York opèrent au Québec.
  • Le Québec exporte donc déjà son hydroélectricité vers l’État de New York. En
  • 2018, 24 % des exportations nettes d’Hydro-Québec (HQ) étaient à destination de cet État, ce qui signifie qu’environ 5,3 % de la consommation totale en électricité de l’État de New York provient du Québec, preuve que l’hydroélectricité québécoise est une énergie renouvelable, propre et fiable.
  • Les échanges commerciaux entre le Québec et les États-Unis totalisent 100,8 milliards de dollars.
  • Les exportations du Québec à destination des États-Unis totalisent 64,3 milliards de dollars.
  • Les exportations québécoises aux États-Unis représentent 70 % des exportations internationales du Québec en 2018.

À lire aussi : Le taux de CO2 a atteint son niveau le plus élevé de l’histoire humaine

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant