Suivez-nous

HighTech

Visiter son futur condo en réalité immersive inédite en Amérique

Hanen Hattab

Publié

le

Crédit photo McGill Immobilier

Les clients de McGill Immobilier bénéficient désormais d’un service doté d’un nouveau type de parcours 3D immersif. Avec sa plateforme CANVAS, dévoilée le 8 mai 2018, l’entreprise entame un tournant important dans la dématérialisation des processus de vente.

Les milléniaux font le beau temps de l’immobilier canadien. Selon une étude nationale récente commandée par Genworth Canada, les 20-35 ans accèdent à la propriété plus que leur aînée, et 30% ont l’intention d’acquérir une maison dans les deux prochaines années.

Une avancée technologique, lancée aujourd’hui, révolutionne le magasinage de propriété. Elle interpelle particulièrement la génération biberonnée aux jeux vidéo et au service personnalisé.

Dans le domaine de l’immobilier résidentiel, c’est une première en Amérique née d’une collaboration entre deux entreprises montréalaises à savoir McGill Immobilier et l’agence Immersive Design Studios. La technologie fait ses preuves dans l’immobilier commercial aux États Unis. Le projet de One Vanderbilt Avenue, la plus grande tour actuellement en construction à New York, l’utilise pour renforcer sa stratégie marketing qui vise des locataires de locaux commerciaux. 

«Nous  sommes  extrêmement  fiers  d’être  les  premiers  en  Amérique  à  adopter  cette technologie,  Mumbai  étant  la  seule  autre  ville  du  monde  à  avoir  recours  à  ce  système révolutionnaire pour l’immobilier résidentiel. McGill Immobilier détient d’ailleurs l’exclusivité du système CANVAS au Québec pour ses clients promoteurs, ce qui lui permettra de  se démarquer  de  façon  notable  dans  le  marché  et  de  conserver  sa  position  de  leader », a déclaré Debby Doktorczyk, propriétaire de McGill Immobilier.

On a testé le système de réalité virtuelle CANVAS dans le bureau des ventes de Charlotte Condos Société, sis au1616 rue Basin. L’effet est saisissant.

CANVAS réinvente l’expérience client

Le spectateur peut se promener dans sa nouvelle maison et scruter le moindre détail aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du complexe résidentiel. Grâce à une projection sur un écran incurvé, dans une salle obscure, le courtier immobilier répond aux questions du futur acheteur en ayant en main un outil qui illustre à l’échelle réelle ses différents choix.

Vue d’une unité du projet Charlotte. Crédit photo McGill Immobilier

Les écrans de la plateforme mesurent de 5 à 13 mètres de longueur. La sensation d’immersion est augmentée par une trame audio qui restitue notamment l’ambiance des espaces en commun. Les images projetées prennent en considération les changements du paysage urbain en représentant l’entourage des lieux tel qu’il aura l’air une fois le projet terminé.

La représentation hyperréaliste est obtenue en combinant des images de synthèse et des photographies prises par des drones. Thomas Soetens, co-fondateur de l’agence de design, note qu’on peut faire la visite des lieux accompagné de personnages virtuels avec qui on peut interagir sur la surface projetée. Cette option optimise la perception spatiale. « On peut même changer les chaînes du câble sur son  téléviseur en temps réel », s’est-il réjouit de préciser.

Le complexe résidentiel Charlotte. Crédit photo McGill Immobilier

Avec la fonction de pilote automatique, la visite guidée dévoile les vues qu’on risque d’oublier. M. Soetens a indiqué aussi que la plateforme détient le record mondial du plus grand nombre de pixels pour un écran projetant un contenu 3D.

L’appréhension de l’espace par le spectateur est quasi-naturelle en terme de vitesse de défilement et de synchronisation des sons et des mouvements. En effet, la qualité du temps de configuration de l’environnement virtuel est adaptée à la proprioception engendrant une très bonne impression de déambulation et d’interaction.

Repenser le modèle d’affaire en fonction du service client et des nouvelles technologies

« Le dispositif est plus confortable et plus hygiénique que les casques d’immersion »,  souligne Mme Doktorczyk. Il permet, en plus, de garder le contact avec le client, ce qui favorise la communication. Elle a fait remarquer, en outre, qu’il remplace plusieurs dispositifs tels que les plans et les maquettes physiques.

L’expérience est interactive et ludique. Tablette en main, le client peut marier les matériaux, revêtements et accessoires et voir le résultat instantanément.

Il peut aussi recevoir les images des angles de vues qui visualisent ses choix. Ce service lui permet de prendre le temps de décider du modèle de condo et des finitions.

Mme Doktorczyk et Kora Van den Bulcke, présidente et cofondatrice d’Immersive Design Studios, ont déclaré qu’elles sont en train d’explorer les innombrables possibilités du système afin d’optimiser l’expérience client.

M. Soetens a rapporté que Lodha Group à Mumbai a utilisé la plateforme après la vente pour montrer à ses clients la concordance du bâti avec le modèle numérique. On comprend de facto que le secteur immobilier repense ses modèles d’affaires en fonction des possibilités technologiques de la réalité immersive.

 

 

Crédit photo:
Crédit photo McGill Immobilier

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HighTech

Les dernières révélations sur la «PlayStation 5»

Avatar

Publié

le

Les gamers accros savent que Sony est en train de développer sa nouvelle console PlayStation. Plusieurs médias tech supposent qu’elle sera nommée « PlayStation 5 ».

En octobre dernier, Kenichiro Yoshida, le président de la société, avait déclaré qu’il était « nécessaire » de disposer d’un « équipement nouvelle génération » après la PlayStation 4 Pro. Depuis, la marque n’a plus évoqué le sujet et a mis de l’avant ses nouveaux jeux exclusifs, comme Days Gone, Dreams et The Last of Us II. Ce mardi, 5 avril, des détails sur la nouvelle console ont été révélés.

Mark Cerny, l’architecte système de l’entreprise, a confirmé dans une interview avec Wired, que la nouvelle console sera munie d’un processeur AMD Ryzen de troisième génération. Il sera associé à un système audio 3D immersif et un processeur graphique personnalisé, construit à partir de la famille Radeon Navi d’AMD, actuellement réservée aux ordinateurs de jeu haut de gamme.

« La nouvelle PlayStation prendra également en charge les graphiques 8K », a indiqué Cerny. Elle sera aussi équipée d’un disque SSD pour accélérer le rendu et réduire les temps de chargement.

Selon Wired, Cerny a illustré ce point en lançant le jeu Spider-Man d’Insomniac et en montrant comment les temps de trajet rapides pouvaient être réduits de 15 à 0,8 seconde.

Rétro-compatible avec les derniers supports physiques

Le nouvelle console aura une architecture similaire à celle de la PS4. Par conséquent, elle sera rétro-compatible avec les jeux PS4 et s’accordera avec l’actuel casque PlayStation VR.

Cerny a aussi confirmé qu’un ou plusieurs accessoires, un nouveau casque peut-être, accompagneront la PS5. Ils seront compatibles avec les anciens supports physiques, soit, les PlayStation 4 et PlayStation 4 Pro.

Les plateformes geek n’ont pas pour le moment des informations sur la date de révélation de la PlayStation 5. L’année dernière, l’entreprise a annoncé que la nouvelle console pourrait ne pas arriver avant 2020. Elle a aussi déclaré qu’elle n’assisterait pas à l’ Electronic Entertainment Expo (E3), le plus grand et le plus prestigieux salon professionnel du secteur, qui aura lieu en juin 2019.

Lire aussi : Cet élève québécois a créé une solution qui diminue l’attente aux hôpitaux

Lire la suite

Technologie

Où rencontrer les génies en herbe du Québec?

Avatar

Publié

le

Ce vendredi, 12 avril, débute la Super Exposciences Hydro-Québec, finale québécoise 2019 au Collège Charles-Lemoyne. C’est l’occasion pour le public de découvrir les meilleurs projets scientifiques du Québec réalisés par des jeunes de 12 à 20 ans

41e édition de la super expo-sciences

L’événement est sous la présidence d’honneur de M. Réal Laporte, président d’Hydro-Québec Innovation, équipement et services partagés.

« C’est avec un plaisir renouvelé qu’Hydro-Québec s’associe aux Expo-sciences, souligne M. Réal Laporte, président d’Hydro-Québec Innovation, équipement et services partagés. Et c’est pour nous une fierté de contribuer à donner la chance aux jeunes Québécois de prendre part à cette compétition formatrice et rassembleuse. Nous souhaitons ainsi leur insuffler un peu de notre passion pour les sciences et l’innovation. »

De gauche à droite : M. François Pelletier, attaché politique du député de Vachon, M. Ian Lafrenière, Mme Éva Kammer, directrice Communications et éducation chez Génome Québec, Mme Marthe Poirier, directrice générale du Réseau Technoscience, Mme Geneviève Rousseau, directrice du bureau de la députée de Sanguinet, Mme Danielle McCann, M. David Bowles, directeur général du Collège Charles-Lemoyne

« À nouveau, la Fondation Alcoa est fière de s’associer aux Expo-sciences, de soutenir l’engagement scientifique de notre relève québécoise et de contribuer à l’expérience enrichissante de milliers de jeunes qui relèveront le défi cette année », a affirmé Jean-François Cyr, Président d’Alcoa Canada.

Le site d’exposition est accessible gratuitement au public les journées suivantes :

  • Vendredi 12 avril : 9 h à 12 h
  • Samedi 13 avril : 9 h 30 à 11 h 50 et 13 h à 16 h 30 
  • Dimanche 14 avril : 9 h 30 à 11 h 50

Près de 250 000 $ en prix

L’événement se terminera par la cérémonie de remise de prix où une valeur en prix, bourses et participation de près de 250 000 $ sera remise!

La cérémonie se tiendra le dimanche 14 avril entre 13 h et 15 h 30 au Cégep Champlain. Elle est également accessible en webdiffusion via la page Facebook des Expo-sciences.

Lire aussi : Qui sont les lauréats de la première édition québécoise de l’odyssée de l’objet?

Lire la suite

HighTech

Axionable ouvre un laboratoire de recherche en intelligence artificielle à Montréal

Avatar

Publié

le

Gwendal Bihan, cofondateur et directeur général d’Axionable, a déclaré lors de son passage au World AI Summit Americas qui se tient les 10 et 11 avril au théâtre St James à Montréal, l’ouverture d’un nouveau laboratoire dans la métropole.

Axionable est une firme française spécialiste des stratégies de données et d’IA clés en main pour les entreprises. Elle a ouvert ses portes en 2016 et compte aujourd’hui des grandes références telles que le Crédit Agricole, Auchan, M6, Michelin, etc.

L’entreprise prévoit d’installer à Montréal un laboratoire dédié à a recherche appliquée et à l’exécution de projets d’IA. Pour ce faire, elle prévoit recruter une cinquantaine d’experts d’ici deux ans. À ce propos, Investissement Québec a affirmé qu’Axionable « a déjà entamé des discussions avec différents partenaires potentiels de l’écosystème montréalais. »

Montréal, un écosystème en mutation

« Nous sommes impatients de travailler aux côtés des chercheurs les plus renommés internationalement et de plonger au cœur d’un écosystème bouillonnant, qui rassemble de grands joueurs et des startups prometteuses », a exprimé M. Bihan.

L’entreprise française a, en effet, entrepris des démarches pour recruter des spécialistes en apprentissage automatique, en apprentissage profond, et dans les technologies de l’information et des communications.

De son côté, Pierre Gabriel Côté, président-directeur général d’Investissement Québec a affirme que son entreprise est fière d’avoir accompagné Axionable dans sa démarche d’investissement dans la province. L’entreprise française a aussi compté sur une autre structure locale, en l’occurrence, Montréal International.

Rappelons que ce dernier est un organisme sans but lucratif qui œuvre à attirer et retenir des investissements étrangers, en outre les entreprises en démarrage.

À cette occasion, Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International, a souligné que son équipe « a accompagné depuis deux ans plus de 30 projets en IA, totalisant 500 M$. »

Lire aussi : Corning, un leader mondial des matériaux intelligents, s’installe à Montréal

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant