Suivez-nous

Actualités

USA-Canada : la guerre Bombardier et Boeing n’aura pas lieu…

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

| Photo: Aliexpress-Google |

Une crise secoue, depuis quelques semaines, deux avionneurs Nord-américains, au point où le gouvernement fédéral canadien est intervenu en menaçant Boeing.

Il s’agit de l’américain Boeing et du canadien Bombardier, basé au Québec. Le premier a intenté un recours contre le second, récemment, l’accusant de s’être « embarquée dans une campagne agressive pour vendre ses avions C Series, sur le marché américain, à des prix absurdement bas ». Cette action avait soulevé le courroux des autorités fédérales canadienne, au point que Ottawa avait menacé de retirer un contrat à Boeing. Aux dernières nouvelles, le gouvernement fédéral aurait changé de stratégie dans le dossier du litige qui oppose Bombardier à Boeing. Puisqu’après avoir menacé de lui retirer un contrat, Ottawa qualifie maintenant Boeing de « principal partenaire » ; et lui demande, du coup, d’abandonner son recours contre l’avionneur québécois.

Mais le gouvernement Trudeau continue de faire valoir que cette plainte est « sans fondement ». D’ailleurs, le ministre de la Défense canadienne, Harjit Sajjan, s’est dit « déçu des mesures prises par un de nos principaux partenaires », Boeing, qui, devant les autorités américaines, accuse Bombardier de « dumping », c’est-à-dire de vente de ses avions C Series à un prix inférieur au coût de production. « Nous sommes en net désaccord avec la décision du département du Commerce des États-Unis d’amorcer un recours commercial suite à la plainte de Boeing », a rappelé M. Sajjan, lors d’un discours au salon de l’industrie de la défense et de la sécurité CANSEC, qui bat son plein actuellement dans la capitale fédérale. Le Numéro 1 de la Défense du Canada a déploré que « ce comportement n’est pas digne d’un partenaire de confiance », et d’appuyer en ces termes : « nous demanderons à Boeing de retirer sa plainte ».

Il faut souligner que le Canada « réexamine » actuellement les projets d’achat impliquant Boeing, a-t-il aussi réitéré. Même s’il se fait plus diplomate, il n’écarte pas que l’entreprise perde des contrats en raison de ce recours commercial. Ottawa joint ainsi sa voix à celles du gouvernement du Québec et de la Caisse de dépôt et placement, qui ont tous deux estimé au cours des dernières semaines que les allégations de Boeing sont non fondées. La Commission du commerce international (ITC) des États-Unis doit rendre une première décision dans ce dossier, le 12 juin.

Pour rappel, le 21 mai dernier, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré qu’« il y aura des conséquences » pour Boeing, relativement à la plainte de cette dernière au sujet de pratiques présumément déloyales de Bombardier. À l’émission « The West Block » du réseau Global, la ministre Freeland a fait remarquer que les accusations de Boeing constituent « très clairement un geste protectionniste pour garder la C Series hors du marché américain ». Ces déclarations de la ministre ont été jugé comme étant parmi ses plus fortes depuis que le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a annoncé la mise en place d’enquêtes sur les droits antidumping et les droits compensateurs relativement aux importations aux États-Unis d’aéronefs de 100 à 150 sièges de Bombardier.

Crédit photo:
| Photo: Aliexpress-Google |

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Arrestation de cinq milliardaires algériens dans le cadre d’une enquête anti-corruption

Avatar

Publié

le

La gendarmerie algérienne a procédé ce dimanche à l’arrestation de plusieurs industriels dont Issad Rebrab, considéré comme la première fortune du pays.

Alors que « l’ancien système  » se prépare aux élections présidentielles qui sont prévues pour le mois de juillet, l’atmosphère politique et sociale est de plus en plus électrique dans le pays.

Les Algériens continuent de manifester en espérant évincer les personnalités du régime Bouteflika.

Un autre événement survenu ce dimanche, 21 avril, risque de faire monter encore plus les tensions à Alger.

La gendarmerie algérienne a arrêté cinq milliardaires, parmi lesquels quatre des frères Kouninef, une puissante famille d’hommes d’affaires proche d’Abdelaziz Bouteflika.

Le milliardaire Issad Rebrab, qui dirige la société Cevital, a également été interpellé.

Des enquêtes sont ouvertes sur des faits de corruption et de détournements de foncier, ont annoncé plusieurs médias locaux.

En outre, la télévision d’état a révélé que l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia et l’actuel ministre des finances Mouhamed Loukal sont entendus ce lundi, 22 avril, par le parquet d’Alger dans le cadre d’une enquête sur la dilapidation de l’argent publique.

Lire aussi : Algérie : foule immense pour dire « non » à un 5è « mandat Bouteflika »

Lire la suite

Actualités

Laval : Les militaires mobilisés afin de prévenir les inondations

Avatar

Publié

le

Météo Média a annoncé ce lundi, 22 avril, que les risques d’inondations sont en train d’augmenter en raison des crues. Le niveau des eaux monte un peu partout au Québec et des régions avoisinant Montréal sont en état d’alerte.

Depuis quelques jours, la Ville de Montréal ne cesse d’informer les citoyens sur les aides mises à leur disposition afin de faire face aux inondations printanières.

Avec la fonte des neiges, les risques de montée des eaux sont à prendre en considérations même en absence de pluies.

Les quartiers de plusieurs arrondissements proches des eaux, dont Ahuntsic-Cartierville, Pierrefonds-Roxboro ainsi que l’île Bizard, resteront en alerte jusqu’à la fin du mois.

Laval craint la montée des eaux à la fin de cette semaine

« Au nord de Laval aux abords de la Rivière-des-Mille-Îles, l’eau a commencé à monter », prévient ce lundi, Patrick De Bellefeuille, le reporter de Météo Média.

Les 20 mm de pluies prévues demain dans le secteur risquent d’aggraver la situation. Il faut compter en plus les précipitations de fin de semaine qui feront monter la barre de 50 à 70 mm.

La Ville de Laval et l’armée sont mobilisés. En effet, 200 militaires des Forces de l’armée canadienne sont déployés sur le territoire pour prêter main-forte aux citoyens.

Des visites des zones les plus vulnérables sont effectuées aujourd’hui. De plus, 1375 résidences ont reçu des palettes de sacs de sable à installer au pourtour de leur maison.

La Ville rassure notamment que « les autorités surveillent de près la situation et informeront rapidement les résidents advenant la fermeture du pont. »

Lire aussi : Montréal : La saison des pluies commence demain

Lire la suite

Actualités

Le FBI enquête sur les attaques au Sri Lanka

Avatar

Publié

le

Le Sri Lanka a été frappé ce dimanche de Pâques par une tragédie meurtrière que le pays n’avait pas vécu depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

Des attentats suicide à la bombe synchronisés visant des hôtels et des églises ont fait jusqu’aujourd’hui un bilan de 290 morts et 500 blessés. Les victimes sont originaires de plusieurs pays dont les États-Unis, l’Inde, le Portugal, la Turquie, le Japon et le Royaume uni.

En plus des explosions dans l’église Saint-Sébastien de Negombo, le Cinnamon Grand Hotel, le Shangri-La et le Kingsbury, etc., les forces de l’ordre ont désamorcé une bombe artisanale sur une route menant au principal terminal de l’aéroport de Colombo.

Le porte-parole du gouvernement a désigné le National Thowheeth Jama’ath (NTJ) comme étant à l’origine de l’attaque terroriste. Le NTJ est un groupe islamiste qui a fait parler de lui au Sri Lanka en 2018 après avoir commis des actes de vandalisme contre des statues bouddhiques.

Bien qu’aucune organisation n’ait revendiqué les attentats d’hier, « les autorités sri-lankaises ont annoncé l’arrestation de 24 personnes et indiqué que le FBI américain les assistait dans leur enquête », rapporte l’AFP. Une équipe d’Interpol arrivera mardi dans le pays.

Lire aussi : Notre-Dame de Paris ravagée par un grand incendie

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant