Suivez-nous

Politique

Valérie Plante ou la victoire du marketing politique

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

Projet Montréal s’est attelé d’une stratégie médiatique sans précédent pour gagner les élections municipales. Depuis la sortie de la première affiche de la mairesse en herbe, deux grandes opérations ont été menées pour toucher le public. En voici un résumé :

Projet Montréal est le parti qui a fait le plus de bruits pour sa candidate. Les trois autres prétendants à la mairie de la métropole, M. Coderre, M. Jean Fortier, qui représentait Coalition Montréal, et le candidat indépendant M. Gilbert Thibodeau ont livré une campagne plutôt « classique ».
Quelle a été la stratégie déployée par Projet Montréal ? En plus de dégriser l’image du maire sortant à coup de slogans explicites, beaucoup d’effort a été déployé dans la promotion visuelle des points essentiels du programme.

On le sait, pendant une campagne électorale, le portrait du chef du parti est esquissé pour décrire la personne à qui on va confier la ville ou le pays. La stratégie médiatique du parti semble avoir tiré parti justement du profil de la candidate, du moins c’est ce que laissait supposer son affiche électorale qui avait créé une controverse médiatique au mois d’août.

La figure de la candidate a servi notamment à illustrer les visuels de la campagne en mettant l’accent sur ce que la parité peut apporter à l’image de Montréal. Tout le monde est gagnant, la candidate avait proposé une belle solution pour le branding de la métropole, la féminité comme image de marque.

Un premier grand travail sur le portrait de la mairesse

1. L’affiche, le premier buzz

Photo libre de droits

Rappelons les tenants et les aboutissants de la première affiche électorale de Mme Plante. Sur un fond blanc, bras croisés pour se donner une posture confiante, la candidate lance un regard rassurant et souriant. Le texte occupe à gauche une zone plus grande que le portrait, avec un slogan qui a fait couler beaucoup d’encre « L’homme de la situation ».
Mme Plante a précisé que son but est de déconstruire cette expression virile. Du coup la pancarte présente des poncifs visuels et verbaux de la candidate qui veut prouver sa détermination tout en faisant un clin d’œil à son autre fer de lance, la parité dans la sphère politique. Le message poignant, bien qu’il porte à confusion, est souligné par le code gestuel.

2. L’accessoire

Photo libre de droits

Dans un portrait américain utilisé dans le site web de Projet Montréal, Mme Plante affiche le même look urbain décontracté et pose les mains sur une borne de travaux publics. Avec une expression plus ferme, elle semble vouloir rassurer les électeurs qu’elle est une vraie femme de terrain qui tiendra ses promesses sur son projet phare « Pour débloquer Montréal ».

3. Valérie la combattante

Avec la vidéo partagée le 10 août, illustrant la candidate participant avec des membres de son équipe au Triathlon international de Montréal, Mme Plante donne le ton de la course à la mairie.

4. Valérie l’actrice

La candidate s’affiche aussi dans une vidéo qui fait la promotion de son projet de brigade des chantiers. Elle y joue le rôle d’une citoyenne importunée par les travaux publics.

Une présence accrue dans l’espace public et une approche multiplateforme virale

À l’instar de la campagne électorale fédérale de 2015 dans laquelle les partis ont fait leur première entrée dans le marketing politique des médias sociaux, l’équipe de Mme Plante diffuse des bannières, des photos et des vidéos pour présenter le travail sur terrain de la candidate dans tous les réseaux sociaux. Face aux caméras des médias, Mme Plante a su aussi véhiculer l’image de la nouvelle génération de politiciens jeune et cool.

Les activités du parti et ses participations aux événements culturels et sportifs sont également massivement partagés par ses acolytes. Quelques semaines avant le vote, les Montréalais ont vu les photos de profil de leurs amis encadrés par “J’appuie Valérie”.

Ce type de stratégie est notamment utilisée pour analyser le buzz et la sentimentalité du grand public connecté. Si le web est en mesure d’estimer la popularité des candidats, il ne vous reste qu’à comparer le nombre de « j’aime » et « les tweets » des deux candidats pendant la campagne pour voir à quel point la prédiction a bien fonctionné.

 

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique provinciale

Compensation des salaires des députés, Québec solidaire dit niet à la CAQ, PQ et PLQ

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Québec solidaire (QS) ne compte pas appuyer le projet de loi de la Coalition avenir Québec, du Parti libéral et du Parti québécois, qui vise la compensation des pertes salariales subies par les député-es depuis l’imposition de l’allocation de dépenses par Ottawa, « tant et aussi longtemps qu’ils n’accepteront pas de créer un comité indépendant et exécutoire pour revoir l’ensemble de la rémunération », a prévenu le parti.

En point de presse mercredi, la formation de gauche a indiqué qu’il n’est pas normal que les député-es de l’Assemblée nationale continuent de se voter eux même des améliorations salariales. « Je pense que bien des gens seront d’accord avec nous (..) Même s’il s’agit de compensations, lorsque les députés votent leur propre salaire, ils sont en conflit d’intérêts », a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois (GND).

À lire : Aux dirigeants d’entreprises, Québec solidaire dit « Plus jamais ça »

Le leader parlementaire de Québec solidaire, GND, réclame plutôt la mise sur pied d’un comité de rémunération indépendant pour trancher sur la compensation des pertes salariales subies par les députés québécois. « Nous déposerons un seul amendement à ce projet de loi: celui d’inscrire dans la Loi l’obligation de mettre sur pied un comité de rémunération indépendant doté de pouvoirs exécutoires », a laissé entendre le député de Gouin.

QS exige un comité indépendant pour parler de compensation!

Comme pour se venger, les solidaires rappellent qu’à deux reprises, les autres partis ont refusé la proposition de QS de mener une réforme de l’ensemble des conditions de travail des député-es à travers un comité indépendant et exécutoire comme le proposait Claire L’Heureux-Dubé en 2013. « La CAQ, le PLQ et le PQ ont même refusé l’ultime compromis proposé, celui de compenser temporairement les pertes salariales des député-es jusqu’à ce que le comité indépendant rende ses conclusions », a-t-on appris.

« À Québec solidaire, nous n’avons pas peur de la transparence, et les conditions de travail des élus ne devraient pas être cachées aux citoyens et citoyennes. »

Gabriel Nadeau-Dubois, leader parlementaire de Québec solidaire

Pour Gabriel Nadeau, il y a de quoi à faire le ménage dans les conditions salariales des députés au Québec, parce qu’il y a là-dedans des « avantages douteux » comme leur régime de retraite, auquel les parlementaires ne cotisent qu’à hauteur de 21 %, et leurs assurances collectives, pour lesquelles il juge leurs « cotisations ridicules ».

À lire aussi : 83 % des entreprises de 200 employés offrent un régime de retraite à leurs employés au Québec

D’après lui, le Québec est aussi la seule province à encore offrir un système d’allocations non imposables aux élu-es. « Je ne comprends pas pourquoi les autres partis s’entêtent à refuser d’ouvrir les livres. Ont-ils peur d’ouvrir une boîte de Pandore? », a interrogé le jeune élu de Gouin, avant de rassurer qu’à Québec solidaire, « nous n’avons pas peur de la transparence ».

Lire la suite

Actualités

PL 21 sur la laïcité : l’Archevêque de Montréal met en garde Québec contre un recul des libertés…

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Alors que les discussions se poursuivent sur le projet de loi (PL 21) visant à affirmer la laïcité de l’État et à préciser les exigences qui en découlent, « nous ne pouvons que craindre un recul des libertés individuelles », a critiqué jeudi, dans une déclaration, Monseigneur Christian Lépine, l’Archevêque de Montréal.

Cette sortie de l’Archevêque de Montréal intervient à l’occasion de la dernière journée des consultations particulières sur le projet de loi (PL 21), qui vise à interdire le port de signes religieux à certaines catégories d’employés de l’État, dont les enseignants, et à assurer que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert. « Comment ne pas voir dans l’interdiction du port des signes religieux une entrave à la liberté de conscience et de religion, voire même une atteinte à la dignité humaine de personnes tenues de se cacher ou de taire leur identité au nom d’une présumée neutralité ? », s’est offusqué Monseigneur Christian Lépine.

« Un État qui se dit neutre de manière si subjective ne peut réellement se réclamer du respect de la dignité de ses citoyens, car la société n’est pas homogène »

– Monseigneur Christian Lépine, l’Archevêque de Montréal

Le projet de loi (PL 21) prévoit en effet modifier la Charte des droits et libertés de la personne en les conditionnant tout comme les droits fondamentaux, au strict respect de la laïcité de l’État. « S’il est compréhensible que l’État puisse affirmer sa neutralité au regard de ses prérogatives, celle-ci est faite pour signifier une ouverture et une bienveillance devant le fait religieux et la diversité de croyances », a martelé l’homme de Dieu.

La religion n’a-t-elle plus sa place dans l’espace public?

L’Évêque montréalais croit savoir qu’« un État qui se dit neutre de manière si subjective ne peut réellement se réclamer du respect de la dignité de ses citoyens, car la société n’est pas homogène ». « Ainsi, comme le soulignait très justement l’Assemblée des évêques catholiques du Québec dans sa déclaration du 6 mars 2019, quel est le bien-fondé d’étendre cette interdiction du port de signes religieux aux enseignantes et aux enseignants sinon de les priver d’un droit fondamental? », a-t-il questionné.

Pour Monseigneur Lépine, si les enseignantes et enseignants ne peuvent pas porter à leur discrétion des signes religieux, le message qui est donné aux enfants et aux jeunes est que la religion n’a pas sa place dans l’espace public, réduisant ainsi les croyants et les croyantes dans leurs droits les plus fondamentaux.

« En tant qu’État de droit, ne pourrait-on pas plutôt envisager une conception de la laïcité à travers laquelle l’État préserverait, protègerait et promouvrait ces libertés dans l’espace public ? »

– Monseigneur Christian Lépine, l’Archevêque de Montréal

Le guide religieux soutient que le port de signes ou de vêtements comme manifestation d’appartenance à une communauté religieuse est un droit fondamental dans l’exercice de « la liberté de pensée, de conscience et de religion », comme le stipule l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par les États signataires en 1948. « Nous attendons du gouvernement québécois qu’il respecte cet engagement et garantisse ce droit fondamental et inaltérable », a martelé le responsable de l’Archidiocèse de l’Église catholique à Montréal.

À lire : Projet de loi sur la laïcité : un « recul historique » pour les droits fondamentaux ?

Il souhaite que le gouvernement Legault puisse permettre l’établissement d’un dialogue dans le respect mutuel et de découvrir les valeurs et les croyances de toutes les communautés qui constituent et enrichissent « notre société pluraliste et égalitaire », des principes à travers lesquels beaucoup d’autres sociétés jalousent le Québec, selon Monseigneur Christian Lépine.

Lire la suite

Actualités

Québec annonce des mesures plus sévères à l’endroit des propriétaires de chiens

Avatar

Publié

le

Un projet de règlement d’application de la Loi visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d’un encadrement concernant les chiens a été déposé, mercredi 15 mai, par la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique.

À l’instar de plusieurs législations canadiennes et internationales en la matière, le projet de règlement impose des mesures d’encadrement pour tous les chiens et accorde de la latitude aux municipalités, lorsque cela est justifié, d’effectuer une inspection, une perquisition ou une saisie.

Le feu vert du Québec aux municipalités face aux chiens

Une municipalité pourra également ordonner à un propriétaire de se départir du chien et lui interdire d’en posséder. « C’est notre responsabilité, en tant que société, de nous assurer que l’on peut circuler dans les parcs ou les rues en toute quiétude », a souligné Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique.

« Le gouvernement précédent n’avait pas déposé de règlement pour que la loi puisse être appliquée. Nous agissons pour la sécurité des Québécois. » – Geneviève Guilbault

Par ailleurs, les mesures prévoient également l’euthanasie du chien. Par ailleurs, plusieurs dispositions pénales visent les propriétaires. Enfin, le projet de règlement donne une souplesse aux municipalités afin qu’elles puissent, si elles le désirent, édicter des mesures plus sévères.

La prévention, l’éducation et la responsabilisation…

Bien qu’aucun règlement, aussi contraignant soit-il, ne pourra éliminer les risques et les incidents liés aux chiens, « nous devons nous doter d’outils pour réduire ces risques », soutient Mme Guilbault, estimant que la prévention, l’éducation et la responsabilisation constituent les éléments-clés sur lesquels nous devons travailler pour que le nombre de blessures diminue.

Pour rappel, la Loi visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d’un encadrement concernant les chiens, sanctionnée le 13 juin 2018, prévoyait un règlement d’application établissant des normes relatives à l’encadrement et à la possession des chiens et les pouvoirs qu’une municipalité locale peut exercer à l’égard d’un chien ou de son propriétaire ou gardien ainsi que les modalités de l’exercice de ces pouvoirs.

À lire : Des dizaines de milliers de chiens sont tués dans les laboratoires au États-Unis

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant