Suivez-nous

HighTech

Une technologie québécoise gratuite permet d’accéder à plus de 75 000 films

Avatar

Publié

le

Mediafilm a lancé ce mercredi, 1er mai, sa nouvelle plateforme Ouvoir.ca un outil gratuit qui fera beaucoup d’heureux parmi les cinéphiles.

Ouvoir.ca est un outil de recherche disponible sur mobile, tablette et ordinateur qui permet de trouver les longs métrages documentaires et de fiction, dans l’ensemble des fenêtres de diffusion disponibles au Québec : en salle, en vidéo sur demande, en streaming et sur les chaînes de télévision.

La plateforme référence aussi tous les films sur les plateformes CinépopGo, Club Illico, GooglePlay, Illico, iTunes, Netflix, SuperÉcranGo, Tou.tv, YouTube, sans oublier les catalogues des distributeurs indépendants québécois disponibles sur Vimeo et leurs propres sites.

L’entreprise a déclaré que d’autres fournisseurs de contenu cinéma s’ajouteront au fil des semaines et des mois à venir.

Les médias et les blogueurs québécois ont également la possibilité de s’approprier l’outil de recherche. En effet, ils peuvent intégrer un des trois formats de plugins mis à leur disposition gratuitement ici : ouvoir.ca/fr/plugins

Cette option leur permet d’ajouter la fonction de recherche sur l’interface de leur propre site.

75 000 fiches de films, dont 1 830 sont québécois

La plateforme souhaite couvrir au fur et à mesure tout l’éventail, genres, nationalités et catégories confondus, des grands classiques du cinéma aux nanars les plus psychotroniques de l’histoire.

Autrement dit, il s’agit d’un accès à un répertoire en constante évolution de Mediafilm.

Cet organisme à but non lucratif (100% indépendant), fondé en 1955, se présente comme étant le fondateur d’une base de données contenant à ce jour un répertoire de plus de 75 000 fiches de longs métrages, dont 1 830 sont québécois.

Mediafilm affirme qu’elle est la plus importante ressource francophone du genre en Amérique.

Lire aussi : Céline Dion parmi les 17 ambassadeurs culturels du Québec

Avant-Première MTL est un Magazine montréalais d'actualités générales.

Technologie

Collective[i] s’installe à Montréal, la confirmation du leadership québécois en intelligence artificielle

Avatar

Publié

le

Les Montréalais doivent s’attendre à l’ouverture prochaine d’un centre d’affaires de l’entreprise new-yorkaise Collective[i], créatrice d’un des plus grands réseaux internationaux de données intelligentes mettant l’intelligence artificielle au service du secteur des ventes à l’échelle mondiale.

Les efforts conjugués d’Investissement Québec et de Montréal International pour convaincre les dirigeants de l’entreprise Collective[i] de s’implanter dans la métropole québécoise ont porté fruit. Montréal s’est imposée comme premier choix des dirigeants de l’entreprise. Le pouvoir attractif de l’écosystème de l’intelligence artificielle à Montréal a été déterminant dans l’analyse.

iA et d’hydroélectricité, un levier d’attraction d’investissement!

C’est le premier ministre François Legault a fait cette annonce hier, mardi 21 mai, au siège de Collective[i], à New York. Il a vanté la force et la vitalité de l’écosystème québécois en intelligence artificielle, chef de file mondial en recherche dans le domaine. « L’intérêt industriel pour les applications de l’IA est considérable et en forte croissance dans de nombreux secteurs, tels que le commerce, la logistique et les transports ainsi que le secteur bancaire. Il faut mettre en valeur notre savoir-faire en matière d’intelligence artificielle et d’hydroélectricité afin de l’utiliser comme levier pour l’attraction d’investissement », a déclaré M. Legault qui se veut « être un premier ministre économique ».

Collective [i] fait confiance au Canada!

D’ici 2020, Collective[i] compte prendre de l’expansion en ingénierie, en ventes et en marketing, prévoyant ainsi la création d’environ 30 emplois à Montréal, dont la moyenne salariale serait de 130 000 $. La clientèle de la compagnie se compose des organisations commerciales les plus avancées au monde. « Je l’ai toujours dit, ça prend plus d’investissements privés au Québec pour créer des emplois payants. Le Québec est un leader dans le domaine de l’intelligence artificielle, un secteur avec des emplois à très haute valeur ajoutée », a fait valoir le premier ministre du Québec.

« Nos recherches nous ont montré que le gouvernement du Canada et la Ville de Montréal partagent notre vision selon laquelle il est impératif d’adopter les technologies dont le potentiel permettra de faire progresser l’humanité. C’est pourquoi Montréal, comme le Collectif[i], a tout misé sur le secteur de l’IA. »

– Heidi Messer, co-fondatrice et présidente, Collective[i]

Rappelons que le gouvernement du Québec appuie le développement de l’écosystème en IA, notamment afin que la recherche dans ce domaine se traduise par des applications concrètes dans les entreprises québécoises. Le budget du Québec 2017-2018 comprenait l’octroi d’un montant de 100 millions de dollars à l’Université de Montréal pour la création d’une grappe québécoise en IA. Afin d’accélérer l’adoption de l’intelligence artificielle au Québec, les mesures annoncées du plan budgétaire 2019-2020, totalisent 329 millions de dollars sur cinq ans.

À lire : Hydroélectricité : Legault vend les solutions énergétiques du Québec aux États-Unis

Lire la suite

Économie numérique

Charte canadienne du numérique : 10 principes pour rétablir la confiance avec les internautes

Avatar

Publié

le

Dans la foulée de l’adhésion du Canada à “l’Appel de Christchurch” pour lutter contre les contenus terroristes et extrémistes violents, le gouvernement a dévoilé mardi 21 mai la nouvelle « Charte canadienne du numérique » pour « la confiance dans un monde numérique », détaillée en dix principes.

Comme annoncé par le premier ministre Justin Trudeau la semaine dernière lors de son passage à VivaTech, rendez-vous mondial des startups et des leaders pour célébrer l’innovation en France, [où il a souligné l’importance de protéger les renseignements personnels et de lutter contre les discours haineux et la désinformation en ligne], le Canada a pris des « mesures concrètes » pour rétablir la confiance à l’égard de l’espace numérique.

Les bases d’une politique numérique « transparente et responsable »?

La nouvelle Charte canadienne du numérique vient jeter les bases d’une nouvelle « politique numérique transparente et responsable » qui mettra l’accent sur la lutte contre le contenu en ligne à caractère terroriste et lié à l’extrémisme violent. « Nous vivons dans un monde numérique qui évolue constamment et qui amène avec lui de nouvelles opportunités. Notre nouvelle Charte numérique aidera à préciser les engagements de notre gouvernement en matière de technologies numériques. Elle aura comme objectifs de rétablir la confiance et de tenir les fournisseurs de services en ligne responsables », avait déclaré le premier des Canadiens à Paris.

Les dix principes de la Charte

1. Accès universel :

Tous les Canadiens auront des chances égales de participer au monde numérique et disposeront des outils nécessaires pour ce faire, c’est-à-dire l’accès, la connectivité, la littératie et les compétences.

2. Sûreté et sécurité :

Les Canadiens pourront compter sur l’intégrité, l’authenticité et la sûreté des services, et devraient se sentir en sécurité en ligne.

3. Contrôle et consentement :

Les Canadiens pourront contrôler quelles données sont prélevées, qui les utilise et à quelles fins, et sauront que leur vie privée est protégée.

4. Transparence, portabilité et interopérabilité :

Les Canadiens pourront facilement gérer l’accès à leurs données personnelles et être en mesure de les transmettre sans se faire imposer un fardeau indu.

5. Gouvernement numérique ouvert et moderne :

Les Canadiens pourront avoir accès à des services numériques modernes de la part du gouvernement du Canada, qui sont sécuritaires et faciles à utiliser.

6. Règles du jeu équitables :

Le gouvernement du Canada garantira une concurrence équitable sur le marché en ligne pour favoriser la croissance des entreprises canadiennes et affirmer le leadership du Canada en matière d’innovation dans le domaine du numérique et des données, tout en protégeant les consommateurs canadiens des abus de marchés.

7. Données numériques pour le bien commun :

Le gouvernement du Canada veillera à ce que les données des Canadiens soient utilisées de façon éthique et à bon escient, pour créer une valeur ajoutée, promouvoir l’ouverture et améliorer la vie des gens, aussi bien au pays qu’ailleurs dans le monde.

8. Démocratie solide :

Le gouvernement du Canada défendra la liberté d’expression et assurera une protection contre les menaces en ligne et la désinformation visant à miner l’intégrité des élections et des institutions démocratiques.

9. Exempt de haine et d’extrémisme violent :

Les Canadiens peuvent s’attendre à ce que les plateformes numériques ne servent pas à diffuser des discours haineux ou du contenu criminel, ou à promouvoir l’extrémisme violent.

10. Application rigoureuse et réelle responsabilité :

Il y aura des sanctions claires et sévères pour toute violation des lois et règlements à l’appui de ces principes.

À lire : Appel de Christchurch : nouvelle guerre contre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne

Lire la suite

Technologie de l'information

100 000 images du patrimoine canadien sont désormais disponibles en ligne

Avatar

Publié

le

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a annoncé ce lundi, 13 mai, qu’elle permet désormais la libre utilisation de plus de 100 000 documents patrimoniaux du domaine public. Les images ont été numérisées et diffusées sur son portail BAnQ numérique, sans restriction aucune.

« Le temps est à la libre utilisation du plus grand nombre de ressources disponibles. BAnQ choisit d’agir concrètement en ce sens afin que ses usagers du Québec et du monde soient libérés de contraintes inutiles », a déclaré Jean-Louis Roy, président-directeur général de BAnQ.

La BAnQ numérique est une banque en ligne qui comporte plusieurs millions de documents numérisés par BAnQ. Le dernier ajout s’inscrit selon la BAnQ dans le contexte actuel où « de plus en plus d’institutions patrimoniales d’avant-garde décloisonnent leurs collections afin de les diffuser plus largement. »

Cette initiative facilite désormais le travail des chercheurs e les contributeurs qui créent du contenu diffusé sur les réseaux sociaux ou les plateformes de partage de connaissances comme Wikipédia.

Les internautes peuvent découvrir et utiliser librement des photographies ou des illustrations anciennes comme les suivantes :

Agnes Fitzgibbon, lithographie, tirée de Catherine Parr Traill, Canadian Wild Flowers, Montréal, John Lovell, 1869. Collections de BAnQ
Rue Sainte-Catherine, vers l’est, 5 octobre 1937. Collections de BAnQ
Lac des Écorces, Qué., carte postale, [Québec (province)], entre 1905 et 1915. Collections de BAnQ
Clarence Gagnon, illustration, dans Louis Hémon, Maria Chapdelaine, Paris, Éditions Mornay, 1933. Collections de BAnQ

Lire aussi : Une technologie québécoise gratuite permet d’accéder à plus de 75 000 films

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant