Suivez-nous

Politique provinciale

Vaccination : les pharmaciens québécois pourront administrer et prescrire des vaccins

Avatar

Publié

le

Québec a déposé aujourd’hui, jeudi 13 juin, le Projet de loi 31 (PL 31) afin de permettre notamment aux pharmaciens d’administrer et de prescrire des vaccins. Les pharmaciens québécois, étant les seuls en Amérique du Nord à ne pas avoir l’autorisation de vacciner, qualifie le dépôt de PL 31 comme « une avancée » et « une excellente nouvelle » pour la population.

« L’objectif n’est pas de transformer les pharmacies en centrales de vaccination, mais de profiter de la présence du patient vulnérable pour lui proposer d’y recourir sur place », souligne Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec. Il ajoute que cette mesure intensifiera « la collaboration entre les pharmaciens et les autres professionnels de la santé », et apportera « une offre complémentaire » à celle déjà offerte dans beaucoup de pharmacies, par des infirmières.

En plus de la vaccination, selon l’Ordre, ce projet de loi offre plusieurs avenues intéressantes. Notamment, il permettra aux médecins de demander une consultation aux pharmaciens afin de revoir la médication et de cesser certains médicaments au besoin. Il permettra également aux pharmaciens d’ajuster et de prolonger les ordonnances de tout prescripteur habilité à prescrire des médicaments.

La vaccination, l’une des mesures les plus rentables en santé publique

En 2015-2016, seuls 24 % des malades chroniques de 18 à 59 ans avaient reçu le vaccin contre la grippe au Québec, un pourcentage bien en deçà de la cible de 80 % et un score décevant lorsqu’on sait que la vaccination est l’une des mesures les plus rentables en matière de santé publique. Partout au Canada et à travers le monde, le fait d’autoriser les pharmaciens à vacciner a contribué à améliorer l’atteinte des cibles.

« L’ouverture est bien présente au Collège des médecins du Québec, notre partenaire principal dans le dossier, et nous avons une volonté commune de développer des modèles de pratique et de collaboration qui pourront bien servir les Québécois. Le pharmacien est formé pour en faire davantage et améliorer l’accès aux soins de santé à la population. Nous espérons en venir avec des propositions bien concrètes dans les prochains mois. »

– Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec

Le projet de loi déposé aujourd’hui constitue « un pas en avant » pour l’accès aux soins de santé des patients. Ces changements législatifs à venir constituent une première étape. D’autres modifications, de nature réglementaire cette fois-ci, sont actuellement en discussion.

Les travaux visent entre autres l’ajout de conditions pouvant être traitées par le pharmacien et des mesures visant à faciliter l’ajustement d’ordonnances. En surplus, un modèle d’exercice avancé et de pratique collaborative selon certains critères d’éligibilité comme une formation de niveau maîtrise ou la reconnaissance d’acquis expérientiels est à l’étude.

Rappelons que l’Ordre des pharmaciens du Québec a pour mission de veiller à la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité et en faisant la promotion de l’usage approprié des médicaments au sein de la société. Il regroupe plus de 9000 pharmaciens :

  • Plus de 6700 d’entre eux exercent à titre de salarié ou de propriétaire dans près de 1900 pharmacies privées et plus de 1600 pratiquent au sein des établissements publics de santé du Québec.
  • Plus de 800 pharmaciens œuvrent notamment à titre d’enseignant ou pour des organismes publics, associatifs ou communautaires.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Vol de renseignements personnels : après Desjardins, Québec annonce l’encadrement des agences de crédit

Avatar

Publié

le

Le ministre des Finances, Eric Girard, a annoncé mercredi 14 août son intention de déposer un projet de loi dans la foulée du vol de renseignements personnels chez Desjardins.

Avec ce projet de loi, le ministre souhaite introduire un encadrement des agences de crédit et offrir le gel ou le verrou du crédit, à l’instar de ce qui se fait présentement ailleurs dans le monde. Les modifications législatives proposées viseront ainsi à améliorer la protection des données financières des citoyens. « Nous avons l’intention de mettre en place des mesures visant à accroître la protection des informations financières de tous les Québécois et Québécoises », a annoncé Eric Girard.

De plus, le ministre a annoncé qu’il a convenu avec le Mouvement Desjardins de resserrer sa gouvernance et sa gestion de risques dans le cadre du bilan amorcé en collaboration avec l’Autorité des marchés financiers. « L’incident chez Desjardins est regrettable, et je comprends que les Québécois soient inquiets. Nous sommes conscients qu’ils attendent du gouvernement des améliorations », a-t-il déploré.

Equifax face aux Vols de renseignements personnels...

Le ministre a tenu à rassurer les membres de Desjardins concernés et la population en général. En effet, la situation est gérée de façon adéquate par l’institution financière, sous l’œil attentif de l’Autorité des marchés financiers. Il a rappelé que les actifs financiers des membres sont garantis en cas de fraude. Il constate aussi l’inscription en grand nombre des membres de Desjardins aux services d’Equifax, ce qui contribuera à la prévention des fraudes. On ne rapporte d’ailleurs aucune augmentation des cas de fraude chez Desjardins depuis le vol de données.

Le ministre est d’avis que l’institution coopérative a réagi rapidement et de façon responsable en offrant notamment à ses membres un plan de protection et d’assistance gratuit contre le vol d’identité. Il dit comprendre par ailleurs l’inquiétude et l’insatisfaction des clients concernés, et c’est pourquoi il considère que des changements législatifs doivent être apportés.

À lire : Desjardins : les données personnelles de près de 3 millions de clients volées par un employé

Lire la suite

Politique provinciale

Caucus de Québec solidaire : Qui fait quoi désormais ?

Avatar

Publié

le

Le caucus de Québec solidaire, fort de 10 députés, depuis l’élection générale du 1er octobre 2018, a procédé à un léger ajustement dans la répartition des dossiers politiques et parlementaires, a annoncé lundi 12 août 2019, la cheffe parlementaire du parti de gauche et indépendantiste.

« Avec la rentrée parlementaire qui approche, nous avons jugé opportun de procéder à quelques ajustements. Suite à des discussions avec mes collègues, nous avons constaté que certains dossiers parlementaires demandaient plus d’investissement de temps que d’autres en raison des projets de loi actuellement à l’étude. Nous avons donc décidé de modifier la répartition de ces dossiers afin de rééquilibrer notre charge de travail respective au sein du caucus », a expliqué Manon Massé.

Voici la nouvelle répartition des dossiers au caucus de QS :

Le dossier de l’économie sera ainsi transféré de Ruba Ghazal à Vincent Marissal, tandis que le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, héritera quant à lui du dossier de la justice, actuellement porté par Alexandre Leduc, et de celui des institutions démocratiques, détenu par Sol Zanetti.

1-Manon Massé

Porte-parole de Québec solidaire et cheffe parlementaire

Affaires autochtones, Changements climatiques et Réforme du mode de scrutin

2-Gabriel Nadeau-Dubois

Porte-parole de Québec solidaire et leader parlementaire; Éthique, Éducation supérieure, Institutions démocratiques et Justice

3-Ruba Ghazal

Whip du deuxième groupe d’opposition et responsable en matière de transition écologique; Environnement, Transport, Énergie et Science

4-Émilise Lessard-Therrien

Responsable en matière de développement et de vitalité des territoires; Agriculture, Pêcheries et Alimentation, Ressources naturelles, Tourisme, Développement régional, Affaires municipales, Forêts, Faune et Parcs

5-Andrés Fontecilla

Responsable en matière d’immigration, d’interculturalisme et de logement; Immigration, Diversité et Inclusion, Logement et Habitation

6-Alexandre Leduc

Responsable en matière de justice sociale et de sécurité publique; Travail et Solidarité sociale, Sécurité publique et Itinérance

7-Vincent Marissal

Responsable en matière de justice économique et fiscale et de services publics; Conseil du Trésor, Finances, Fiscalité, Revenu, Économie

8-Christine Labrie

Responsable en matière d’éducation, de famille et de condition féminine; Éducation, Sport et Loisir, Famille et Condition féminine

9-Catherine Dorion

Responsable en matière de culture nationale, d’affaires internationales et de solidarité intergénérationnelle, Culture, Communications et Langue française, Francophonie ; Relations et Solidarité internationales, Jeunesse, Aînés

10-Sol Zanetti

Responsable en matière de santé, de services sociaux et d’indépendance; Santé et Services sociaux, Laïcité, Souveraineté et Relations intergouvernementales canadiennes

Source : Aile parlementaire de Québec solidaire

À lire : Compensation des salaires des députés, Québec solidaire dit niet à la CAQ, PQ et PLQ

Lire la suite

Culture

Francophonie canadienne : Québec renforce ses liens avec les communautés francophones et acadiennes du Canada

Avatar

Publié

le

Le gouvernement du Québec annonce une aide financière de 1 268 800 $ à des organismes du Québec et des communautés francophones et acadiennes du Canada, pour réaliser au-delà d’une centaine de partenariats liés à la promotion et à l’avancement de la francophonie canadienne.

« Le gouvernement du Québec est fier de soutenir concrètement des projets qui visent l’établissement de liens avec les communautés francophones et acadiennes du Canada. Nous croyons à l’importance d’assurer un leadership mobilisateur en matière de francophonie, et notre Programme d’appui à la francophonie canadienne nous permet, cette année, de financer plus d’une centaine de partenariats partout au pays »,  a déclaré Sonia LeBel, ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

Les sommes allouées proviennent du Programme d’appui à la francophonie canadienne, administré par le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes, qui soutient la concrétisation de projets porteurs tout en respectant les orientations et les priorités définies par la Politique du Québec en matière de francophonie canadienne.

Le Programme d’appui à la francophonie canadienne permet :

  • de renforcer les liens entre le Québec et les communautés francophones et acadiennes du Canada;
  • de soutenir en premier lieu des projets porteurs et structurants qui donneront aux communautés francophones des moyens tangibles et durables de consolider le statut du français au Canada;
  • d’encourager une action concertée entre Québécois et francophones de l’extérieur du Québec, en vue d’accentuer la promotion et l’affirmation du fait français;
  • d’accroître la visibilité et le rayonnement de la francophonie canadienne dans tout le pays.

Les partenariats financés contribueront à la vitalité et à la pérennité de la francophonie au Canada. Ainsi, le gouvernement du Québec appuiera la mobilité étudiante, facilitera le partage d’expertise en matière de recherche et d’économie sociale, présentera des œuvres théâtrales et cinématographiques ainsi que des spectacles d’humour et de chansons dans les communautés francophones en plus d’encourager diverses initiatives de maillage entre les Québécois et les francophones et francophiles ailleurs au Canada.

Le programme de soutien financier en matière de francophonie canadienne

Axé sur la concertation et les échanges, le programme soutient la création de partenariats et la mise sur pied de réseaux entre les francophones du Québec et des autres provinces et des territoires au Canada. Il vise les domaines prioritaires de collaboration que sont la culture et les communications, l’éducation, le développement économique, la santé, la petite enfance, la jeunesse, l’immigration, la justice, le développement durable et les technologies de l’information.

À lire : Le Mauril, un programme pour l’apprentissage de deux langues au cœur de l’identité canadienne

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant