Suivez-nous

Société

Un geste pour combattre la maltraitance des personnes âgées au Québec

Avatar

Publié

le

Photo libre de droit

La maltraitance toucherait de 4 à 7 % des personnes âgées vivant à domicile. Au Québec, une prévalence de 7 % étendue à l’ensemble de la population aînée [qui représente 1 553 112 hommes et femmes âgés de plus de 65 ans], représenterait plus de 108 000 personnes aînées maltraitées selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) en juillet 2017.

En 2006, l’Organisation mondiale de la santé, de concert avec l’International Network for the Prevention of Elder Abuse, a proclamé le 15 juin Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées. S’inscrivant dans cette lutte contre la maltraitance des personnes aînées, le gouvernement du Québec a invité la population à démontrer sa solidarité en portant le ruban mauve, aujourd’hui, à l’occasion de cette journée.

« Nous souhaitons faire du Québec une société encore plus respectueuse des personnes aînées, une société où les gestes de bientraitance sont valorisés et intégrés à nos comportements. En cette Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées, j’invite donc toute la population à porter fièrement le ruban mauve, symbole de notre solidarité et de notre volonté de mettre fin à ces comportements inacceptables », a déclaré Francine Charbonneau, ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation, tout en rappelant « l’importance d’agir collectivement pour prévenir et contrer tous les types de maltraitance envers les aînés ».

« Agissons, parce qu’ensemble, nous sommes plus forts que la maltraitance »

– Francine Charbonneau

Rappelons qu’au cours des dernières années, le Québec a posé plusieurs gestes concrets pour combattre la maltraitance. Après un premier plan d’action visant à contrer la maltraitance envers les personnes aînées présenté en 2010, un deuxième plan d’action gouvernemental pour lutter contre la maltraitance envers les personnes aînées a été lancé, le 15 juin 2017. Il témoigne de la volonté du gouvernement de mobiliser tous les acteurs concernés pour créer une société toujours plus respectueuse des personnes aînées, plus inclusive et bientraitante.

Ce plan d’action comprend 52 mesures, sous la responsabilité de 13 ministères et organismes gouvernementaux. Une somme de 45,8 millions de dollars sur six ans est consacrée à sa mise en œuvre. Deux priorités d’action y sont présentées, soit la promotion de la bientraitance et la lutte contre la maltraitance matérielle et financière.

 

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Éducation

Québec annonce 128 nouveaux projets d’agrandissement et de construction d’écoles

Avatar

Publié

le

Dans le but d’enrayer la pénurie de locaux dans le réseau scolaire, le gouvernement Legault a donné son aval à la réalisation de 128 nouveaux projets d’agrandissement et de construction d’écoles. Un “geste d’une ampleur sans précédent” dans l’histoire du Québec, selon les caquistes.

Ces 128 nouveaux projets représentent un “investissement historique” de 1,7 milliard de dollars pour l’ajout d’espace en 2019-2020, soit un investissement supérieur, en une seule année, à ceux, combinés, des trois dernières années.

Concrètement, ces projets permettront, à terme, l’ajout de plus de 1 000 classes au préscolaire et au primaire et de plus de 21 500 places-élèves au secondaire, ce qui aura pour effet d’offrir à des milliers d’élèves des milieux d’apprentissage modernes et stimulants.

Ajout de plus de 1 000 classes au préscolaire et au primaire

Le démarrage et la réalisation de l’ensemble des projets pourront débuter dès cet été grâce à la modernisation des règles du Ministère. Dans le but de mieux répondre aux demandes des commissions scolaires, le Ministère adopte une planification pluriannuelle pour la première fois de son histoire.

En effet, 29 projets pourront profiter d’une part de financement approximative de 10 % de leur coût total estimé, qui permettra leur démarrage dès maintenant et accélérera ainsi les démarches associées à leur réalisation. Leur financement sera complété dès que les commissions scolaires seront prêtes à franchir les autres étapes et que les investissements nécessaires à leur poursuite seront prévus au Plan québécois des infrastructures.

Agrandissement de l’école secondaire de Chambly

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et député de Chambly, Jean-François Roberge, a fait l’annonce aujourd’hui de l’agrandissement de l’école secondaire de Chambly lors de son passage à celle-ci. Ce projet, qui vise à intégrer les classes de 4e et 5e secondaire, est officiellement prévu au Plan québécois des infrastructures 2019-2029.

Plus de 154 M$ pour 22 projets en Montérégie

Dans la région de la Montérégie, incluant l’école secondaire de Chambly, 22 projets d’agrandissement, d’acquisition et de construction, touchant sept commissions scolaires, verront le jour grâce à des investissements de plus de 154 millions de dollars. Le ministre responsable de l’Administration gouvernementale, président du Conseil du trésor et ministre responsable de la région de la Montérégie, Christian Dubé, était présent aux côtés du ministre Jean-François Roberge, pour présenter les projets de sa région.

Les nouveaux projets en faveur des écoles québécoises

À lire : 140 écoles au Québec deviendront plus belles pour la rentrée scolaire 2019-2020


Lire la suite

Actualités

Politiques favorables à la famille : le Canada classé 19e sur 41 pays riches, révèle l’UNICEF

Avatar

Publié

le

Le Canada se classe au 19e rang en ce qui concerne les congés rémunérés offerts aux mères et parmi les derniers du classement en ce qui a trait aux congés rémunérés à l’usage exclusif des pères et des deuxièmes parents, révèle un nouveau rapport de l’UNICEF qui classe 41 pays riches selon leurs politiques favorables à la famille.

Selon le nouveau rapport de l’UNICEF intitule, Are the world’s richest countries family-friendly? Policy in the OECD and EU, la Suède, la Norvège, l’Islande, l’Estonie et le Portugal offrent les meilleures politiques favorables à la famille parmi les 31 pays riches pour lesquels des données sont disponibles. La Suisse, la Grèce, Chypre, le Royaume-Uni et l’Irlande arrivent en dernière position.

Pendant ce temps, le Canada se classe au milieu du peloton parmi les autres pays riches en ce qui a trait aux politiques favorables à la famille, selon des données de 2016 provenant de l’OCDE et d’Eurostat. « Les politiques canadiennes en matière de congé parental et de services d’éducation et de garde de la petite enfance n’incluent pas tous les enfants », affirme Rowena Pinto, la chef des programmes d’UNICEF Canada.

Des enfants et des parents exclus de façon « disproportionnée »

Au dire de Mme Pinto, les enfants adoptés, les enfants autochtones et les enfants vivant dans une famille à faible revenu ou dont les parents occupent un emploi précaire au Canada sont exclus de façon disproportionnée de ces politiques en raison des critères d’admissibilité rigides et du faible salaire gagné par leurs parents. « Nous devons rendre ces politiques pleinement inclusives et équitables », recommande la chef des programmes d’UNICEF Canada.

À lire : Nouvelle prestation parentale de cinq semaines au Canada à compter du 17 mars 2019

Le document canadien d’accompagnement intitulé Politiques favorables à la famille dans les pays riches : comment le Canada se compare-t-il au reste du monde?, souligne que le Canada offre 15 semaines de prestations de maternité (offertes exclusivement aux mères biologiques), 35 semaines de prestations parentales (offertes à l’un ou l’autre parent) et, à compter de 2019, 5 semaines de prestations de paternité (offertes exclusivement au père ou au deuxième parent) pour un total de 55 semaines. Celles-ci sont rémunérées au taux de 55 % de la rémunération hebdomadaire moyenne assurable, jusqu’à concurrence d’un montant maximal ajusté annuellement. Pour être admissible, le parent doit avoir accumulé au moins 600 heures d’emploi assurable au cours des 52 semaines précédentes ou une rémunération de 6 888 $ s’il est travailleur autonome, à laquelle s’ajoutent d’autres conditions.

Le Québec plus « généreux » en matière de Politiques favorables à la famille

Bien que le Canada arrive parmi les derniers du classement en ce qui a trait au congé rémunéré réservé aux pères ou aux deuxièmes parents, précise l’UNICEF, les classements sont fondés sur les politiques en vigueur en 2016.

En 2019, le Canada a instauré une option de congé « à usage exclusif », soit un congé de 5 semaines offert exclusivement aux deuxièmes parents à un taux de rémunération de 55 % (ou 8 semaines à un taux de rémunération inférieur, soit 33 %). Le Canada se classerait donc environ au 16e rang, soit un rang médian.

Mais à l’échelle du pays, le Québec offre aux nouvelles mères et aux nouveaux pères les prestations de congé parental les plus généreuses. Dans cette province canadienne, un régime d’assurance parentale distinct prévoit un régime de base de 18 semaines de prestations de maternité, 32 semaines de prestations parentales et 5 semaines de prestations de paternité pour un total de 55 semaines rémunérées à 70 %, comparativement à 55 % pour le reste du Canada.

À lire aussi : Paternité : l’engagement des pères du Québec auprès de leurs enfants

Source : Régime québécois d’assurance parentale (RQAP)

Le régime du Québec contient également un critère d’admissibilité plus souple et plus accessible, soit un revenu gagné de 2 000 $, une prestation maximale beaucoup plus élevée et aucune période d’attente. Ainsi, le Québec se classerait au 17e rang pour les congés rémunérés offerts aux mères et au 15e rang pour les congés rémunérés offerts aux pères ou aux deuxièmes parents.

Source : UNICEF Canada

Lire la suite

Société

Métropole mixte : Montréal prévoit 20% de logements sociaux dans tous les nouveaux projets résidentiels privés

Avatar

Publié

le

Un projet de règlement sur l’offre de logement social, abordable et familial à Montréal a été présenté mercredi 12 juin par la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Le nouveau Règlement pour une métropole mixte, qui encadrera la construction du Montréal de demain, vise 20 % de logements sociaux dans les nouveaux projets résidentiels privés.

Pour maintenir la qualité des milieux de vie et l’offre résidentielle diversifiée et mixte qui caractérisent la métropole montréalaise, Mme Plante a indiqué qu’il va falloir « faire preuve de vision ». « Nous avons développé ce règlement afin de conserver notre abordabilité, de nous assurer de rester accueillant pour les familles, les travailleurs, les étudiants, les aînés et les nouveaux arrivants, tout en offrant des logements de qualité pour les ménages à faible revenu », a expliqué la mairesse de Montréal.

Faire preuve de « vision » pour construire le Montréal de demain!

Le projet de règlement qui prévoit l’inclusion de 20 % de logements sociaux dans tous les nouveaux projets résidentiels privés, ainsi que des logements abordables et familiaux, s’inscrit dans la continuité de la Stratégie d’inclusion de logements abordables. Plusieurs améliorations ont été apportées en se basant sur les caractéristiques du territoire, du marché immobilier et du type d’habitation, ainsi que sur les préoccupations des développeurs sociaux et privés selon la Ville.

« Nous passons à l’action dès maintenant afin de bâtir le Montréal de demain pour toutes les Montréalaises et tous les Montréalais » – Valérie Plante, mairesse de Montréal

L’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) appuie cette initiative de la mairesse Valérie Plante. « Nous sommes très satisfaits de cette annonce qui va permettre non seulement de mieux répondre aux ménages dans le besoin mais aussi de maintenir la qualité des milieux de vie et la mixité dans les quartiers », s’est réjouit Éric Cimon, directeur général de l’AGRTQ.

Des exigences de la Ville de Montréal pour une métropole mixte…

Le Règlement pour une métropole mixte encadre l’émission de permis de construction pour les projets immobilier de cinq logements et plus. Ainsi, pour obtenir un permis de construction résidentiel, le promoteur devra conclure une entente avec la Ville de Montréal en vue d’améliorer l’offre en matière de logement social, abordable et familial, soit par la construction de logements, la cession de terrains ou une contribution financière.

Le projet de règlement fera l’objet d’une consultation publique menée par l’Office de consultation publique de Montréal cet automne. L’adoption du règlement final est prévue au début 2020 pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2021.

À lire : Logements abordables dans l’arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant