Suivez-nous

Monde

Une première mondiale : L’aéroport de San Francisco interdit les bouteilles en plastique

Avatar

Publié

le

San Francisco avance d’un pas sûr vers son objectif de devenir une ville zéro déchet. Un de ces plus grands aéroports s’aligne sur son esprit écologique et durable.

L’aéroport international de San Francisco (SFO) a récemment annoncé l’interdiction totale des bouteilles d’eau en plastique dans ses magasins et ses restaurants.

L’interdiction entrera en vigueur à compter du 20 août prochain. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la politique de l’aéroport d’atteindre l’objectif zéro déchet d’ici 2021. Ainsi, le personnel et les passagers devront apporter ou acheter des bouteilles d’eau rechargeables ou des gobelets compostables pouvant être utilisés à l’aéroport, équipé d’une centaine d’abreuvoirs.

« Nous sommes le premier aéroport à avoir mis en œuvre cette politique », a déclaré Doug Yakel, représentant de SFO. « Nous sommes à la pointe de l’industrie et nous voulons repousser les limites des initiatives de développement durable », a-t-il ajouté.

Vers l’élimination de près de de 10 000 bouteilles en plastique par jour

De nos jours, les commerces des aéroports vendent au total 4 millions de bouteilles d’eau chaque année, soit plus de 10 000 par jour. Cette interdiction aura un impact significatif sur le projet de San Francisco vers la ville zéro déchet. Sachant que San Francisco et la ville voisine de Berkeley ont notamment interdit les pailles en plastique.

En 2011, l’aéroport a commencé à installer des abreuvoirs et à encourager les passagers à utiliser leurs propres bouteilles réutilisables en verre, en métal ou en plastique à usages multiples. Les voyageurs doivent toutefois apporter les bouteilles vides pour se conformer aux règlements de la TSA et passer le contrôle de sécurité avec des contenants vides.

Depuis 2011, SFO a augmenté le nombre de fontaines à près de 100. Les autres fournisseurs peuvent choisir de fournir leurs propres stations de remplissage en eau avec des gobelets compostables.

Michael Levine, responsable de Napa Farms Market, qui compte des points de vente dans les terminaux de SFO, a déclaré: « Si cette initiative réussit à San Francisco, elle sera copiée par d’autres aéroports. »

Lire aussi : Canada : Hausse des ventes de véhicules zéro émission

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Mali : Augmentation des meurtres et des mutilations contre les enfants

Avatar

Publié

le

En plus d’une situation économique très précaire, la guerre contre les djihadistes secoue encore le pays depuis que le Nord du Mali a été confisqué en 2012. Le nombre des enfants victimes des conflits armés ne cessent d’augmenter en raison de cette situation. Les données recueillies récemment par l’UNICEF laissent sans voix.

Le rapport des Nations Unies révèle que plus de 150 enfants ont été tués au cours du premier semestre 2019 et que 75 enfants ont été blessés lors d’attaques violentes.

Les enfants font face aussi à la violence sexuelle, et à un fléau alarmant. Les groupes armés les recrutent et les utilisent alors que les conflits intercommunautaires au Nord du Mali montent en puissance.

Des chiffres insoutenables

L’UNICEF a indiqué que le nombre d’enfants enrôlés par les djihadistes a doublé. En outre, plus de 900 écoles demeurent fermées en raison du climat d’insécurité. L’organisation estime que plus de 377 000 enfants ont actuellement besoin d’aide et de protection dans le pays.

 « Les besoins des enfants les plus vulnérables du Mali sont énormes », indique Lucia Elmi, représentante de l’UNICEF au Mali. À ce propos l’organisation souligne que la crise au Mali reste l’une des moins financées au monde. De 2016 à 2018, le programme de protection de l’enfance dans les situations d’urgence de l’UNICEF au Mali n’a été financé qu’à hauteur de 26 %.

Les objectifs humanitaires de l’organisation dépeignent eux aussi l’ampleur de la situation. En effet, en 2019, l’UNICEF vise également à fournir un soutien psychosocial à plus de 92 000 filles et garçons touchés par le conflit. Pour parvenir à aider les femmes et les enfants victimes des conflits, l’organisation demande en 2019 quatre millions de dollars.

Lire aussi : Exploitation sexuelle : une Stratégie nationale pour protéger les enfants sur Internet au Canada

Lire la suite

Afrique

DJ Arafat, le champion d’Afrique du Coupé décalé a rangé le micro

Avatar

Publié

le

Ange Didier Huon, connu sous DJ Arafat, artiste chanteur ivoirien, patron de la Yôrôgang Production et vedette du « Coupé-décalé », a été victime d’un grave accident à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août 2019. Le décès de l’artiste a été confirmée par la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) aujourd’hui.

La musique ivoirienne en deuil. Né le 26 janvier 1986 à Yopougon, commune d’Abidjan, Arafat DJ était devenu le maître incontesté depuis plus de 10 ans du genre musicale Coupé-décalé, crée par Stéphane Hamidou Doukouré alias Doug Saga, dans les années 2000. « Décès de l’artiste DJ Arafat, de son vrai nom Houon Ange Didier, ce lundi 12 août à 8 heures (locales), des suites d’un accident de la circulation qui s’est produit dans la nuit de dimanche » à lundi à Abidjan, a indiqué la RTI sur son compte Twitter.

Selon certaines informations véhiculées par plusieurs médias crédibles, notamment Jeune Afrique, l’accident d’Arafat DJ est survenu lorsque le concepteur du single “moto-moto” a percuté avec sa moto une voiture conduite par une journaliste de la chaîne nationale Radio Côte d’Ivoire. Étendu au sol, avec une fracture du crâne, ensanglanté, la star du coupé décalé ivoirien aurait perdu alors conscience avant d’être évacué aux urgences où son décès a été constaté dans une clinique locale. 

DJ Arafat, le président de la “Chine” du coupé décalé…

Dans un communiqué, le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, a présenté ses condoléances à la famille de DJ Arafat et à tous les mélomanes ivoiriens. Il annonce prendre “toutes les dispositions de concert avec le Chef de l’Etat pour les hommages et obsèques à l’artiste”. M. Bandaman a invité tous les mélomanes à la retenue et au calme.

Arafat, artiste chanteur le plus populaire sur les réseaux sociaux en Côte d’Ivoire avait un nom atypique pour les plus de 2 millions 300.000 fans sur Facebook. Il les appelait “la Chine” ou “les Chinois”. Et comme par hasard, l’accident du “président de la Chine” du coupé décalé a eu lieu dans les encablures de l’ambassade de la République populaire de Chine à Abidjan.

Curieusement, la chanson qui a révélé Arafat DJ au public ivoirien était intitulée Jonathan, un hommage qu’il rendait à un ami DJ qui est également mort dans un accident de moto.

Rappelons que celui qui se faisait également appeler le “Zeus d’Afrique” avait été désigné « meilleur artiste de l’année » aux Awards du coupé décalé en 2016 et 2017. En 2015, il remporte le titre d’artiste africain le plus influent à l’international par Forbes Afrique et TRACE Africa. En 2012, il reçoit deux prix : celui du meilleur artiste africain de l’année et celui du meilleur artiste masculin de l’Afrique de l’Ouest au Kora Awards. Un sacre qui le positionne comme un ambassadeur de la musique ivoirienne et africaine dans le monde.

À 33 ans, DJ Arafat laisse derrière lui une mère inconsolable, Tina Glamour et officiellement quatre enfants qui ne le reverront plus jamais.

À lire : D’où vient le chocolat durable ?

Lire la suite

États-Unis

Tueries de masse : l’INSPQ dévoile une “trousse” pour un traitement médiatique moins néfaste

Avatar

Publié

le

Au moment où les yeux sont tournés vers les deux tueries de masse survenues en moins de 24 heures aux États-Unis au cours du weekend dernier, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) met de l’avant sa trousse qui offre des pistes aux professionnels des médias de l’information, pour la couverture de ces événements.

Le traitement médiatique des tueries de masse constitue un processus délicat, mais nécessaire pour toutes citoyennes et tous citoyens ayant droit à une information de qualité. Toutefois, force est de reconnaître que la ligne est mince entre le partage de l’information et la médiatisation détaillée, répétée et en continu de ces homicides. 

« Or, les études démontrent que cette dernière peut occasionner, entre autres, des conséquences négatives pour la santé des individus et des communautés, y compris celle des journalistes affectés à la couverture de ce genre de nouvelles. » – INSPQ

Avec la trousse en question, l’INSPQ souhaite rendre disponible de l’information sur différents aspects des tueries de masse et de leur traitement médiatique : définition du concept, ampleur, mesures préventives existantes et enjeux de santé publique associés à la couverture médiatique de ces crimes, etc.  

La trousse sur la couverture médiatiques des tueries de masse vise à :

  • Décrire, d’un point de vue de santé publique, certains aspects importants de la problématique des tueries de masse : définition du concept, ampleur, mesures préventives existantes et enjeux de santé publique associés à la couverture médiatique de ces évènements.
  • Rendre compte des conséquences pour la santé que peut avoir la médiatisation des tueries de masse.
  • Émettre des pistes visant à soutenir une couverture adéquate des tueries de masse afin de contrer, ou du moins atténuer, les effets négatifs potentiels de la médiatisation de ces évènements sur la santé.

L’objectif de cet outil est de contrer, ou du moins, atténuer les conséquences négatives liées au traitement des tueries de masse. Le but ultime étant de limiter les risques de contagion et d’imitation, tout en évitant de stigmatiser certains pans de la population et d’attiser les sentiments d’insécurité au sein des communautés. 

La trousse est accessible en ligne ainsi qu’en format PDF à l’adresse Web suivante : www.inspq.qc.ca/tueries-de-masse-et-traitement-mediatique.

Source : Institut national de santé publique du Québec

À lire : Appel de Christchurch : nouvelle guerre contre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant