Suivez-nous

HighTech

Visiter son futur condo en réalité immersive inédite en Amérique

Hanen Hattab

Publié

le

Crédit photo McGill Immobilier

Les clients de McGill Immobilier bénéficient désormais d’un service doté d’un nouveau type de parcours 3D immersif. Avec sa plateforme CANVAS, dévoilée le 8 mai 2018, l’entreprise entame un tournant important dans la dématérialisation des processus de vente.

Les milléniaux font le beau temps de l’immobilier canadien. Selon une étude nationale récente commandée par Genworth Canada, les 20-35 ans accèdent à la propriété plus que leur aînée, et 30% ont l’intention d’acquérir une maison dans les deux prochaines années.

Une avancée technologique, lancée aujourd’hui, révolutionne le magasinage de propriété. Elle interpelle particulièrement la génération biberonnée aux jeux vidéo et au service personnalisé.

Dans le domaine de l’immobilier résidentiel, c’est une première en Amérique née d’une collaboration entre deux entreprises montréalaises à savoir McGill Immobilier et l’agence Immersive Design Studios. La technologie fait ses preuves dans l’immobilier commercial aux États Unis. Le projet de One Vanderbilt Avenue, la plus grande tour actuellement en construction à New York, l’utilise pour renforcer sa stratégie marketing qui vise des locataires de locaux commerciaux. 

«Nous  sommes  extrêmement  fiers  d’être  les  premiers  en  Amérique  à  adopter  cette technologie,  Mumbai  étant  la  seule  autre  ville  du  monde  à  avoir  recours  à  ce  système révolutionnaire pour l’immobilier résidentiel. McGill Immobilier détient d’ailleurs l’exclusivité du système CANVAS au Québec pour ses clients promoteurs, ce qui lui permettra de  se démarquer  de  façon  notable  dans  le  marché  et  de  conserver  sa  position  de  leader », a déclaré Debby Doktorczyk, propriétaire de McGill Immobilier.

On a testé le système de réalité virtuelle CANVAS dans le bureau des ventes de Charlotte Condos Société, sis au1616 rue Basin. L’effet est saisissant.

CANVAS réinvente l’expérience client

Le spectateur peut se promener dans sa nouvelle maison et scruter le moindre détail aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du complexe résidentiel. Grâce à une projection sur un écran incurvé, dans une salle obscure, le courtier immobilier répond aux questions du futur acheteur en ayant en main un outil qui illustre à l’échelle réelle ses différents choix.

Vue d’une unité du projet Charlotte. Crédit photo McGill Immobilier

Les écrans de la plateforme mesurent de 5 à 13 mètres de longueur. La sensation d’immersion est augmentée par une trame audio qui restitue notamment l’ambiance des espaces en commun. Les images projetées prennent en considération les changements du paysage urbain en représentant l’entourage des lieux tel qu’il aura l’air une fois le projet terminé.

La représentation hyperréaliste est obtenue en combinant des images de synthèse et des photographies prises par des drones. Thomas Soetens, co-fondateur de l’agence de design, note qu’on peut faire la visite des lieux accompagné de personnages virtuels avec qui on peut interagir sur la surface projetée. Cette option optimise la perception spatiale. « On peut même changer les chaînes du câble sur son  téléviseur en temps réel », s’est-il réjouit de préciser.

Le complexe résidentiel Charlotte. Crédit photo McGill Immobilier

Avec la fonction de pilote automatique, la visite guidée dévoile les vues qu’on risque d’oublier. M. Soetens a indiqué aussi que la plateforme détient le record mondial du plus grand nombre de pixels pour un écran projetant un contenu 3D.

L’appréhension de l’espace par le spectateur est quasi-naturelle en terme de vitesse de défilement et de synchronisation des sons et des mouvements. En effet, la qualité du temps de configuration de l’environnement virtuel est adaptée à la proprioception engendrant une très bonne impression de déambulation et d’interaction.

Repenser le modèle d’affaire en fonction du service client et des nouvelles technologies

« Le dispositif est plus confortable et plus hygiénique que les casques d’immersion »,  souligne Mme Doktorczyk. Il permet, en plus, de garder le contact avec le client, ce qui favorise la communication. Elle a fait remarquer, en outre, qu’il remplace plusieurs dispositifs tels que les plans et les maquettes physiques.

L’expérience est interactive et ludique. Tablette en main, le client peut marier les matériaux, revêtements et accessoires et voir le résultat instantanément.

Il peut aussi recevoir les images des angles de vues qui visualisent ses choix. Ce service lui permet de prendre le temps de décider du modèle de condo et des finitions.

Mme Doktorczyk et Kora Van den Bulcke, présidente et cofondatrice d’Immersive Design Studios, ont déclaré qu’elles sont en train d’explorer les innombrables possibilités du système afin d’optimiser l’expérience client.

M. Soetens a rapporté que Lodha Group à Mumbai a utilisé la plateforme après la vente pour montrer à ses clients la concordance du bâti avec le modèle numérique. On comprend de facto que le secteur immobilier repense ses modèles d’affaires en fonction des possibilités technologiques de la réalité immersive.

 

 

Crédit photo:
Crédit photo McGill Immobilier

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HighTech

NASA : Vers la gestion du trafic des drones

Publié

le

Plusieurs entreprises, comme Amazon, envisagent d’utiliser les véhicules autonomes comme mode de transport des personnes ou pour effectuer les livraisons. Les autorités des villes qui accueilleront ces nouvelles technologies gagnent à anticiper la démocratisation de ces engins. Aux États-Unis, la NASA s’est consacrée ces dernières années à la question de la gestion du trafic des drones.

La NASA est sur le point de tester son système de gestion du trafic des drones au Nevada et au Texas.

L’agence a créé ce système en collaboration avec la Federal Aviation Administration (FAA) au cours des quatre dernières années. Il servira à déterminer comment utiliser des drones en toute sécurité dans les milieux urbains.

L’étape de test, qui fait partie de la phase finale du projet, est menée avec la Nevada Institute for Autonomous Systems à Las Vegas et the Lone Star UAS Center for Excellence & Innovation à Corpus Christi au Texas. Elle permettra d’effectuer des démonstrations techniques dans un environnement réel.

Selon les sources d’Engadget, les derniers vols d’essai du projet auront lieu de mars à juin prochain dans le centre-ville de Reno et dans les environs, ainsi qu’en juillet et août à Corpus Christi.

Des données importantes pour l’industrie des drones

La NASA et la FAA prévoient de tester une grande liste de technologies. Celle-ci inclut l’interface équipée de capacités de détection et d’évitement, les dispositifs de communication entre drones et de prévention des collisions, ainsi que les technologies d’atterrissage automatisé.

Tous ces éléments aideront la NASA à comprendre les défis que présente l’engin dans un environnement urbain et à proposer des idées pour les règles et les politiques futures.

Ils aideront également l’agence à déterminer les meilleures procédures d’exploitation des drones dans les zones surpeuplées.

Les agences transmettront par la suite ce qu’elles ont appris de ces démonstrations à l’industrie des drones commerciaux. Cette initiative vise à orienter la conception d’appareils plus performants.

Lire aussi : Uber Eats se donne trois ans pour lancer ses drones-livreurs

Lire la suite

HighTech

Google se lance dans les jeux vidéo en streaming ?

Publié

le

Google va annoncer en mois de mars prochain un nouveau projet en rapport avec le domaine des jeux vidéo. Pour attiser la curiosité des tabloïds et de facto de ses futurs clients, le géant de l’informatique a tablé sur le message mystérieux. Le voici.

Google a contacté les médias et les spécialistes en culture high tech afin d’annoncer le dévoilement d’un projet. L’entreprise leur a indiqué peu de choses.

L’on sait par ailleurs que le dévoilement aura lieu à la Game Developers Conference (GDC) le 19 mars à 13 h à San Francisco.

Il s’agit d’un événement réservé aux secteurs de l’industrie du jeu vidéo, qui organise des conférences et des rencontres. Celles-ci abordent plusieurs thèmes comme le design, le marketing, les nouvelles technologies, etc.

L’invitation mystère

L’invitation, envoyée aux médias, comporte un gif animé qui représente une lumière au bout d’un couloir. L’image est suivie d’un slogan cryptique disant « rassemblez-vous ».

Habituellement, Google ne fait pas de dévoilements lors des grands événements de jeux vidéo. Cette année, l’entreprise fait donc exception à la règle.

Google n’a pas donné d’autres indices, mais des rumeurs circulent depuis des mois sur son intention de lancer un service de diffusion en continu de jeux par abonnement.

Une nouvelle étape du Project Stream ?

Selon les sources d’Engadget, l’entreprise relancera probablement son Project Stream. Cette plateforme, dont la version alpha a pris fin le 22 janvier dernier, permettra de jouer à des jeux comme Assassin’s Creed à partir de son navigateur Google Chrome.

Le dévoilement de ce projet à la GDC offrira au géant des opportunités importantes. En effet, Google aurait besoin d’inciter les développeurs à s’inscrire au service. De plus, la conférence sera propice au réseautage avec des studios et à la proposition d’expertises techniques.

Lire aussi : Des organismes de protection des consommateurs européens portent plainte contre Google

Lire la suite

Technologie de l'information

Internet et travail : être connecté en tout temps, avantage ou mal du 21e siècle?

Publié

le

Avec l’internet, le monde du travail a bien changé au cours des dernières années, tout comme les besoins des travailleurs et des organisations. L’évolution des technologies et des outils de communication a transformé l’organisation traditionnelle du travail ouvrant ainsi la voie à de nouvelles possibilités, mais effaçant du même coup la frontière entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Devrions-nous limiter ou encourager la connexion en dehors des heures de travail?

Selon un sondage CROP-CRHA, 36 % des travailleurs mentionnent que leur employeur leur demande de rester connectés ou joignables en dehors des heures normales de travail. 50 % (12 % fortement, 19 % assez et 19 % un peu), disent ressentir une pression officieuse pour rester connectés. Cette pression est davantage ressentie chez les jeunes travailleurs alors que 62 % l’affirment. Pour l’ensemble des travailleurs, cette pression proviendrait en grande partie d’eux-mêmes. « Si on se met cette pression sur les épaules, c’est qu’on estime que répondre rapidement et être joignable en tout temps est socialement valorisé », note Manon Poirier, CRHA, DG de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

L’importance de bénéficier de moments de repos

L’hyperconnectivité est un enjeu sociétal réel. Bien que les conséquences de ce phénomène sur la santé soient encore floues, il n’en demeure pas moins que les spécialistes entretiennent de sérieuses inquiétudes : troubles musculosquelettiques, troubles du sommeil, stress, anxiété, détresse psychologique, isolement, moins de temps consacré aux relations interpersonnelles, etc. « Afin de préserver la santé des travailleurs, et par conséquent leur productivité à long terme, il est nécessaire qu’ils bénéficient de moments où ils sont complètement déconnectés du travail. Cette distanciation est essentielle pour refaire le plein d’énergie et maintenir un équilibre sain entre les différentes sphères de leur vie », souligne Mme Poirier.

Pas que des désagréments à la connexion à distance

Malgré les maux que peuvent engendrer les excès, il faut reconnaître que la possibilité de se connecter à tout moment et de n’importe où procure des avantages appréciables pour les employeurs comme pour les travailleurs. Elle permet aux organisations de s’adapter au contexte de mondialisation et de compétitivité grandissantes et améliore leur pouvoir d’attraction et de rétention à une période où le manque de main-d’œuvre se fait sérieusement ressentir. Quant aux travailleurs, elle leur permet une gestion plus agile et flexible de leur horaire, ce qui facilite la conciliation entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle. 31 % des travailleurs affirment que leur employeur leur fournit ou leur rembourse l’utilisation d’outils numériques (cellulaire, ordinateur portable, etc.).

Pour optimiser la productivité tout en assurant un climat de travail sain

Au dire de la DG de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, « que les milieux de travail optent pour une limitation de la connexion à l’extérieur des heures de travail ou à l’opposé pour une flexibilité absolue, il vaut mieux établir clairement les attentes et instaurer un cadre afin d’éviter les excès ». Selon Mme Poirier, cet exercice devrait être réalisé conjointement par l’employeur et ses travailleurs. « L’Ordre estime qu’il est important de respecter les besoins de chacun et d’être en mesure de s’adapter à l’évolution du monde du travail tout en conservant un climat de travail à la fois sain et productif », conclut-elle.

Source : Ordre des conseillers en ressources humaines agréés

Pour plus d’information sur cet enjeu, consultez le dossier spécial sur le droit à la déconnexion.

À lire aussi :

Ça travaille moins d’heures au Québec qu’en Ontario et aux États-Unis

Cybercitoyenneté : les jeunes Québécois face au meilleur et au pire dans l’univers numérique

Lire la suite

en-avant