Suivez-nous

Actualités

Vote par anticipation : Plus de 500 000 Québécois déjà aux urnes

Publié

le

Déclenché depuis le 21 septembre, le vote par anticipation n’est pas boudé par les Québécois. Selon des données quotidiennement mises à jour par le Directeur général des élections (DGE), à la date du lundi 24 septembre 2018, à 9h, on comptabilise déjà 551 856 votes. De ce chiffre, les circonscriptions de la capitale nationale se taillent la part du lion.

Les taux de participation du vote par anticipation seront mis à jour tous les jours du 22 au 28 septembre indique le DGE sur son site Internet. « Le 1er octobre, les taux de participation seront mis à jour à deux reprises dans la journée, puis ils seront mis à jour au fur et à mesure après la fermeture des bureaux de vote à 20 h et lorsque le dépouillement des bulletins de vote aura commencé », précise Élections Québec.

Lire aussi : Vote par anticipation dès aujourd’hui

Aux urnes, il ressort que les électeurs de la région de Québec ont proportionnellement été les plus nombreux à se rendre aux urnes depuis le début du vote par anticipation à l’échelle provinciale. Avec 45 761 inscrits dans la circonscription de Louis-Hébert, 7 184 électeurs ont fait valoir leur vote par anticipation. Cela nous donne 15,7 % de l’ensemble des 125 circonscription à la date du 24 septembre matin.

Taux de participation préliminaire
Circonscription
Électeurs inscrits
Électeurs ayant voté
Par anticipation
Abitibi-Est 33 763 2 542 7,53 %
Abitibi-Ouest 35 309 2 446 6,93 %
Acadie 49 617 3 088 6,22 %
Anjou-Louis-Riel 43 485 3 749 8,62 %
Argenteuil 47 229 4 542 9,62 %
Arthabaska 60 770 5 779 9,51 %
Beauce-Nord 43 379 3 515 8,1 %
Beauce-Sud 48 995 4 894 9,99 %
Beauharnois 47 598 4 393 9,23 %
Bellechasse 43 890 3 047 6,94 %
Berthier 58 242 5 433 9,33 %
Bertrand 50 140 5 557 11,08 %
Blainville 57 761 5 252 9,09 %
Bonaventure 35 498 3 650 10,28 %
Borduas 57 853 4 694 8,11 %
Bourassa-Sauvé 48 419 3 000 6,2 %
Bourget 50 283 4 792 9,53 %
Brome-Missisquoi 59 349 6 161 10,38 %
Chambly 50 607 5 221 10,32 %
Champlain 58 854 5 901 10,03 %
Chapleau 54 835 4 304 7,85 %
Charlesbourg 57 590 7 348 12,76 %
Charlevoix-Côte-de-Beaupré 51 546 4 586 8,9 %
Châteauguay 52 546 3 809 7,25 %
Chauveau 56 308 6 268 11,13 %
Chicoutimi 45 888 3 983 8,68 %
Chomedey 57 002 3 709 6,51 %
Chutes-de-la-Chaudière 57 487 6 254 10,88 %
Côte-du-Sud 49 872 3 787 7,59 %
D’Arcy-McGee 55 593 4 276 7,69 %
Deux-Montagnes 48 351 4 181 8,65 %
Drummond-Bois-Francs 51 627 4 188 8,11 %
Dubuc 40 486 2 858 7,06 %
Duplessis 37 345 2 311 6,19 %
Fabre 53 546 3 733 6,97 %
Gaspé 29 982 3 416 11,39 %
Gatineau 59 136 4 161 7,04 %
Gouin 43 742 4 107 9,39 %
Granby 52 382 5 399 10,31 %
Groulx 52 556 5 345 10,17 %
Hochelaga-Maisonneuve 42 463 3 875 9,13 %
Hull 54 466 3 799 6,97 %
Huntingdon 43 426 3 069 7,07 %
Iberville 48 052 3 544 7,38 %
Îles-de-la-Madeleine 10 698 936 8,75 %
Jacques-Cartier 45 405 4 338 9,55 %
Jean-Lesage 45 738 5 199 11,37 %
Jeanne-Mance-Viger 50 495 2 299 4,55 %
Jean-Talon 45 462 5 948 13,08 %
Johnson 59 811 3 776 6,31 %
Joliette 53 932 5 977 11,08 %
Jonquière 45 044 3 949 8,77 %
La Peltrie 58 180 5 545 9,53 %
La Pinière 54 337 4 505 8,29 %
La Prairie 45 577 4 393 9,64 %
Labelle 48 589 4 411 9,08 %
Lac-Saint-Jean 42 959 3 280 7,64 %
LaFontaine 42 454 3 544 8,35 %
Laporte 53 665 4 679 8,72 %
L’Assomption 45 184 4 283 9,48 %
Laurier-Dorion 47 454 3 370 7,1 %
Laval-des-Rapides 55 507 4 278 7,71 %
Laviolette-Saint-Maurice 57 471 5 958 10,37 %
Les Plaines 39 917 3 206 8,03 %
Lévis 48 132 6 510 13,53 %
Lotbinière-Frontenac 55 572 4 699 8,46 %
Louis-Hébert 45 761 7 184 15,7 %
Marguerite-Bourgeoys 53 284 3 056 5,74 %
Marie-Victorin 46 865 4 233 9,03 %
Marquette 46 611 3 484 7,47 %
Maskinongé 44 199 4 765 10,78 %
Masson 46 137 4 429 9,6 %
Matane-Matapédia 45 821 4 852 10,59 %
Maurice-Richard 47 158 5 019 10,64 %
Mégantic 38 815 3 401 8,76 %
Mercier 44 631 3 581 8,02 %
Mille-Îles 44 200 2 983 6,75 %
Mirabel 56 860 4 547 8 %
Montarville 53 205 5 540 10,41 %
Montmorency 57 104 6 487 11,36 %
Mont-Royal-Outremont 56 268 4 805 8,54 %
Nelligan 58 149 3 929 6,76 %
Nicolet-Bécancour 39 982 3 165 7,92 %
Notre-Dame-de-Grâce 47 824 2 864 5,99 %
Orford 43 295 4 463 10,31 %
Papineau 60 051 4 262 7,1 %
Pointe-aux-Trembles 41 049 3 854 9,39 %
Pontiac 51 839 2 671 5,15 %
Portneuf 42 692 4 146 9,71 %
Prévost 45 221 5 529 12,23 %
René-Lévesque 32 909 2 232 6,78 %
Repentigny 51 649 5 435 10,52 %
Richelieu 44 307 4 778 10,78 %
Richmond 60 453 6 310 10,44 %
Rimouski 45 431 4 373 9,63 %
Rivière-du-Loup-Témiscouata 50 237 4 842 9,64 %
Robert-Baldwin 54 976 3 229 5,87 %
Roberval 44 510 4 303 9,67 %
Rosemont 53 312 6 019 11,29 %
Rousseau 41 878 3 550 8,48 %
Rouyn-Noranda-Témiscamingue 44 734 3 660 8,18 %
Sainte-Marie-Saint-Jacques 42 461 3 736 8,8 %
Sainte-Rose 52 950 4 993 9,43 %
Saint-François 57 121 6 528 11,43 %
Saint-Henri-Sainte-Anne 55 639 3 786 6,8 %
Saint-Hyacinthe 58 313 4 479 7,68 %
Saint-Jean 60 655 5 385 8,88 %
Saint-Jérôme 60 720 5 549 9,14 %
Saint-Laurent 56 570 3 216 5,68 %
Sanguinet 41 944 3 571 8,51 %
Sherbrooke 50 266 6 190 12,31 %
Soulanges 56 172 4 528 8,06 %
Taillon 52 890 5 752 10,88 %
Taschereau 48 919 6 544 13,38 %
Terrebonne 57 664 5 417 9,39 %
Trois-Rivières 54 071 5 957 11,02 %
Ungava 28 280 848 3 %
Vachon 51 380 5 432 10,57 %
Vanier-Les Rivières 57 205 7 157 12,51 %
Vaudreuil 58 376 5 122 8,77 %
Verchères 59 712 5 947 9,96 %
Verdun 49 470 4 647 9,39 %
Viau 41 485 2 196 5,29 %
Vimont 45 795 4 540 9,91 %
Westmount-Saint-Louis 45 126 3 307 7,33 %
Total 6 153 452 551 856 8,93 %
Dernière mise à jour : 24 septembre 2018, 9 h
Source: Élections Québec

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Plus d’un million de Québécois, soit 17% des électeurs, ont déjà voté avant le 1er octobre - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Élections canadiennes 2019 : Facebook prépare des outils sur l’authenticité et la transparence…

Publié

le

Voulant agir pour garantir l’intégrité du processus électoral, Facebook Canada a dévoilé ce lundi 18 mars des détails concernant ses outils liés à la « transparence des publicités » dont le lancement au Canada est prévu en juin prochain, avant les élections canadiennes d’octobre 2019.

Il y a un an le tout puissant réseau social d’au moins deux milliards d’utilisateurs, Facebook, était la cible de toutes les critiques. Le New York Times et The Observer révélait que Cambridge Analytica, entreprise britannique spécialisée dans le profilage psychographique, avait obtenu des données d’utilisateurs de Facebook, sans autorisation, pour bâtir un programme informatique permettant de prédire et d’influencer le choix des électeurs américains. Et même lors de la présidentielle de 2016 où Hillary Clinton a perdu face à Donald Trump.

À lire aussi : Facebook ne soutient plus les campagnes électorales

Depuis, l’inquiétude a gagné plusieurs partis politiques et hommes politiques du monde. Tout comme au Canada, certains craignent « l’intrusion » de Facebook dans le processus électoral à l’effet de manipuler les masses en faveur ou en défaveur d’un camp. Sachant que sur une population canadienne de 36 millions, « plus de 24 millions de personnes utilisent Facebook ».

Facebook s’engage à « promouvoir » la démocratie canadienne

Face à toutes ces craintes et critiques, le réseau social créé par Mark Elliot Zuckerberg veut se conformer aux exigences du projet de loi C-76, la Loi canadienne sur la modernisation des élections. Facebook veut donc lancer « la Bibliothèque des publicités » au Canada pour faire en sorte que « l’authenticité et la transparence » soient au cœur même de la publicité payée sur Facebook. Se faisant, l’entreprise demandera aux annonceurs de confirmer leur identité avant de mettre en ligne des publicités à caractère politique, reliées aux élections et reliées à un enjeu électoral, incluant les publicités qui réfèrent à un candidat.

« Nous prenons très au sérieux la protection de l’intégrité des élections sur Facebook, et nous nous engageons à promouvoir la démocratie canadienne. C’est pourquoi nous consacrons autant d’heures, d’énergie et de ressources à ces questions. »

– Kevin Chan, directeur des politiques publiques à Facebook Canada

À lire aussi : Les Québécois sont de plus en plus connectés sur les réseaux sociaux

Ainsi, pour élaborer sa politique sur les publicités qui touchent des enjeux de société au Canada, Facebook dit travailler en collaboration avec un groupe consultatif formé d’importants acteurs canadiens issus de divers horizons politiques. « Conscients de l’importance du projet de loi C-76 et des enjeux potentiels, nous déployons de grands efforts pour offrir à la population canadienne des outils qui permettent d’assurer la transparence des publicités politiques. Nous mettons sur pied cette bibliothèque et d’autres processus avec une perspective canadienne, tout en appliquant les enseignements tirés d’efforts similaires déployés ailleurs dans le monde », a expliqué dans un communiqué de presse Kevin Chan, directeur des politiques publiques à Facebook Canada.

C’est quoi la Bibliothèque des publicités ?

Déjà en en 2012, avant de devenir premier ministre en 2015, Justin Trudeau et le DG de Facebook Canada discutaient du rôle des médias sociaux et d’Internet dans la participation des électeurs et la transformation du paysage politique canadien.

La Bibliothèque des publicités regroupera les publicités de nature politique qui s’adressent aux Canadiens. Ces publicités archivées pourront être consultées pendant sept ans, dans le monde entier, par toute personne qui possède ou non un compte Facebook. La structure exacte du système d’archives est toujours en développement, mais essentiellement : 

  • Les Canadiens discerneront ces publicités dans le Fil d’Actualité, car elles porteront la mention « payée par ».
  • Lorsque l’internaute cliquera sur la mention « payée par », il sera dirigé vers la Bibliothèque des publicités.
  • La Bibliothèque comprendra de l’information sur la performance des publicités, comme l’argent investi dans une pub et le nombre de personnes l’ayant vue, ainsi que leur âge, sexe et lieu de résidence.

Facebook souligne également que sa Bibliothèque de publicités regroupera non seulement les publicités électorales, mais également les « publicités touchant des enjeux de société » — c’est-à-dire des publicités qui n’appuient pas explicitement un candidat ou un parti politique, mais qui mettent de l’avant des questions hautement politisées.

L’autorisation des annonceurs avant les élections canadiennes

Au dire du réseau social, les annonceurs qui souhaitent diffuser au Canada des publicités qui font allusion à des personnalités politiques, à des partis politiques, à des élections ou des questions d’importance nationale devront d’abord passer par un processus d’autorisation des publicités et respecter les lois applicables.

À lire aussi : InfoWars, censuré par Facebook et Apple

Même si la grande majorité des publicités sur Facebook sont diffusées par des organismes légitimes, apprend-on, Facebook dit vouloir travailler à la « détection systématique » des publicités à caractère politique qui s’adressent à des Canadiens et vérifiera si l’annonceur a complété le processus d’autorisation. Les publicités provenant d’annonceurs n’ayant pas été autorisés seront rejetées.

Compagnie américaine créée en 2004, Facebook a pour mission de donner aux gens la capacité de « construire une communauté et de rapprocher les gens ». Mais force est de constater que ce réseau social, qui a racheté Instagram en 2012, ainsi que WhatsApp et Oculus VR en 2014 est de plus en plus utilisé à des fins de manipulation par certaines personnes ou organisations.

À lire aussi : Maxime Bernier, diviser pour régner au Parti conservateur du Canada ?

Lire la suite

Actualités

Nouvelle-Zélande : Le gouvernement va durcir la législation sur les armes

Publié

le

Après l’attentat terroriste commis par le suprémaciste blanc dans deux mosquées, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a annoncé ce lundi un durcissement de sa législation sur les armes.

La décision prise par le gouvernement pour durcir ses lois sur les armes a été soutenue notamment par le parti New Zealand First, qui s’opposait auparavant à ce type de mesures.

Brenton Tarrant, le terroriste qui a tué 50 personnes dans les deux mosquées de la ville de Christchurch, a limogé son avocat et a déclaré qu’il se défendra seul devant la justice, ont relayé plusieurs médias.

Lire aussi : Nouvelle-Zélande, les dessous des opérations de suppression des vidéos de la fusillade sur YouTube et Facebook

Lire la suite

Actualités

États-Unis : des dizaines de milliers de chiens sont tués dans les laboratoires

Publié

le

L’organisation de défense des animaux, The Humane Society of the United States, a publié récemment un rapport sur l’utilisation des chiens dans les expériences scientifiques. Ses enquêtes ont dévoilé que les animaux étaient forcés à ingurgiter des produits toxiques et mortels…

L’enquête de la Humane Society a duré un peu plus de trois mois et a permis de découvrir que des dizaines de milliers de chiens étaient tués chaque année dans des expériences de tests de produits.

En plus de sensibiliser les gens à ce problème, l’organisme espère mettre fin aux tests et trouver des abris pour les animaux survivants.

Le rapport de l’organisation a mis au jour sa liste des laboratoires étasuniens qui utilisent les chiens pour tester les niveaux de toxicité de médicaments, d’implants dentaires et de pesticides.

Les opérations d’infiltration, menées par l’organisation, ont enregistré près de deux douzaines d’expériences faites principalement sur des chiens.

À la fin de certaines de ces études, tous les chiens ont été tués, tandis que dans d’autres, les animaux ont souffert tout au long des essais.

Dow AgroSciences teste ses pesticides sur les Beagles

L’une des enquêtes documentées a révélé que Dow AgroSciences a commandé une étude qui implique des tests sur 36 chiens de la race Beagle.

L’entreprise avait ordonné aux chercheurs de forcer ces animaux à avaler des comprimés de fongicide. L’étude doit se terminer juillet prochain et tous les Beagles qui ont survécu vont être tués.

En outre, l’organisation a précisé que les laboratoires utilisent les Beagles parce qu’ils sont dociles et facile à manipuler.

En plus de Dow AgroSciences, les enquêtes ont démasqué les agissements des entreprises Paredox Therapeutics et Above and Beyond NB LLC.

Selon la Humane Society, le gouvernement a cessé d’exiger que des produits destinés à la consommation humaine soient testés sur les animaux. Or ces expériences sont encore très répandues, a t-elle dénoncé.

« Les découvertes troublantes de cet établissement ne sont malheureusement pas uniques. Des expériences sont menées dans des centaines de laboratoires chaque année dans tout le pays, et plus de 60 000 chiens en souffrent », a déclaré Kitty Block, présidente de la Human Society of United States.

Lire aussi :

Une première en Amérique du Nord : La Californie interdit les cosmétiques testés sur les animaux

Tests Volkswagen, du dioxyde d’azote à des humains et singes

Lire la suite

en-avant